Riccardo BARTHELEMY (1869-1937)

Musicien italien

ART-1912Remporter la première médaille d’or dans une discipline olympique vaut bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Surtout quand cette discipline n’est pas un sport. En effet, en 1912, à l’occasion des Jeux de Stockholm, furent pour la première fois organisés des «concours d’art et littérature», concrétisant enfin une idée chère à Pierre de Coubertin, et ce malgré les réticences des organisateurs suédois. La participation se limita souvent à des artistes de second rang. Ainsi, Riccardo Barthelemy obtint la médaille d’or dans la catégorie «musique» pour la Marche olympique triomphale. Notons que le jury n’attribua ni médaille d’argent ni médaille de bronze. Riccardo Barthelemy ne connaîtra guère d’autres succès. Il est essentiellement connu pour avoir accompagné au piano Enrico Caruso.

©Pierre LAGRUE



Georges MONIER (1892-1974)

Musicien belge

MONIERGeorges Monier est resté totalement méconnu. Il fut pourtant champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1920, aux Jeux d’Anvers, Georges Monier remporta une médaille d’or, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique» pour Olympique. Par ailleurs, Georges Monier fut un des co-fondateurs du journal 7 Arts, dont il dirigea la rubrique musicale. En fait, on ne connaît pas grand-chose de plus sur Georges Monier, un champion olympique quasi anonyme.

©Pierre LAGRUE



Oreste RIVA (1860-1936)

Musicien italien

RIVA-OKOreste Riva mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1920 aux Jeux d’Anvers, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique» pour Marcia trionfale (Marche triomphale). Cette année-là, la médaille d’or revint au Belge Georges Monier, un compositeur méconnu. Oreste Riva composa des œuvres pour orchestre et musique de chambre et quelques opéras. Son opéra le plus célèbre demeure Il Narciso (1933).

©Pierre LAGRUE



Josef SUK (1874-1935)

Musicien tchèque

SUK-OK-antiqueJosef Suk est considéré comme un des plus grands violonistes virtuoses du XXe siècle. Élève de Dvorak, il composa essentiellement de la musique symphonique, influencée par la musique populaire. Sa symphonie en cinq mouvements Asraël demeure son œuvre la plus connue. Lire la suite

Zbigniew TURSKI (1908-1979)

Compositeur et chef d’orchestre polonais

TURSKI-OKZbigniew Turski mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il fut, en 1948, le dernier champion olympique dans une discipline bien particulière: la musique orchestrale. En effet, en 1912, aux Jeux de Stockholm, une idée chère à Pierre de Coubertin avait été mise en œuvre: l’organisation de «concours d’art et littérature». Ceux-ci eurent leur place aux Jeux jusqu’en 1948, à Londres. Cette année-là, Zbigniew Turski obtint la médaille d’or pour Symfonia Olimpijska (Symphonie olympique). Zbigniew Turski composa plusieurs grandes symphonies et quelques musiques de films célèbres, notamment pour Halina Bielinska ou Sylwester Checinski (La Pantoufle dorée).

En 1949, le Comité international olympique (C.I.O.) avait décidé de supprimer les «concours d’art et littérature» du programme des Jeux. Zbigniew Turski n’eut donc pas de successeur au palmarès.

©Pierre LAGRUE



Kalervo TUUKKANEN (1913-2006)

Musicien finlandais

1948TuukkanenKalervo Tuukkanen mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1948 aux Jeux de Londres, une médaille d’argent, non pas dans le domaine du sport, mais dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique orchestrale», une sous-catégorie de la catégorie «musique», pour Karhunpyynti (Chasse à l’ours). Lire la suite

Erling BRENE (1896-1980)

Musicien danois

1948BRENE2Erling Brene mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1948 aux Jeux de Londres, une médaille de bronze, non pas dans le domaine du sport, mais dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique orchestrale», une sous-catégorie de la catégorie «musique», pour La Vigueur. Lire la suite

Paul HÖFFER (1895-1949)

Musicien allemand

HOFFER-antiquePaul Höffer mérite ici mention car il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1936, aux Jeux de Berlin, Paul Höffer obtint une médaille d’or, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique chorale», pour Olympischer Schwur (Serment olympique).

©Pierre LAGRUE



Kurt THOMAS (1904-1973)

Musicien allemand

Kurt Thomas mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique chorale», pour Kantate zur Olympiade 1936 (Cantate olympique, 1936). Cette année-là, dans la catégorie «musique chorale», la médaille d’or revint à un autre Allemand, Paul Höffer, pour Olympischer Schwur (Serment olympique). Kurt Thomas adhéra au Parti nazi en 1940, et son rôle à la tête du Musischen Gymnasium de Francfort (1939-1945), un établissement considéré comme une des écoles de l’élite du nazisme, demeure sujet de controverses. Cantor à l’église de l’Épiphanie de Francfort, Kurt Thomas occupa le poste prestigieux de Thomaskantor à l’Église Saint-Thomas de Leipzig de 1957 à 1961.

©Pierre LAGRUE

Harald GENZMER (1909-2007)

Musicien allemand

GENZMER-OKHarald Genzmer mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique chorale», pour Der Läufer (Le Coureur). Cette année-là, dans la catégorie «musique chorale», les Allemands furent à l’honneur, puisque la médaille d’or revint à un autre Allemand, Paul Höffer, pour Olympischer Schwur, tout comme la médaille d’argent, attribuée à Kurt Thomas, pour Kantate zur Olympiade 1936. Harald Genzmer, ami de Richard Strauss, fut un pianiste apprécié par les dignitaires nazis.

©Pierre LAGRUE