1924-Jeux Olympiques d’été de Paris

2 juin 1921

  • Le Comité international olympique (C.I.O.), réuni à Lausanne, attribue l’organisation des VIIes Jeux Olympiques à la ville de Paris. Pierre de Coubertin a dû vaincre les réticences de ses pairs, qui semblaient préférer Amsterdam ou Los Angeles, pour voir son vœu exaucé. Ainsi, il indique aux congressistes que, si Paris est désignée ville d’accueil des Jeux de 1924, il abandonnera la présidence du C.I.O. Amsterdam se désiste, et obtient en contrepartie officiellement l’organisation des Jeux de 1928. Pour l’édition de 1932, le choix de Los Angeles semble d’ores et déjà acquis.

18 mai 1924

Rugby

  • En finale, l’équipe des États-Unis, composée de joueurs de football américain originaires de Californie, malmène la France 17 points à 3, ce qui provoque la fureur des cinquante mille spectateurs du stade de Colombes. Les injures et les coups pleuvent sur les joueurs américains, la bannière étoilée est lacérée. Le football-rugby sera rayé du programme olympique. «La France sent renaître en elle une vigoureuse xénophobie», écrit Henry de Montherlant.

9 juin 1924

Football

  • La finale Uruguay-Suisse attire un nombreux public à Colombes. Les spectateurs parisiens sont émerveillé par les Uruguayens. Dans le sillage de José Leandro Andrade, Héctor Scarone et Pedro Petrone, les joueurs de la Celeste font admirer leur technique et dominent nettement la Suisse (3 buts à 0).

23 juin 1924

Cérémonie

  • À l’occasion du trentième anniversaire de la renaissance des Jeux Olympiques, le comte Justinien Clary rend, au nom du C.I.O., un hommage solennel à Pierre de Coubertin dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. «L’apôtre n’a plus que des croyants», déclare Clary. Coubertin confirmera bientôt qu’il se retirera. «J’ai fait mon œuvre», indiquera le baron.

Tir

  • Pierre Coquelin de Lisle (France) s’impose à la petite carabine position couchée.

28 juin 1924

Polo

  • Début du au tournoi, qui se déroulera jusqu’au 12 juillet, à Saint-Cloud et au parc de Bagatelle. L’Argentine remporte ses 4 matchs et est championne olympique.

30 juin 1924

Escrime

  • En fleuret par équipes, la France, emmenée par Lucien Gaudin en grande forme et Roger Ducret, remporte la médaille d’or. Le retrait de l’équipe italienne, mécontente d’une décision favorable à Gaudin, ne change pas grand-chose, car les Français étaient très supérieurs.

4 juillet 1924

Escrime

  • Lucien Gaudin, victime d’une névrite qui paralyse sa main gauche, a dû déclarer forfait pour la compétition individuelle de fleuret. Les Français réalisent néanmoins le doublé. Philippe Cattiau (32 ans), escrimeur au style classique, remporte 23 de ses 24 assauts. Néanmoins, dans la poule finale, Roger Ducret (36 ans), audacieux et mobile, qui a pourtant concédé 6 défaites durant les tours éliminatoires, inflige à Cattiau son seul revers (5 touches à 4): Ducret est donc champion olympique devant Cattiau.
  • Pour la première fois, un tournoi de fleuret féminin est organisé aux Jeux. La Danoise Ellen Osiier, très brillante (16 assauts victorieux sur 16), remporte la médaille d’or.

5 juillet 1924

Cérémonie d’ouverture

  • Dès 10 heures du matin, les officiels se rendent à Notre-Dame pour un office religieux. Il sera suivi, dans une église réformée, d’une cérémonie protestante. En début d’après-midi, sous un chaud soleil, Gaston Doumergue, président de la République, prend place dans la tribune d’honneur du stade de Colombes, au côté de Coubertin et de plusieurs têtes couronnées. Quarante mille spectateurs garnissent les gradins. Les 44 délégations défilent. Porte-drapeau de la délégation tricolore, Géo André précède la cohorte française. Gaston Doumergue déclare ouverts les Jeux Olympiques de Paris, célébrant la VIIIe olympiade de l’ère moderne. Le drapeau olympique est hissé au mât central. Géo André prononce le serment des athlètes.

