Parry O’BRIEN (1932-2007)

Athlète américain

OBRIENIl y a des champions qui, au-delà de leurs titres et de leurs records, marquent l’histoire de leur discipline en inaugurant une nouvelle technique. Il en est ainsi de Parry O’Brien. Parry O’Brien inventa en effet une technique qui révolutionna le lancer du poids : il se présentait dos au butoir, ce qui lui permettait d’effectuer une rotation de 180 degrés. Cette technique, dite en translation, permet d’avoir plus de vitesse et sera adoptée rapidement par tous les lanceurs. Elle demeure encore employée par nombre de champions (le Polonais Tomasz Majewski, champion olympique en 2008 et en 2012, l’employait encore), bien que la technique en rotation semble permettre désormais de meilleures performances.

Après s’être essayé au football américain, Parry O’Brien fut remarqué par l’entraîneur Jesse Mortensen, impressionné par sa carrure (1,90 m, 98 kg), qui le persuada qu’il pourrait obtenir de grands résultats s’il s’exerçait au lancer du poids. Parry O’Brien l’écouta et progressa rapidement. Il obtint sa sélection pour les Jeux Olympiques d’Helsinki en 1952. En Finlande, avec son style révolutionnaire qui choquait les puristes, il devint tout simplement champion olympique (17,41 m) devant ses compatriotes Darrow Hooper (17,39 m) et James Fuchs (17,06 m), le recordman du monde de l’époque, décontenancé par l’audace du jeune homme. Parry O’Brien battit son premier record du monde le 9 mai 1953 (18 m) ; huit autres suivront (jusqu’à 19,30 m le 1er août 1959). Il fut de nouveau champion olympique en 1956 à Melbourne (18,57 m), devant son compatriote Bill Nieder (18,18 m) et le Tchécoslovaque Jiri Skobla (17,65 m). Il obtint la médaille d’argent (19,11 m) en 1960 à Rome, derrière Bill Nieder (19,68 m) et devant un autre Américain, Dallas Long (19,01 m). Parry O’Brien participa encore aux Jeux Olympiques en 1964, mais il ne prit que la quatrième place (19,20 m) du concours remporté par Dallas Long (20,33 m) devant un autre Américain, Randy Matson (20,20 m). C’était pour lui le chant du cygne, mais il n’abandonna pas immédiatement la compétition. Ainsi, en 1966, il établira son record personnel (19,66 m). Néanmoins, cette performance se situait loin des nouveaux standards.

©Pierre LAGRUE



Eric LEMMING (1880-1930)

Athlète suédois

LEMMING (2)Eric Lemming mérite ici mention, car il fut le premier champion olympique de lancer du javelot, en 1908, année où cette épreuve fut inscrite au programme.

Doué à la fois dans le style moderne (avec prise au milieu de l’engin) et le lancer libre (souvent avec une prise très éloignée de la pointe), Eric Lemming établit son premier record du monde en 1899, avec un jet de 49,32 mètres. En 1902, il est le premier homme à lancer le javelot à plus de 50 mètres. Lors des « Jeux intercalaires » d’Athènes, en 1906, Eric Lemming bat son propre record mondial (53,90 m), et obtient 3 autres médailles, en bronze (dont une à la lutte à la corde).

Eric Lemming remporte le titre olympique du concours de javelot lors des Jeux de Londres en 1908 (54,83 m, record du monde). Il gagne également l’épreuve de lancer du javelot « libre », qui fut pour la seule fois au programme olympique. En 1912, aux Jeux de Stockholm, il devient le premier homme à lancer l’engin à plus de 60 mètres (60,64 m), exploit qui lui permet de conserver son titre et lui vaut l’ovation de ses compatriotes. Le 29 septembre 1912, de nouveau à Stockholm, Lemming réalise le meilleur lancer de sa carrière (62,32 m), établissant son neuvième record du monde.

©Pierre LAGRUE



Albin LERMUSIAUX (1874-1940)

Athlète français

LermusiauxAlbin Lermusiaux fut un des plus brillants sportifs français de la fin du XIXe siècle. Il fut un des 13 Français qui participèrent aux Iers Jeux Olympiques d’Athènes, en 1896, où il disputa quatre épreuves. À Athènes, il remporta d’abord sa série sur 800 mètres, mais renonça à prendre part à la finale pour se concentrer sur le 1 500 mètres. Dans cette épreuve, il mena la majeure partie de la course, mais fut débordé dans la dernière ligne droite par l’Australien Edwin Flack et l’Américain Arthur Blake et se classa troisième. Il participa également à l’épreuve de tir à la carabine d’ordonnance à 200 mètres et, enfin, au marathon : longtemps en tête, il abandonna au 32e kilomètre.

