L’histoire s’écrit à Chicago

Cubs et Blacks, destins contraires

Le début du mois de novembre 2016 a vu deux histoires sportives séculaires bouleversées. En base-ball, les Chicago Cubs ont remporté les World Series pour la première fois depuis 108 ans. En rugby, l’Irlande a battu la Nouvelle-Zélande pour la première fois depuis que ce sport existe. Toute série finit par s’achever un jour. Mais que deux histoires centenaires se renversent en une semaine et au même endroit mérite une mention particulière. D’abord, en battant les Cleveland Indians, les Chicago Cubs ont remporté leur premier titre depuis 1908. Baptisés les lovealab losers (perdants magnifiques), les Cubs ont abandonné ce surnom, et plus de 5 millions de personnes se sont rassemblées dans les rues de Chicago pour fêter le succès de leurs héros. Ensuite, le 5 novembre, l’Irlande a dominé la Nouvelle-Zélande (40-29) pour la première fois, ce qui est d’autant plus inattendu que les All Blacks venaient d’établir le record mondial du nombre de victoires consécutives (18): depuis 1905, Irlande et Nouvelle-Zélande s’étaient affrontées 28 fois, et jamais les Verts n’avaient battus les Blacks. Que ces deux événements interviennent dans la ville de Barack Obama au moment où le président des États-Unis va connaître son successeur à la Maison-Blanche ajoute au côté historique de ces événements.

©Pierre LAGRUE