Grit BREUER (1972- )

Athlète allemande

La carrière de Grit Breuer est aussi longue que marquée du sceau du soupçon : elle débuta sur la scène internationale aux Jeux Olympiques de Séoul, en 1988, où elle disputa les séries du relais 4 fois 400 mètres avec la R.D.A., et n’annonça sa retraite sportive qu’en 2005, quinze ans après la réunification de l’Allemagne. Elle symbolise aussi les difficultés de l’intégration des sportifs de la R.D.A. au sein de l’Allemagne unifiée.

Lors des Championnats d’Europe d’athlétisme de 1990 à Split, Grit Breuer remporta le 400 mètres et le relais 4 fois 400 mètres, sous les couleurs de la R.D.A. En 1991, elle obtint la médaille d’argent sur 400 mètres aux Championnats du monde d’athlétisme de Tokyo, sous les couleurs de l’Allemagne unifiée. En janvier 1992, tout comme ses coéquipières Katrin Krabbe et Silke Gladisch-Möller, elle fit l’objet d’un contrôle antidopage inopiné, et les échantillons intriguèrent les contrôleurs : on ne découvrit pas d’anabolisants, mais les analyses étaient absolument identiques, comme si elles provenaient d’une seule et même personne ! Un avocat leur évita la suspension… mais provisoirement : en juillet 1992, un nouveau contrôle inopiné mit au jour des traces de clenbutérol (anabolisant) dans les urines de Grit Breuer, qui fut suspendue deux ans.

Grit Breuer reprit la compétition, obtint une médaille de bronze dans le relais 4 fois 400 mètres aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996 d’Atlanta, puis une médaille d’or, toujours avec le relais 4 fois 400 mètres aux Championnats du monde en 1997 à Athènes. Elle remporta de nouveau le 400 mètres et le relais 4 fois 400 mètres aux Championnats d’Europe de Budapest en 1998, puis une nouvelle médaille de bronze dans le relais 4 fois 400 mètres aux Championnats du monde en 1999. En 2002, elle obtint la médaille d’argent sur 400 mètres et la médaille d’or dans le relais 4 fois 400 mètres aux Championnats d’Europe de Munich. Mais, en septembre 2004, elle s’est soustraite à un contrôle inopiné de l’agence antidopage allemande. Ajoutons que son compagnon et ex-entraîneur Thomas Springstein sera condamné à 16 mois de prison avec sursis pour avoir fourni des anabolisants à une jeune athlète de 17 ans.

©Pierre LAGRUE