Leonid JABOTINSKI (1938-2016)

Haltérophile soviétique

1968-Jabotinski-3-antiqueLeonid Jabotinski (ou Zhabotinsky) fut le premier prototype d’haltérophile poids lourd au physique disproportionné. Au meilleur de sa forme, il pesait 154 kg. En outre, il remporta la première de ses deux médailles d’or olympiques grâce à une ruse, ce qui lui vaut bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Leonid Jabotinski fait ses débuts aux Jeux en 1964 à Tokyo. Le favori est son compatriote Iouri Vlassov, tenant du titre. Le duel entre les deux Soviétiques s’avère homérique. Vlassov bat d’abord le record du monde du développé (197,5 kg), alors que Jabotinski en reste à 187,5 kg ; à l’arraché, Jabotinski soulève 167,5 kg, Vlassov 162,5 kg. Le dénouement, à l’épaulé-jeté, est polémique. Iouri Vlassov soulève 210 kg : avec un total de 570 kg, il semble tenir la médaille d’or, d’autant que Jabotinski paraît résigné. Jabotinski, qui semble blessé, fait mine d’admettre sa défaite bien qu’il ait le droit d’effectuer encore un essai : il s’agit en réalité d’un stratagème et, contrairement à ce que pensaient Vlassov et les autres concurrents, Jabotinski se présente une dernière fois sur le plateau, demande une barre de 217,5 kg, ce qui constituerait le record du monde… et parvient à la soulever ! Vlassov est à la fois dépité et en colère ; Jabotinski, qui réalise donc 572,5 kg (record olympique) aux trois mouvements, obtient la médaille d’or. Leonid Jabotinski règne alors sur la catégorie des poids lourds. Il obtient une seconde médaille d’or olympique, en 1968 à Mexico. Il réalise la même performance qu’en 1964 (572,5 kg), mais devance largement le Belge Serge Reding et l’Américain Joseph Dube (555 kg). Durant sa carrière, Leonid Jabotinski améliora dix-sept records du monde, portant en 1967 le total aux trois mouvements à 590 kg, et fut deux fois champion du monde.

©Pierre LAGRUE