L’erreur de James Ball en 1928

Toiser n’est pas gagner…

1928BALL (2)L’athlète canadien James Ball fait partie des fanfarons et des étourdis de l’histoire olympique. Aux Jeux d’Amsterdam, en 1928, dans le 400 mètres, James Ball, qui se trouvait en première position, tourna la tête pour toiser ses concurrents… Résultat, Ray Barbuti (États-Unis) le déborda et s’imposa…

©Pierre LAGRUE



Guillemot sortait à peine de table

Digérer et courir…

1920GUILLEMOTLe Français Joseph Guillemot remporta le 5000 mètres aux Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920, en battant à la surprise générale le Finlandais Paavo Nurmi. Trois jours plus tard, il comptait bien récidiver dans le 10000 mètres. Mais l’heure du départ de l’épreuve fut avancée. Guillemot fut prévenu au dernier moment, alors qu’il sortait à peine de table. Il se chaussa promptement et se rendit au stade à la hâte. Guillemot opposa une résistance farouche à Nurmi, mais il dut s’incliner de peu. Sans cet aléa horaire, sa médaille d’argent se serait-elle transformée en médaille d’or?

©Pierre LAGRUE



Nedo Nadi pleurait dans son coin

Sèche tes larmes…

NadiAux Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920, le dénouement de la compétition individuelle de fleuret fut poignant. Le Français Roger Ducret avait battu l’Italien Nedo Nadi, et il pensait ainsi tenir la médaille d’or. Très déçu, Nedo Nadi partit pleurer dans son coin. Mais, dans son dernier assaut, Roger Ducret fut battu par l’Italien Pietro Speciale, qui avait été dominé par tous ses adversaires jusque-là. Nedo Nadi fut donc tout surpris de remporter la médaille d’or… et il sécha ses larmes.

©Pierre LAGRUE



Quand Edwin Moses bafouille en 1984…

Trac olympique…

1984MOSESPour les Jeux Olympiques de Los Angeles, en 1984, Edwin Moses fut choisi pour prononcer le serment olympique. Mais l’athlète américain était plus doué pour franchir les haies que pour tenir le micro. Victime du trac, il resta longtemps muet, puis il prêta en bafouillant le serment… On lui pardonnera.

©Pierre LAGRUE

 



Dara Torres s’était coupé les ongles en 2008

Battue d’un ongle…

2008TORRESLa nageuse américaine Dara Torres a réussi l’exploit de remporter 3 médailles d’argent aux Jeux Olympiques de Pékin, en 2008, à l’âge de 41 ans, dans une discipline qui voit le plus souvent briller des adolescentes. Pourtant, elle pense qu’elle a manqué la médaille d’or dans le 50 mètres en raison… d’une erreur de jeunesse. Battue d’un centième de seconde par l’Allemande Britta Steffen (24,06 s, contre 24,07 s), elle pensa que cette défaite était dû au fait qu’elle s’était coupé les ongles le matin. Jamais l’expression «battue d’un ongle» ne fut employée avec autant de justesse…

©Pierre LAGRUE



La vérité sur la médaille d’or de Cassius Clay

Une légende tellement plausible…

1960ALILe personnage de Muhammad Ali nous a toujours fasciné. Avec raison, car il a révolutionné la boxe chez les poids lourds, et n’a pas hésité à sacrifier ses plus belles années pour défendre ses justes causes. Au moment de sa mort, le 4 juin 2016, les médias du monde entier ont revisité la vie de celui qui se surnommait «The Greatest». On a rappelé que, sous le nom de Cassius Clay, il remporta une médaille d’or aux Jeux Olympiques de Rome en 1960, dans la catégorie des mi-lourds. Lire la suite

Ivanov laisse tomber sa médaille dans le lac en 1956

Rameur ému et maladroit

1956Ivanov (2)Le rameur soviétique Viatcheslav Ivanov remporta trois fois consécutivement la compétition de skiff aux Jeux Olympiques (1956, 1960, 1964). À l’issue de sa première victoire, à Melbourne en 1956, il fut tellement ému après avoir reçu sa médaille d’or qu’il la laissa tomber dans le lac Wendouree. Il plongea alors pour tenter de la récupérer, mais en vain… Le Comité international olympique (C.I.O.) lui offrira par la suite une médaille de remplacement.

©Pierre LAGRUE

Henry Pearce et les canards en 1928

Un ami des bêtes

CANARDAux Jeux Olympiques d’Amsterdam, en 1928, le solide Australien de 22 ans Henry Pearce (1,88 m, 95 kg) remporta la compétition d’aviron en skiff, avec une grande facilité (son dauphin, l’Américain Kenneth Myers, fut relégué à près de 10 secondes). Pearce était tellement fort que, en quart de finale, il s’était même permis de couper son effort pour laisser passer une famille de canards.

©Pierre LAGRUE