©Pierre LAGRUE



Ian Bernard CAMPBELL (1957- )

Athlète australien

CAMPBELL (2)Ian Bernard Campbell s’est classé cinquième du concours de triple saut aux Jeux de Moscou, en 1980 (16,72 m). Cela n’aurait rien d’extraordinaire si, comme de nombreux sportifs durant ces Jeux, il n’avait pas été floué par les juges. En effet, plusieurs de ses sauts ont été invalidés par les juges afin de favoriser les concurrents soviétiques. Ainsi, à son quatrième essai, il réalisa environ 17,60 mètres, mais le jury a déclaré cet essai nul, au motif qu’il aurait laissé un pied traîner au sol. Rappelons que le vainqueur, le Soviétique Jaak Uudmäe, fut couronné avec un essai mesuré à 17,35 mètres. En 2015, le Comité olympique australien, sur la base de vidéos qui démontrent la régularité du saut, demandera que le titre olympique soit réattribué à Campbell, sans résultat.

©Pierre LAGRUE



Hasely CRAWFORD (1950- )

Athlète trinidadien

crawford-1-concentrateSpécialiste du sprint, Hasely Crawford devint une célébrité dans son pays en remportant le 100 mètres, l’épreuve reine, lors des Jeux Olympiques de Montréal, en 1976. En effet, il apportait à Trinité-et-Tobago la première médaille d’or olympique de son histoire.

Né dans une famille sportive de onze enfants, Hasely Crawford obtient une bourse pour aller étudier aux États-Unis, à l’université du Michigan, où il mène de front études et entraînement sportif. Le sprinter se révèle en remportant la médaille de bronze du 100 mètres aux Jeux du Commonwealth en 1970. Néanmoins, il ne fait pas partie des favoris de l’épreuve à l’occasion des Jeux Olympiques de Munich en 1972. Surprenant, il réalise un bon temps lors des séries qualificatives (10,18 s) et semble en mesure de menacer le favori, le Soviétique Valeri Borzov. Hélas ! il se blesse en finale et ne peut pas défendre ses chances. Crawford reconnaîtra par la suite avoir disputé trop de courses avant les Jeux, ce qui fragilisa son imposante musculature (1,89 m, 89 kg).

Crawford retient la leçon et se fixe dès lors un unique objectif : devenir champion olympique en 1976. Il s’entraîne à partir de 1975 avec Bob Parks, se ménage, court peu, travaille sa technique. C’est un champion au faîte de sa forme qui se présente donc à Montréal en 1976. Néanmoins, il n’est pas le favori – Borzov ayant encore la faveur des pronostics. En finale, le Soviétique prend le meilleur départ, mais Crawford fait son retard, passe en tête à 30 mètres de la ligne et s’impose en 10,06 s, de peu devant le Jamaïquain Don Quarrie (10,07 s), alors que Borzov obtient la médaille de bronze (10,14 s). Un style d’une fluidité rare pour un sprinter de son gabarit et un mental d’acier : voilà les ingrédients qui font de lui un champion olympique.

Hasely Crawford devient une star dans son petit pays : deux timbres-poste à son effigie sont imprimés, six chansons caribéennes traditionnelles sont composées en son honneur… Crawford participe encore au 100 mètres olympique en 1980 et en 1984, mais sans réussir à se qualifier pour la finale.

©Pierre LAGRUE



Joe DeLOACH (1967- )

Athlète américain

DELoach (2)Le célèbre Carl Lewis n’a jamais été battu aux Jeux Olympiques lors d’une épreuve individuelle, sauf en une occasion : en 1988, sur 200 mètres, il fut devancé par Joe DeLoach, son ami, qui est passé comme une étoile filante sur la scène sportive. Joe DeLoach se révèle en 1988, en remportant le 200 mètres des sélections américaine pour les Jeux de Séoul. En Corée du Sud, il cause la surprise en remportant le 200 mètres (19,75 s), devant Carl Lewis. Par la suite, Joe DeLoach ne réalise plus de performances notables, et il met un terme à sa carrière en 1992, à 25 ans, après avoir échoué à se qualifier pour les Jeux de Barcelone.

©Pierre LAGRUE



Gabriela SZABO (1975- )

Athlète roumaine

Szabo (2)Gabriela Szabo obtint deux médailles olympiques et trois titres de championne du monde. Véritable stakhanoviste de l’athlétisme, Gabriela Szabo mit fin à sa carrière à moins de 30 ans, usée par la répétition des efforts. Plus tard, elle se lancera en politique, devenant ministre des Sports de Roumanie en 2013.

Vice-championne olympique du 1 500 mètres en 1996 à Atlanta, derrière la Russe Svetlana Masterkova, Gabriela Szabo s’oriente alors vers les distances supérieures et devient championne du monde du 5 000 mètres en 1997. 1999 est sa grande année : elle remporte toutes les courses auxquelles elle participe et est de nouveau championne du monde du 5 000 mètres, à Séville. Véritable « machine à courir », elle emploie toujours la même tactique : quel que soit le rythme imposé, elle se tient en deuxième position, et fait parler sa pointe de vitesse dans le dernier tour.

En 2000 à Sydney, elle devient championne olympique du 5 000 mètres (14 min 40,79 s), en dominant au sprint l’Irlandaise Sonia O’Sullivan. En 2001 à Edmonton, Gabriela Szabo est championne du monde du 1 500 mètres ; en revanche, elle échoue sur le 5 000 mètres, remporté par la Russe Olga Yegorova, cette dernière ayant été autorisée par l’I.A.A.F. à participer à l’épreuve alors qu’elle avait fait l’objet d’un contrôle antidopage positif à l’EPO.

