Katarina WITT (1965- )

Patineuse est-allemande

Usant de son charme, séduisante et séductrice, Katarina Witt marqua le patinage artistique féminin de son empreinte. Avec elle, le patinage artistique connut un engouement médiatique inédit, qu’il conservera. Katarina Witt s’initie au patinage artistique sous la direction de l’entraîneuse est-allemande Jutta Müller, qui a déjà formé Gabrielle Seyfert et Anett Poetsch. Championne d’Europe en 1982, elle obtiendra cinq autres titres (1983, 1984, 1985, 1987 et 1988). Elle connaît son premier sacre mondial en 1984, performance qu’elle rééditera en 1985, 1987 et 1988.

En 1984, lors des Jeux Olympiques de Sarajevo, elle s’adjuge le titre, grâce à un programme libre parfait, s’imposant devant la favorite américaine Rosalynn Sumners. En 1988, à Calgary, une autre Américaine, Debi Thomas, se veut sa principale rivale. Interprétant une Carmen enjôleuse à l’érotisme quelque peu provocant, Katarina Witt charme juges et public, et obtient une nouvelle médaille d’or, devant la Canadienne Elizabeth Manley. Elle met alors un terme à sa carrière et se produit dans les spectacles professionnels.

Elle laisse l’image d’une patineuse à l’élégance absolue, qui a su marier ses qualités physiques à un charme incomparable. En 1994, à Lillehammer, les professionnels étant autorisés à participer aux Jeux, Katarina Witt se classe septième de l’épreuve remportée par l’Ukrainienne Oksana Baïul, mais le public lui réserve une magnifique ovation, saluant une dernière fois sa grâce.

©Pierre LAGRUE