1996-Jeux Olympiques d’été d’Atlanta

1996Atlanta

18 septembre 1990

  • Le Comité international olympique (C.I.O.), réuni pour sa quatre-vingt-seizième session à Tokyo, désigne Atlanta ville d’accueil des XXIIIes Jeux Olympiques d’été de 1996. Au cinquième tour de scrutin, Atlanta recueille 51 voix, contre 35 pour Athènes. Les Jeux du centenaire se tiendront non pas dans le berceau de l’olympisme renaissant, mais dans la capitale de la Georgie américaine, l’empire de Coca-Cola et de C.N.N., le temple de la boisson gazeuse et de la télévision.

19 juillet 1996

Cérémonie d’ouverture

  • En ce vendredi soir, pour la cérémonie d’ouverture, un grand spectacle de 4 heures est proposé par le metteur en scène Don Mischer aux quatre-vingt mille personnes présentes dans les gradins du stade olympique et à quatre milliards de téléspectateurs. L’histoire antique est convoquée dans différents tableaux, les gospels évoquent la figure de Martin Luther King, enfant d’Atlanta. Neuf gloires olympiques reçoivent l’hommage du public. Le boxeur Evander Holyfield pénètre dans le stade en tenant à bout de bras la torche dessinée par Peter Mastrogiannis, faite de feuilles d’aluminium, de cuivre et d’or; Paraskevi Patoulidou, l’athlète grecque gagnante du 100 mètres haies à Barcelone, le rejoint; les deux champions bouclent un tour de stade et transmettent le flambeau à la nageuse Janet Evans. Celle-ci gravit l’escalier conduisant à la vasque olympique plongée dans l’obscurité. Soudain, le stade est saisi par une intense émotion, qui se propage sans doute dans le monde entier par l’intermédiaire de la télévision: sur les écrans géants apparaît le visage de Muhammad Ali; celui-ci, diminué par la maladie de Parkinson, embrase la vasque olympique. L’Amérique rend ainsi hommage à un champion que, naguère, elle avait honni pour ses prises de position en faveur de la cause des Noirs et contre la guerre du Vietnam. Bill Clinton, à l’abri derrière une vitre de protection, déclare ouverts les XXIIIes Jeux Olympiques d’été d’Atlanta. Teresa Edwards, championne de basket-ball, prête le serment des athlètes. Céline Dion, Gladys Knight et Jessye Norman font entendre leurs voix.

Lire la suite