Les passages à niveau perturbent la course cycliste sur route en 1920

Champion olympique grâce à un passage à niveau

000STENQ-2-concentrateLors des Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920, la course cycliste sur route consistait en un contre-la-montre de 175 kilomètres. Les coureurs partaient de Merksem, dans la banlieue d’Anvers, pour faire une boucle traversant Turnhout, Molt, Heist-op-den-Berg et Lierre, avec arrivée à Anvers, où se massait une foule immense. Sur une telle distance et avec un tel parcours, certains coureurs risquaient d’être bloqués par des passages à niveau fermés – la circulation ferroviaire étant privilégiée par rapport à la compétition olympique. Mais les officiels avaient anticipé le problème : si un des participants était retardé par le passage d’un train, son temps final serait diminué d’autant. En définitive, le Sud-Africain Henry Kaltenbrunn fut déclaré vainqueur, dans un temps de 4 heures 41 minutes et 26 secondes, devant le Français Fernand Canteloube. L’équipe sud-africaine partit célébrer la victoire, avant de recevoir une douche froide. En effet, cinq des quarante-deux arrivants avaient été retardés par un passage à niveau : parmi ceux-ci figurait le Suédois Harry Stenqvist, initialement troisième (4 h 44 min 2 s) ; ce dernier avait été retardé de 4 minutes et 1 seconde par le chemin de fer. Une fois le temps corrigé, Harry Stenqvist fut déclaré champion olympique (4 h 40 min 1 s).

©Pierre LAGRUE