Bruno FATTORI (1891-1985)

Poète italien

Bruno Fattori mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «poésie», une sous-catégorie de la catégorie «littérature», pour Profili Azzurri. Cette année-là, dans la catégorie «poésie», la médaille d’or revint au célèbre poète et sculpteur allemand Felix Dhünen, pour Der Läufer (Le Coureur). Dans son œuvre, Bruno Fattori a fait une large place aux expériences vécues, à sa ville de Pise, et il valorise le sport. Sa poésie demeura néanmoins de facture très classique.

©Pierre LAGRUE