Edouard STRELTSOV (1937-1990)

Footballeur soviétique

STRELTSOV (3)Edouard Anatolievitch Streltsov connut un destin hors norme. Il est ici mentionné, car il fut champion olympique en 1956, au sein de l’équipe d’U.R.S.S. (il ne disputa pas la finale) du célèbre Lev Yachine.

Edouard Streltsov effectua ses débuts au Torpedo Moscou, en 1954. Attaquant efficace, il fut sélectionné pour la première fois en équipe d’U.R.S.S. en 1955. Jusqu’en 1958, il honora 21 sélections et inscrivit 18 buts. Mais ses exploits n’étaient pas du goût des autorités soviétiques, car Edouard Streltsov, véritable « icône du peuple », était un personnage atypique dans un régime communiste : il ne voulait pas entrer dans le moule de l’athlète soviétique standard, et le faisait savoir ; il ne voulut pas être transféré dans un des deux grands clubs de Moscou (C.S.K.A. et Dynamo). Pis, il refusa la main de la fille d’Ekaterina Furtseva, une amie proche de Nikita Khrouchtchev. En outre, le Parti communiste le soupçonnait de vouloir passer à l’Ouest à la première occasion. Peu avant la Coupe du monde 1958, Edouard Streltsov se rendit à une réception donnée par un officier de l’Armée rouge, et il se fit piéger par le K.G.B. Une jeune femme l’accusa de viol. Edouard Streltsov, pensant que sa notoriété et l’approche de la Coupe du monde lui permettraient d’échapper à toute condamnation, avoua le viol. La victime se rétractera, mais la machine à broyer du régime communiste était à l’œuvre : l’U.R.S.S. préféra se passer de son meilleur joueur plutôt que de risquer de voir cet « exemple des maux de l’impérialisme occidental » briller devant les caméras du monde entier ; il fut condamné à 12 années de goulag, car il avait eu l’outrecuidance de tenir tête aux dignitaires du régime. Libéré en 1963, Edouard Streltsov reprit sa carrière, toujours au sein du Torpedo Moscou, en 1965. Edouard Streltsov aurait pu participer à la Coupe du monde en 1966, mais les autorités soviétiques ne lui accordèrent pas le visa qui lui aurait permis de se rendre en Angleterre. Trois mois plus tard, il sera de nouveau autorisé à participer à des rencontres internationales… Il mit un terme à sa carrière en 1970.

©Pierre LAGRUE