Gabriela Szabo ne se contente pas de la saison d’été : elle fut championne du monde en salle du 3 000 mètres en 1995, 1997 et 1999, du 1 500 mètres en 1999. Gabriela Szabo prend sa retraite sportive en 2005.

©Pierre LAGRUE



Wolfgang SCHMIDT (1954- )

Athlète allemand

Schmidt (2)Wolfgang Schmidt représente un symbole de la guerre froide olympique : médaillé olympique sous les couleurs de l’Allemagne de l’Est, il tenta de se réfugier à l’Ouest, puis reprit sa carrière au sein de l’équipe d’Allemagne de l’Ouest. Médaillé d’argent dans le concours de lancer du disque aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976, derrière l’Américain Mac Wilkins, Wolfgang Schmidt devint champion d’Europe de la spécialité en 1978 ; la même année, il battit le record du monde (71,16 m). En 1982, il tenta de passer à l’Ouest : hélas ! en tant que membre du club de la police, il était très étroitement surveillé par la Stasi, et sa fuite se traduisit par un échec ; il fut condamné à un an de prison. Par la suite, il disparut de la scène sportive. En 1987, il fut autorisé à émigrer en Allemagne de l’Ouest. Néanmoins, il n’était pas éligible pour les Jeux de Séoul, en 1988. En 1990, aux Championnats d’Europe, il obtint la médaille de bronze sous les couleurs de la R.F.A., la médaille d’or revenant à son ex-« compatriote » est-allemand Jürgen Schult qui, deux ans plus tôt, avait refusé de lui serrer la main lors d’une compétition, le considérant comme une sorte de « déserteur ».

©Pierre LAGRUE



Jan ZELEZNY (1966- )

Athlète tchèque

Zelezny (2)En 1989, les médecins ordonnèrent à Jan Zelezny d’arrêter le lancer du javelot, car il risquait une paralysie totale en raison de problèmes vertébraux. Il ne les écouta pas. Bien lui en prit. Il avait déjà battu le record du monde en 1987 (87,66 m) et était devenu vice-champion olympique en 1988 à Séoul. Mais sa carrière débutait à peine.

En 1992, à Barcelone, il fut couronné champion olympique (89,66 m). Suivirent deux titres de champion du monde, en 1993 à Stuttgart (85,98 m) et en 1995 à Göteborg (89,58 m). Le 6 avril 1993, Jan Zelezny établissait le nouveau record du monde (95,54 m). Il portera ce record à 98,48 m le 25 mai 1996 à Iéna. En 1996 à Atlanta, il fut une deuxième fois champion olympique (88,16 m).

Par la suite, ses problèmes de santé contrarièrent de nouveau sérieusement sa carrière. Néanmoins, il était présent aux Jeux de Sydney, en 2000, et il remporta un troisième titre olympique consécutivement, grâce à un jet à 90,17 m à son troisième essai. Malgré leur déception, ses concurrents, et en premier lieu son dauphin, le Britannique Steve Backley, lui rendirent un hommage unanime. En 2001 à Edmonton, il fut une nouvelle fois champion du monde (92,70 m). Avec trois titres olympiques et trois médailles d’or mondiales, Jan Zelezny a surpassé, dans le panthéon du javelot, le Suédois Eric Lemming ou le Finlandais Matti Järvinen.

En 2006, Jan Zelezny mit un terme à sa carrière. Mais, à quarante ans, il se distingua une dernière fois : il obtint la médaille de bronze aux Championnats d’Europe de Göteborg (85,92 m), devancé par les deux nouvelles étoiles de la spécialité, le Norvégien Andreas Thorkildsen (88,78 m) et le Finlandais Tero Pitkämäki (86,44 m). La même année, il devint membre du Comité international olympique.

©Pierre LAGRUE



Waldemar CIERPINSKI (1950- )

Athlète est-allemand

cierpinskiWaldemar Cierpinski demeure assez méconnu. Pourtant, il est, avec le célèbre Éthiopien Abebe Bikila, le seul marathonien double champion olympique. Waldemar Cierpinski ne débuta sur le marathon qu’en 1974, mais il participa aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976, a priori sans grandes ambitions. Pourtant, il s’imposa à la surprise générale – lui-même étant incrédule. Quand il pénétra dans le stade, il vit que le panneau d’affichage l’annonçait premier ; il ne voulait pas le croire et, pour « assurer le coup », il décida de refaire un tour de stade complet. Quand l’Américain Frank Shorter, champion olympique en 1972, termina son marathon, Waldemar Cierpinski courait encore : sur la ligne d’arrivée, c’est donc le médaillé d’argent qui attendit le médaillé d’or. En 1980, aux Jeux de Moscou, il remporta de nouveau le marathon, devançant de quelques secondes le Néerlandais Gerard Nijboer.

©Pierre LAGRUE