Bill ROYCROFT (1915-2011)

Cavalier australien

Roycroft-2-antiqueSpécialiste du concours complet, Bill Roycroft ne parvint pas à réussir de grandes performances à titre individuel (son meilleur classement est une sixième place aux Jeux de Munich en 1972), mais il remporta trois médailles dans la compétition par équipes aux Jeux Olympiques (or en 1960 à Rome, bronze en 1968 et en 1976). On peut même dire qu’il avait « vraiment » l’esprit d’équipe, comme en atteste son étonnant courage lors des Jeux de Rome en 1960. Victime d’une chute lors du cross, il se fractura l’omoplate et fut hospitalisé. Or il savait que, s’il ne terminait pas la compétition, son équipe serait disqualifiée. Après une nuit d’hôpital, il décida de reprendre l’épreuve, et il « sauva » la médaille d’or de l’Australie. Ses coéquipiers, Lawrence Morgan et Neale Lavis, lui doivent donc une fière chandelle. Pour l’anecdote, ajoutons que, en 1976 à Montréal, âgé de soixante et un ans, il devint le médaillé Australien le plus vieux.

©Pierre LAGRUE



Pat SMYTHE (1928-1996)

Cavalière et écrivaine britannique

smythePatricia Rosemary Smythe fut une des premières femmes à se distinguer dans les compétitions équestres, et elle est connue pour ses livres. Elle a notamment publié des autobiographies, des romans équestres et des livres pour enfants, dont certains ont été publiés en France dans la collection la Bibliothèque verte (la série Ji, Ja, Jo fut un joli succès). Pat Smythe connut une enfance difficile, marquée par la mort de son frère et par la diphtérie qu’elle contracta, maladie qui faillit la tuer et la priver de l’usage de ses jambes. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle fut évacuée dans la région des Cotswolds, dans le centre de l’Angleterre, car sa mère voulait la mette en sécurité. Selon la légende, elle aurait rencontré, sans le reconnaître, le roi d’Angleterre. Empêtrée au milieu des chevaux qu’elle menait sur la route, elle aurait dit au chauffeur de la voiture dans laquelle voyageait le monarque : « Tais-toi ! Ne vois-tu pas que j’essaye de pousser ces chevaux hors de la route ! » L’histoire n’est pas avérée. Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’elle obtint la médaille de bronze dans l’épreuve de saut d’obstacles par équipes aux Jeux Olympiques en 1956, associée à deux partenaires masculins, Wilfred White et Peter Robeson. Par la suite, elle se consacrera à son activité littéraire.

©Pierre LAGRUE



César MENDOZA (1918-1996)

Cavalier et militaire chilien

MENDOZA2Certains médaillés olympiques se sont « distingués » par la suite de façon déshonorable. Ainsi de César Mendoza. Cavalier de talent, César Mendoza remporta la médaille d’or dans le concours de saut d’obstacles par équipes aux Jeux panaméricains en 1951. L’année suivante, aux Jeux Olympiques d’Helsinki, il obtint une médaille d’argent dans la même épreuve. Il réussit ses dernières performances d’envergure aux Jeux panaméricains de 1959, où il s’adjugea une nouvelle médaille d’or. César Mendoza revint sur le devant de la scène en 1973 : il participa au coup d’État du 11 septembre qui renversa le gouvernement de Salvador Allende, et fit partie de la junte militaire qui gouverna le Chili d’une main de fer. César Mendoza devint alors commandant en chef des Carabiniers et le restera jusqu’en 1985. Le 30 mars de cette année-là, trois intellectuels communistes furent assassinés par les Carabiniers : cet événement, connu sous l’expression Caso Degollados (« Affaire des égorgés ») et emblématique des violations des droits de l’homme au Chili, contraint César Mendoza à démissionner le 2 août 1985. Mais il n’est pas jugé pour ses crimes : le régime de Pinochet promulgue la « loi Mendoza », laquelle permet à toute personnalité publique « investie de dignité » de refuser de témoigner devant les tribunaux.

©Pierre LAGRUE

Mark PHILLIPS (1948- )

Cavalier britannique

1972-PHILIPPS (2)Mark Phillips remporta le concours complet d’équitation par équipes aux Jeux Olympiques de Munich, en 1972. Le prestige de cette médaille d’or fit-il chavirer le cœur de la princesse Anne du Royaume-Uni, elle-même cavalière émérite ? Toujours est-il que Mark Phillips et la princesse Anne se marièrent en grande pompe l’année suivante. Mais les histoires d’amour finissent mal en général. Mark Phillips entretint une liaison extra-conjugale avec une Néo-Zélandaise, et une petite Felicity naquit de cet adultère en 1985. La paternité de Mark Phillips ayant été prouvée par des tests ADN en 1991, la princesse Anne et Mark Phillips divorcèrent en 1992.