6 juillet 1924

Athlétisme

  • Ce dimanche se déroulent à Colombes les séries du 100 mètres, auxquelles ne participe pas, par conviction religieuse, le Britannique Eric Liddell, respectueux du jour du Seigneur.
  • Les concurrents du 10000 mètres s’élancent à 19 heures. Le Suédois Edvin Wide impose d’emblée un train très soutenu, sans parvenir à décrocher le Finlandais Ville Ritola; après la mi-course, Wide cède peu à peu du terrain; Ritola, régulier, ne faiblit pas et bat le record du monde (30 min 23,2 s); Wide, courageux deuxième, termine loin (30 min 55,2 s).
  • Le Finlandais Jonni Myyrä gagne le concours de lancer du javelot.

7 juillet 1924

Athlétisme

  • La très attendue finale du 100 mètres se déroule à 19 heures, 4 des 6 finalistes étant américains. Mais, dès le coup de pistolet du starter, Harold Abrahams (Grande-Bretagne) jaillit; il ne faiblit pas et s’impose (10,6 s), devant l’Américain Jackson Scholz.
  • Frederick Morgan Taylor (États-Unis) gagne le 400 mètres haies en 52,6 s: ce temps n’est pas homologué comme record du monde, car il a fait tomber deux obstacles.
  • Harold Osborn (États-Unis), qui retient parfois la barre de la main puis la repousse vers les montants, franchit 1,98 m (record olympique) et obtient la médaille d’or du saut en hauteur. Le Français Pierre Lewden passe 1,92 m et se classe troisième.
  • Le pentathlon, qui va disparaître du programme olympique, voit, comme en 1920 à Anvers, la victoire d’Eero Lethonen (Finlande). L’Américain Robert Legendre, troisième, a battu le record du monde du saut en longueur (7,76 m) durant cette compétition.

8 juillet 1924

Athlétisme

  • Dans le 800 mètres, le Britannique Henry Stallard, grand favori, et le Suisse Paul Martin sont en tête à l’entrée de la dernière ligne droite. Martin déborde Stallard et semble voler vers la victoire. Mais le Britannique Douglas Lowe s’engouffre à la corde et, malgré l’effort final de Martin, il s’adjuge la médaille d’or, devant Martin; Stallard n’est que quatrième.
  • William DeHart Hubbard gagne le saut en longueur (7,44 m). Il est le premier athlète noir américain couronné champion olympique.

9 juillet 1924

Athlétisme

  • Jackson Scholz (États-Unis) remporte le 200 mètres (21,6 s, record olympique), devant son compatriote Charlie Paddock et le Britannique Eric Liddell.
  • Vainqueur du 3000 mètres steeple (9 min 33,6 s), le Finlandais Ville Ritola s’adjuge une deuxième médaille d’or.

Escrime

  • Avec Gaudin et Ducret en grande forme, la «vieille garde» française remporte la compétition d’épée par équipes.

10 juillet 1924

Athlétisme

  • Incroyable exploit du Finlandais Paavo Nurmi. À 16 h 20 est donné le départ du 1500 mètres. Impassible, l’œil rivé sur son chronomètre, plein de maîtrise, Nurmi mène la course de bout en bout, sans trop puiser dans ses réserves (3 min 53,6 s). En effet, à 17 h 15, il se trouve au départ du 5000 mètres, et son compatriote Ville Ritola tout comme le Suédois Edvin Wide sont de redoutables adversaires. Après trois tours de piste, les trois hommes sont déjà en tête. Wide accélère, mais, aux 3 kilomètres, il semble à l’ouvrage. Nurmi force l’allure, compte 10 mètres d’avance sur Ritola aux 4 kilomètres. À l’approche du dernier tour, Ritola revient, mais il ne réussit pas à déborder son compatriote: Nurmi s’impose en 14 min 31,2 s, précédant Ritola (14 min 31,4 s) de 30 centimètres à peine. En une heure, celui que la presse surnomme le «Finlandais silencieux» s’est donc adjugé deux médailles d’or, battant à chaque fois le record olympique.

Lutte gréco-romaine

  • Les finales attirent près de mille sept cents spectateurs au Vél’ d’Hiv’. Chez les lourds, la compétition est émaillée d’incidents. À l’issue du combat opposant le Français Henri Deglane (22 ans) au Suédois Claes Johansson (40 ans), ce dernier est déclaré vainqueur. Mais la délégation française porte réclamation, pour tenue incorrecte, et celle-ci est entendue par le jury: au terme d’une reprise supplémentaire de 6 minutes, Deglane emporte la décision. Le Suédois proteste plus qu’énergiquement, mais le jury ne revient pas sur son verdict. Henri Deglane obtient finalement la médaille d’or à l’issue de sa victoire face au Finlandais Edil Rosenqvist.

