Shizo Kanakuri met 54 ans pour terminer le marathon !

Le disparu de Stockholm

KANAKURI-2-concentrateLe marathon des Jeux Olympiques de Stockholm, en 1912, fut un des plus difficiles de l’histoire : les concurrents s’élancèrent sous un soleil de plomb ; plus de la moitié d’entre eux abandonnèrent. L’épreuve fut même le théâtre d’un drame, puisque le jeune Portugais Francisco Lázaro, victime d’une insolation, décéda à l’hôpital. Quant au Japonais Shizo Kanakuri, il a pris le départ mais n’a pas franchi la ligne d’arrivée. Pourtant, il ne figurait pas parmi les trente-deux marathoniens que les organisateurs avaient ramassés sur le parcours et qui avaient donc abandonné. On avait perdu sa trace ! La police partit à sa recherche, sans succès. Shizo Kanakuri devint rapidement le « disparu de Stockholm ». Les rumeurs se multiplièrent. Certains l’auraient aperçu titubant dans les rues de Stockholm, cherchant l’entrée du Stade olympique, d’autres l’auraient vu boire un verre en compagnie de deux beautés locales. En fait, aucune piste n’était sérieuse. Le temps passant, les recherches s’arrêtèrent, puis on l’oublia. En fait, épuisé, Shizo Kanakuri avait demandé à un spectateur de lui donner à boire. Ce spectateur compatissant lui offrit donc un verre d’eau. Mieux, devant sa souffrance et son état d’épuisement, il lui proposa un lit pour se reposer. Shizo Kanakuri accepta de s’allonger un moment, mais il dormit profondément et ne se réveilla que le lendemain matin. Quand il se quitta les bras de Morphée, honteux, Shizo Kanakuri songea à ne pas rentrer dans son pays. Finalement, dans la plus grande discrétion, il embarqua sur un navire mouillant en Suède et en partance pour le Japon. Toutefois, cette mésaventure de 1912 l’avait profondément meurtri. Ainsi, en 1967, alors âgé de 76 ans, il revint à Stockholm à l’occasion de l’inauguration d’un grand magasin et… termina le marathon : conduit au Stade olympique, il trottina devant un public surpris, puis franchit la ligne d’arrivée, 54 ans, 8 mois, 6 jours, 8 heures, 32 minutes et 20 secondes après avoir pris le départ.

©Pierre LAGRUE