©Pierre LAGRUE



Carl-Friedrich VON LANGEN (1887-1934)

Militaire et cavalier allemand

VON LANGENLe baron Carl-Friedrich Von Langen s’est essentiellement fait connaître en tant que militaire. Capitaine du régiment de la garde de uhlans, il s’est illustré durant la Première Guerre mondiale sur le front de l’Est. Grièvement blessé dans les Carpates en 1915, il deviendra pourtant un cavalier émérite. À partir de 1922, il remporte de nombreuses compétitions internationales, notamment en Italie. Lire la suite

Heinz BRANDT (1907-1944)

Militaire et cavalier allemand

1936-BRANDT-forestHeinz Brandt est connu pour avoir involontairement marqué l’histoire. Le 20 juillet 1944 se tenait une réunion au quartier général d’Adolf Hitler, la Wolfsschanze, près de Rastenburg. Des conjurés décidèrent de tenter d’assassiner le führer : le colonel Claus von Stauffenberg plaça une serviette contenant une bombe à proximité d’Hitler. Or Heinz Brandt, chef d’état-major, gêné lors de l’examen des cartes par cette serviette, la déplaça. La bombe explosa bien, mais Hitler se trouvait désormais trop loin et il réchappa à l’attentat… contrairement à Heinz Brandt, qui décéda des suites de ses blessures le lendemain. Tout cela nous paraît bien loin des Jeux Olympiques. Revenons-y : Heinz Brandt était aussi un cavalier émérite, et, avec l’équipe d’Allemagne, il avait remporté la médaille d’or dans le concours de saut d’obstacles par équipes aux Jeux de Berlin en 1936.

©Pierre LAGRUE



Zara PHILLIPS (1981- )

Cavalière britannique

2012PHILIPSAux Jeux Olympiques de Londres, en 2012, le concours complet équestre vit la victoire de l’Allemand Michael Jung. Par équipes, l’Allemagne s’imposa devant la Grande-Bretagne. Zara Phillips faisait partie de l’équipe britannique, et elle obtint donc une médaille d’argent. Mais Zara Phillips est surtout la petite-fille de la reine Élisabeth II, et elle fut follement acclamée sur le podium par des Britanniques toujours amoureux de la monarchie. Lire la suite

Takeichi NISHI (1902-1945)

Militaire et cavalier japonais

1932NISHITakeichi Nishi est connu du grand public grâce à Clint Eastwood, car il est un personnage (interprété par Tsuyoshi Ihara) de son film Lettres d’Iwo Jima (2006). Takeichi Nishi fut en effet un des héros de la bataille d’Iwo Jima, lors de laquelle il trouva la mort. Après la sortie de Lettres d’Iwo Jima, Takeichi Nishi devint une célébrité au Japon, tout comme le général Kuribayashi, présenté comme un ami proche de Takeichi Nishi. Mais pourquoi donc mettre à l’honneur Takeichi Nishi au titre de l’olympisme inattendu? Tout simplement parce que Takeichi Nishi fut champion olympique. Lire la suite

Humberto MARILES CORTES (1913-1972)

Cavalier mexicain

1948-CORTESÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Humberto Mariles Cortes qui, en 1948 aux Jeux de Londres, offrit au Mexique la première médaille d’or de son histoire olympique. Si le Mexique fut régulièrement représenté aux Jeux Olympiques à partir de 1924, ses sportifs ne s’étaient jamais distingués. Humberto Mariles Cortes, cavalier émérite et fin tacticien, mit fin à cette disette de médailles. Lire la suite

Giovanni Giorgio TRISSINO (1877-1963)

Cavalier italien

1900-TrissinoÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage au comte Giovanni Giorgio Trissino, qui fut, en 1900 aux Jeux de Paris, le premier Italien couronné champion olympique. En effet, le 2 juin 1900, sur l’avenue de Breteuil, Giovanni Giorgio Trissino remporta l’épreuve de saut en hauteur équestre, ex aequo avec le Français Maximilien Gardères, les deux cavaliers franchissant 1,85 mètres. Auparavant, le 31 mai, Giovanni Giorgio Trissino s’était classé deuxième du saut en largeur, avec un bond de 5,70 mètres. L’Italie comptait à ces Jeux de Paris 20 concurrents, qui récoltèrent 4 médailles (en équitation et en escrime). On note que Giovanni Giorgio Trissino fut formé par le célèbre Federico Caprilli, qui révolutionna le saut d’obstacles en inventant la position «en équilibre», laquelle permet de franchir un obstacle avec un impact minimal sur le mouvement du cheval. En outre, Federico Caprilli devait participer à ces Jeux de Paris, mais ce militaire fut rappelé en Italie pour rejoindre son régiment. Giovanni Giorgio Trissino ne serait-il donc devenu champion olympique que par accident, à la place de son maître? Peut-être. En tout cas, Giovanni Giorgio Trissino avait plusieurs cordes à son arc: il tourna des courts-métrages sur l’art équestre et se consacra avec un certain succès à la composition musicale.

©Pierre LAGRUE