11 juillet 1924

Athlétisme

  • À Colombes, le 400 mètres voit le triomphe d’Eric Liddell en 47,6 s (record du monde).

Escrime

  • Le Belge Charles Delporte est champion olympique à l’épée.

12 juillet 1924

Athlétisme

  • L’Australien Nick Winter bat le record du monde du triple saut (15,525 m) et s’adjuge l’or olympique.
  • L’Américain Harold Osborn s’impose nettement dans le décathlon.
  • Le cross, individuel et par équipes, est inscrit pour la dernière fois au programme des Jeux. Sous une chaleur accablante, Nurmi devance encore Ritola. La Finlande est première du classement par équipes, devant les États-Unis et la France.

12-17 juillet 1924

Pentathlon moderne

  • La compétition voit un triplé suédois. Bo Lindman, brillant en natation et en course à pied, très régulier, obtient la médaille d’or, devant Gustaf Dyrssen et Bertil Uggla.

13 juillet 1924

Athlétisme

  • Clarence Houser (États-Unis), qui a déjà remporté le lancer du poids, s’adjuge le lancer du disque (46,155 m, record olympique).
  • En relais, tant dans le 4 fois 100 mètres (41 s) que dans le 4 fois 400 mètres (3 min 16 s), les États-Unis établissent le record du monde.
  • Le 3000 mètres par équipes (couru pour la dernière fois aux Jeux) revient à la Finlande. Nurmi s’octroie ainsi une cinquième médaille d’or.
  • Dans le marathon, le Finlandais Albin Stenroos se trouve déjà seul en tête après 23 kilomètres de course. Il ne faiblit pas, malgré la chaleur, et s’impose.
  • L’Italien Ugo Frigerio remporte le 10 kilomètres marche.

15 juillet 1924

Escrime

  • La compétition de sabre par équipes voit la victoire de l’Italie, emmenée par Oreste Puliti, devant la Hongrie, battue de très peu (8 victoires partout, 50 touches à 46).

Natation

  • Dans le bassin des Tourelles, sur 1500 mètres nage libre, Andrew «Boy» Charlton (Australie) bat le record du monde (20 min 6,6 s) et s’impose devant le Suédois Arne Borg.
  • Martha Norelius, une New-Yorkaise de 15 ans, remporte le 400 mètres, devant ses compatriotes Helen Wainwright et Gertrude Ederle.

15-20 juillet 1924

Boxe

  • De nombreux incidents émaillent les combats de boxe au Vél’ d’Hiv, et le jury doit souvent intervenir. L’Américain Jackie Fields (futur champion du monde professionnel des poids welter), magnifique styliste, remporte une belle victoire chez les poids plume.

17 juillet 1924

Aviron

  • Médaillé d’argent à Anvers en 1920, le Britannique Jack Beresford est cette fois champion olympique de skiff: malgré un violent vent debout sur le bassin d’Argenteuil, il devance de deux longueurs le colosse américain William Gilmore.
  • Les Américains gagnent le huit
  • Les Américains John B. Kelly et Paul Costello remportent le double-scull.

Plongeon

  • L’épreuve au tremplin revient à Albert White (États-Unis).

18 juillet 1924

Escrime

  • Le Hongrois Sandor Posta (39 ans) s’adjuge l’épreuve individuelle de sabre, devant l’éclectique Français Roger Ducret et un autre Hongrois, János Garai (35 ans), après barrage. Néanmoins, le plus fort semblait être le jeune Italien Oreste Puliti (26 ans)… mais il eut des mots avec un juge hongrois, qui accusait les quatre Italiens qualifiés pour la finale de collusion, et il a été disqualifié par le jury.

Natation

  • La presse pronostiquait une victoire facile de l’Américain Johnny Weissmuller dans le 400 mètres nage libre. Or il n’en est rien: Weissmuller s’impose certes, en 5 min 4,2 s, mais le Suédois Arne Borg (5 min 5,6 s) n’a capitulé que dans la dernière longueur de bassin et l’Australien «Boy» Charlton, un moment distancé, se rapprocha dangereusement des deux hommes, pour terminer troisième en 5 min 6,6 s.
  • Comme à Anvers en 1920, Warren Paoa Kealoha, un Américain de Hawaii, remporte le 100 mètres dos.
  • Inscrit pour la première fois au programme, le 200 mètres brasse féminin voit la victoire de Lucy Morton (Grande-Bretagne).
  • Les nageuses américaines, dont Ethel Lackie et Gertrude Ederle, battent le record du monde du relais 4 fois 100 mètres (4 min 58,8 s) et s’adjugent la médaille d’or.

