Hasely CRAWFORD (1950- )

Athlète trinidadien

crawford-1-concentrateSpécialiste du sprint, Hasely Crawford devint une célébrité dans son pays en remportant le 100 mètres, l’épreuve reine, lors des Jeux Olympiques de Montréal, en 1976. En effet, il apportait à Trinité-et-Tobago la première médaille d’or olympique de son histoire.

Né dans une famille sportive de onze enfants, Hasely Crawford obtient une bourse pour aller étudier aux États-Unis, à l’université du Michigan, où il mène de front études et entraînement sportif. Le sprinter se révèle en remportant la médaille de bronze du 100 mètres aux Jeux du Commonwealth en 1970. Néanmoins, il ne fait pas partie des favoris de l’épreuve à l’occasion des Jeux Olympiques de Munich en 1972. Surprenant, il réalise un bon temps lors des séries qualificatives (10,18 s) et semble en mesure de menacer le favori, le Soviétique Valeri Borzov. Hélas ! il se blesse en finale et ne peut pas défendre ses chances. Crawford reconnaîtra par la suite avoir disputé trop de courses avant les Jeux, ce qui fragilisa son imposante musculature (1,89 m, 89 kg).

Crawford retient la leçon et se fixe dès lors un unique objectif : devenir champion olympique en 1976. Il s’entraîne à partir de 1975 avec Bob Parks, se ménage, court peu, travaille sa technique. C’est un champion au faîte de sa forme qui se présente donc à Montréal en 1976. Néanmoins, il n’est pas le favori – Borzov ayant encore la faveur des pronostics. En finale, le Soviétique prend le meilleur départ, mais Crawford fait son retard, passe en tête à 30 mètres de la ligne et s’impose en 10,06 s, de peu devant le Jamaïquain Don Quarrie (10,07 s), alors que Borzov obtient la médaille de bronze (10,14 s). Un style d’une fluidité rare pour un sprinter de son gabarit et un mental d’acier : voilà les ingrédients qui font de lui un champion olympique.

Hasely Crawford devient une star dans son petit pays : deux timbres-poste à son effigie sont imprimés, six chansons caribéennes traditionnelles sont composées en son honneur… Crawford participe encore au 100 mètres olympique en 1980 et en 1984, mais sans réussir à se qualifier pour la finale.

©Pierre LAGRUE