Lis HARTEL (1921-2009)

Cavalière danoise

1952HartelLis Hartel figure ici au titre de l’olympisme inattendu pour plusieurs raisons. Avant 1952, pour participer au concours équestre de dressage, il fallait être militaire, et même officier. Cette règle fut abandonnée à l’occasion des Jeux d’Helsinki, et, l’équitation étant un sport mixte, les femmes pouvaient se confronter aux hommes. Lire la suite

Lis Hartel, médaillée malgré une paralysie

Les médailles du courage

HARTELLa Danoise Lis Hartel remporta la médaille d’argent dans le concours équestre de dressage en 1952 aux Jeux d’Helsinki. Elle devint alors la première femme médaillée en équitation aux Jeux, entrant ainsi dans l’histoire. L’exploit prend encore plus de relief quand on sait qu’elle était paralysée sous les genoux à la suite d’une poliomyélite. Lis Hartel obtiendra encore la médaille d’argent en 1956 à Stockholm (lieu des épreuves d’équitation des Jeux de Melbourne).

©Pierre LAGRUE

Trois femmes devant les hommes à Séoul en 1988

Sexe faible ?

L’équitation est un sport olympique mixte, 1988equitationet les femmes devancent parfois les hommes. La compétition équestre de dressage des Jeux Olympiques de Séoul, en 1988, en fournit un bel exemple: Nicole Uphoff (Allemagne de l’Ouest) fut médaillée d’or, devant Margrit Otto-Crépin (France) et Christine Stückelberger (Suisse).

©Pierre LAGRUE

Un concours équestre difficile en 1932

Dur, dur…

chevalLa dernière épreuve des Jeux Olympiques de Los Angeles, en 1932, était le concours équestre de saut d’obstacles. Celui-ci vit la victoire du Japonais Takeichi Nishi. Mais il n’y eut pas de classement par équipes, car aucune nation n’avait réussi à terminer l’épreuve avec ses 3 cavaliers.

©Pierre LAGRUE