Plongeon

  • Les Américaines brillent au tremplin: Elizabeth Becker (21 ans) s’impose devant Aileen Riggin (17 ans), victorieuse à Anvers en 1920, et Caroline Fletcher (17 ans).

20 juillet 1924

Gymnastique

  • À Colombes, Leon Stukelj (Yougoslavie) remporte le concours général (110,340 points), en devançant les Tchécoslovaque Robert Prazak (110,323 points) et Bedrich Supcik (106,930 points). Le classement par équipes place l’Italie en tête devant la France.

Natation

  • Le matin, les États-Unis, avec Johnny Weissmuller, remportent le relais 4 fois 200 mètres en 9 min 53,4 s (record du monde).
  • L’après-midi, Weissmuller gagne le 100 mètres, en 59 secondes (record olympique), devant les frères Duke Paoa Kahanamoku (34 ans) et Sam Kahanamoku (19 ans).
  • Le 100 mètres dos féminin, nouveauté du programme olympique, est remporté par Sybil Bauer (États-Unis).

Plongeon

  • Déjà vainqueur au tremplin, Albert White (États-Unis) s’impose en haut-vol. Il est le premier à réaliser ce doublé olympique.

Tennis

  • Les compétitions de lawn-tennis, sport qui va disparaître du programme olympique, se déroulent à Colombes, dans un cadre qui manque d’éclat. L’Américain Vincent Richards s’adjuge le simple en battant le Français Henri Cochet en finale, en cinq sets.
  • L’Américaine Helen Wills gagne le simple dames, face à la Française Didi Vlasto, et le double dames, associée à Hazel Wightman.

Water-polo

  • Le public se passionne à la piscine des Tourelles. L’équipe de France, entraînée par Paul Beulque, dont les joueurs évoluent tous dans le club des Enfants de Neptune de Tourcoing, avec pour leader Henri Padou, s’impose face à la Belgique lors du match décisif (3 buts à 0), devant neuf mille spectateurs enthousiastes.

22 juillet 1924

Haltérophilie

  • Le Français Edmond Decottignies (poids légers, 440 kg aux cinq mouvements) est champion olympique.

23 juillet 1924

Haltérophilie

  • Le public se presse au Vél’ d’Hiv’ ce jour pour admirer les hommes forts dans les compétitions de poids et haltères. Le populaire Français Charles Rigoulot s’impose chez les poids mi-lourds (502,5 kg aux cinq mouvements).

Cyclisme sur route

  • L’épreuve cycliste sur route consiste en un redoutable contre-la-montre de 188 kilomètres. L’équipe de France est composée de quatre champions du Vélo-Club de Levallois, entraînés par Paul Ruinart, un homme simple et modeste qui avait promis d’amener ses champions au pic de leur forme pour cette course. Ruinart peut se féliciter du travail accompli. Le jeune Armand Blanchonnet (20 ans) domine en effet très nettement les quelque 70 concurrents représentant 18 pays: il couvre la distance en 6 h 20 min 48 s et précède le Belge Henri Hoevenaers de 9 min 39 s; René Hamel, malgré une crevaison, est troisième à 10 min 3 s, Georges Wambs, retardé par trois crevaisons en 20 kilomètres, se classe huitième à 17 min 46 s, alors qu’André Leducq est neuvième. Le classement par équipes, qui prend en compte le résultat des trois meilleurs représentants de chaque nation, revient à la France, devant la Belgique et la Suède.

27 juillet 1924

Cyclisme sur piste

  • Au vélodrome municipal de Vincennes, Lucien Michard (21 ans) remporte la compétition de vitesse en dominant facilement en finale le Néerlandais Jacob Meijer et l’autre Français, Jean Cugnot.
  • Les Français Lucien Choury et Jean Cugnot sont champions olympiques de tandem.

Cérémonie de clôture

  • Après les dernières épreuves équestres, la cérémonie de clôture se déroule au stade de Colombes. Les athlètes occupent la pelouse pour l’au-revoir. On remet les récompenses aux lauréats: un représentant par nation s’avance au pied de la tribune officielle et reçoit les médailles obtenues par sa délégation des mains de Coubertin. Pour la première fois, trois drapeaux sont hissés aux mâts: le drapeau du C.I.O., celui de la France, qui vient d’accueillir les Jeux, et celui des Pays-Bas, car les Jeux de 1928 auront lieu à Amsterdam. Coubertin prononce la clôture des Jeux.

©Pierre LAGRUE

Laisser un commentaire