Roland MATTHES (1950- )

Nageur est-allemand

La natation a rapporté à la R.D.A. de multiples médailles d’or olympiques, surtout dans les compétitions féminines, « grâce » au dopage d’État. Néanmoins, les premières médailles d’or est-allemandes furent obtenues par un homme, Roland Matthes, spécialiste de la nage sur le dos. En outre, il construisit sa carrière avant la mise en œuvre du programme étatique de dopage. Roland Matthes fut ainsi un des rares champions, à la fin des années 1960 et au début des années 1970, à contester l’hégémonie des Américains en natation.

Recordman du monde du 100 mètres dos dès 1967 (58,4 s), il remporta, en 1968 à Mexico, le titre olympique sur 100 mètres dos (58,7 s), devant les Américains Charles Hickcox et Ronald Mills, et sur 200 mètres dos (2 min 9,6 s), devant les Américains Mitchell Ivey et Jack Horsley ; il obtint également la médaille d’argent avec le relais 4 fois 100 mètres 4 nages est-allemand. En 1972, aux Jeux de Munich, il récidiva, obtenant de nouveau la médaille d’or sur 100 mètres dos (56,58 s), devant les Américains Michael Stamm et John Murphy, et sur 200 mètres dos (2 min 2,82 s), devant les Américains Michael Stamm et Mitchell Ivey ; il fut aussi médaillé d’argent avec le relais 4 fois 100 mètres 4 nages et médaillé de bronze avec le relais 4 fois 100 mètres. En 1973, lors des premiers Championnats du monde à Belgrade, il remporta les 100 et 200 mètres dos, ajoutant la médaille d’argent avec le relais 4 fois 100 mètres 4 nages et la médaille de bronze avec le relais 4 fois 100 mètres. Vainqueur du 100 mètres dos aux Championnats du monde de Cali, en 1975, il obtint encore la médaille de bronze sur 100 mètres dos aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976, s’effaçant derrière le nouveau roi de la spécialité, John Naber. Invaincu de 1967 à 1974, Roland Matthes fut également cinq fois champion d’Europe et a battu seize records du monde.

De 1976 à 1982, il fut marié à Kornelia Ender, figure de proue de la natation est-allemande et mondiale. En 1981, il fut intronisé à l’International Swimming Hall of Fame. En outre, comme s’il fallait définitivement prouver que Roland Matthes avait construit sa carrière de manière « propre », sans dopage, il devint en 2006 le premier sportif issu de la R.D.A. admis au Hall of Fame des deutschen Sports (Temple de la renommée du sport allemand) – il demeure le seul.

©Pierre LAGRUE