Jaroslav KRICKA (1882-1969)

Musicien tchèque

KRICKA-OKJaroslav Kricka mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique pour orchestre», pour sa suite Horácká. Cette année-là, dans la catégorie «musique pour orchestre», la médaille d’or revint à l’Allemand Werner Egk, pour Olympische Festmusik, et la médaille d’argent à l’Italien Lino Liviabella, pour Il Vincitore. Jaroslav Kricka composa des opéras, des symphonies, mais aussi de la musique de scène et de film (notamment pour Jarni Pisen, de Rudolf Hrusinsky, 1944).

©Pierre LAGRUE



Lino LIVIABELLA (1902-1964)

Musicien italien

LIVABELLA-OKLino Liviabella mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique pour orchestre», pour son poème symphonique Il Vincitore (La Victoire), créé par l’Orchestre philharmonique de Berlin, dirigé par lui-même. Cette année-là, dans la catégorie «musique pour orchestre», la médaille d’or revint à l’Allemand Werner Egk, pour Olympische Festmusik. Lino Liviabella, pianiste de talent et compositeur reconnu, obtint d’autres récompenses, telles que le prix de la Terza Mostra Nazionale di Musica Contemporanea, avec la Sonata in un tempo per violino e pianoforte (1934), le prix Alice Lumbroso, pour l’opéra La Gondola (1937), le Premio San Remo (1940) ou le prix de Rome, pour sa cantate O Crux, ave! (1950).

©Pierre LAGRUE



Harald GENZMER (1909-2007)

Musicien allemand

GENZMER-OKHarald Genzmer mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique chorale», pour Der Läufer (Le Coureur). Cette année-là, dans la catégorie «musique chorale», les Allemands furent à l’honneur, puisque la médaille d’or revint à un autre Allemand, Paul Höffer, pour Olympischer Schwur, tout comme la médaille d’argent, attribuée à Kurt Thomas, pour Kantate zur Olympiade 1936. Harald Genzmer, ami de Richard Strauss, fut un pianiste apprécié par les dignitaires nazis.

©Pierre LAGRUE



Kurt THOMAS (1904-1973)

Musicien allemand

Kurt Thomas mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique chorale», pour Kantate zur Olympiade 1936 (Cantate olympique, 1936). Cette année-là, dans la catégorie «musique chorale», la médaille d’or revint à un autre Allemand, Paul Höffer, pour Olympischer Schwur (Serment olympique). Kurt Thomas adhéra au Parti nazi en 1940, et son rôle à la tête du Musischen Gymnasium de Francfort (1939-1945), un établissement considéré comme une des écoles de l’élite du nazisme, demeure sujet de controverses. Cantor à l’église de l’Épiphanie de Francfort, Kurt Thomas occupa le poste prestigieux de Thomaskantor à l’Église Saint-Thomas de Leipzig de 1957 à 1961.

©Pierre LAGRUE

John WEINZWEIG (1913-2006)

Musicien canadien

1948weinzweigJohn Weinzweig mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1948 aux Jeux de Londres, une médaille d’argent, non pas dans le domaine du sport, mais dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique instrumentale», une sous-catégorie de la catégorie «musique», pour Divertimenti for Solo Flute and Strings. Lire la suite

Sergio LAURICELLA (1921-2008)

Musicien italien

HOFFER-antiqueSergio Lauricella mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1948 aux Jeux de Londres, une médaille de bronze, non pas dans le domaine du sport, mais dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique instrumentale», une sous-catégorie de la catégorie «musique», pour Toccata per Pianoforte. Cette année-là, dans la catégorie «musique instrumentale», le jury n’accorda pas de médaille d’or, et la médaille d’argent revint au Canadien John Weinzweig.

Notons que ces Jeux de 1948 marquèrent la dernière édition de ces «concours d’art et littérature», créés en 1912, car, en 1949, le Comité international olympique (C.I.O.) décida de les supprimer.

©Pierre LAGRUE



Riccardo BARTHELEMY (1869-1937)

Musicien italien

ART-1912Remporter la première médaille d’or dans une discipline olympique vaut bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Surtout quand cette discipline n’est pas un sport. En effet, en 1912, à l’occasion des Jeux de Stockholm, furent pour la première fois organisés des «concours d’art et littérature», concrétisant enfin une idée chère à Pierre de Coubertin, et ce malgré les réticences des organisateurs suédois. La participation se limita souvent à des artistes de second rang. Ainsi, Riccardo Barthelemy obtint la médaille d’or dans la catégorie «musique» pour la Marche olympique triomphale. Notons que le jury n’attribua ni médaille d’argent ni médaille de bronze. Riccardo Barthelemy ne connaîtra guère d’autres succès. Il est essentiellement connu pour avoir accompagné au piano Enrico Caruso.

©Pierre LAGRUE



Josef SUK (1874-1935)

Musicien tchèque

SUK-OK-antiqueJosef Suk est considéré comme un des plus grands violonistes virtuoses du XXe siècle. Élève de Dvorak, il composa essentiellement de la musique symphonique, influencée par la musique populaire. Sa symphonie en cinq mouvements Asraël demeure son œuvre la plus connue. Lire la suite

Rudolph SIMONSEN (1889-1947)

Musicien danois

Simonsen-OKRudolph Simonsen a toute sa place au titre de l’olympisme inattendu. En effet, aux Jeux Olympiques d’Amsterdam en 1928, les des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, mis en place en 1912, furent considérablement augmentés, par la création de sous-catégories, le nombre de disciplines passant de cinq à treize. Ainsi, la catégorie «musique» fut subdivisée en trois sous-catégories («chant», «solo», «musique pour orchestre»). Il faut croire que les œuvres présentées ne furent pas d’une qualité inoubliable, puisque le jury n’accorda qu’une seule médaille, en bronze. Rudolph Simonsen fut cet unique médaillé, pour sa symphonie no 2 Hellas («musique pour orchestre»). Plus que pour ses œuvres, Rudolph Simonsen est connu pour ses activités de pédagogue: il enseigna au Det Kongelige Danske Musikkonservatorium (Académie royale danoise de musique), dont il devint le directeur en 1931, succédant à ce poste au célèbre Carl Nielsen. Rudolph Simonsen a par ailleurs publié plusieurs traités sur les techniques musicales.

©Pierre LAGRUE



Oreste RIVA (1860-1936)

Musicien italien

RIVA-OKOreste Riva mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1920 aux Jeux d’Anvers, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «musique» pour Marcia trionfale (Marche triomphale). Cette année-là, la médaille d’or revint au Belge Georges Monier, un compositeur méconnu. Oreste Riva composa des œuvres pour orchestre et musique de chambre et quelques opéras. Son opéra le plus célèbre demeure Il Narciso (1933).

©Pierre LAGRUE