Ellen PREIS (1912-2007)

Escrimeuse autrichienne

1932PREISSEllen Preis obtint trois médailles aux Jeux Olympiques, la première en 1932, la dernière en 1948. Mais ce n’est pas pour cette longévité sportive que l’olympisme inattendu la met à l’honneur, mais pour le scénario de sa victoire en 1932, aux Jeux Olympiques de Los Angeles. Née à Berlin de parents autrichiens, Ellen Preis, athlète de bon niveau, est initiée au fleuret à l’âge de 18 ans par sa tante, Wilhelmine Werdink. Elle est sélectionnée dans l’équipe d’Autriche pour les Jeux Olympiques de Los Angeles en 1932. Lire la suite

Georges de LA FALAISE (1866-1910)

Escrimeur et militaire français

1900-lafalaiseLe comte Louis Venant Gabriel Le Bailly de La Falaise, connu sous le nom de Georges de La Falaise, fut le premier Français couronné champion olympique de sabre. En effet, le 18 juin 1900, durant les Jeux Olympiques de Paris, il remporta la compétition de sabre réservée aux «amateurs», en battant notamment en finale son compatriote Léon Thiébault. Sorti sous-lieutenant de l’École militaire de Saint-Cyr en 1897, capitaine de régiment de chasseurs à cheval par la suite, Louis Venant Gabriel Le Bailly de La Falaise est connu pour avoir promu le sabre au sein de l’armée. Lire la suite

Ramon FONST (1883-1959)

Escrimeur cubain

1900-FONSTÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Ramon Fonst, qui fut, en 1900 aux Jeux de Paris, le premier Cubain couronné champion olympique. En effet, il remporta le tournoi d’épée, chez les «amateurs». Pourtant, il n’y eut pas de délégation cubaine à ces Jeux de Paris, mais Ramon Fonst (17 ans), qui vivait en France depuis de longues années, s’engagea à titre individuel. Ramon Fonst participa aussi à la compétition d’épée réunissant les meilleurs «amateurs» et les meilleurs maîtres d’armes («professionnels»), et il ne s’inclina qu’en finale, battu par le Français Albert Ayat, qui n’était autre que son professeur habituel! Ramon Fonst enrichira nettement son palmarès aux Jeux de Saint Louis, en 1904, s’adjugeant la médaille d’or à l’épée comme au fleuret, la médaille d’or au fleuret par équipes. Il est vrai que la concurrence s’avérait malingre, puisqu’on ne comptait que 11 escrimeurs, contre 260 à Paris en 1900. Plus aucun Cubain ne participera aux Jeux avant 1924. Ramon Fonst, alors âgé de 40 ans, reviendra alors aux Jeux, à Paris, mais ne s’adjugera pas de médaille. Ramon Fonst remportera également 6 médailles d’or aux Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes entre 1926 et 1938, et il sera président du Comité olympique cubain.

©Pierre LAGRUE

[



Antonio CONTE (1867-1953)

Escrimeur italien

1900-CONTEL’Italie est une des nations majeures de l’escrime olympique. Rendons donc hommage à Antonio Conte, qui fut, en 1900 aux Jeux de Paris, le premier escrimeur Italien couronné champion olympique. En effet, Antonio Conte s’imposa dans la compétition de sabre réservée aux maîtres d’armes, c’est-à-dire aux professionnels, en remportant ses 7 assauts dans la poule finale. On note qu’il s’imposa devant son illustre compatriote Italo Santelli, un maîtres d’armes installé en Hongrie depuis 1896 qui créa une méthode révolutionnaire, fondée sur une défense rapide, connue sous l’expression «système Santelli». Antonio Conte, quant à lui, ne laissa guère d’autre trace dans l’histoire du sport.

©Pierre LAGRUE



Ioannis GEORGIADIS (1876-1960)

Escrimeur grec

1896-Georgiadis-OKÊtre à la fois le premier champion olympique de son pays et le premier champion olympique d’une discipline sportive mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Ioannis Georgiadis qui fut, en 1896 aux Jeux d’Athènes, le premier Grec couronné champion olympique et le premier champion olympique de sabre. En effet, le 9 avril 1896, Ioannis Georgiadis, alors jeune étudiant, remporta la compétition de sabre, en battant tous ses concurrents dans la poule finale (ses compatriotes Telemachos Karakalos, deuxième, et Georgios Iatridis, le Danois Holger Nielsen et l’Autrichien Adolf Schmal). Par la suite, Ioannis Georgiadis remportera une médaille d’or aux Jeux intercalaires d’Athènes, en 1906, lesquels ne seront finalement pas reconnus par le Comité international olympique (C.I.O.). Ioannis Georgiadis, devenu professeur de médecine légale et de toxicologie, participera une dernière fois aux Jeux Olympiques, en 1924 à Paris, à 48 ans, sans briller. Ioannis Georgiadis fut également membre du Comité olympique grec de 1918 à 1936.

©Pierre LAGRUE



Nedo Nadi pleurait dans son coin

Sèche tes larmes…

NadiAux Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920, le dénouement de la compétition individuelle de fleuret fut poignant. Le Français Roger Ducret avait battu l’Italien Nedo Nadi, et il pensait ainsi tenir la médaille d’or. Très déçu, Nedo Nadi partit pleurer dans son coin. Mais, dans son dernier assaut, Roger Ducret fut battu par l’Italien Pietro Speciale, qui avait été dominé par tous ses adversaires jusque-là. Nedo Nadi fut donc tout surpris de remporter la médaille d’or… et il sécha ses larmes.

©Pierre LAGRUE



Ayat contre Fonst en 1900

Quand le maître bat son élève…

1900AYATParfois, l’élève veut dépasser le maître. Mais, en escrime, il est rare qu’un élève veuille affronter son professeur, sauf quand il y est contraint. Ce fut le cas pour Cubain Ramon Fonst. En effet, aux Jeux Olympiques de Paris, en 1900, le programme comportait des compétitions d’escrime pour les «amateurs», d’autres pour les maîtres d’armes, c’est-à-dire des «professionnels». À l’épée, le jeune Ramon Fonst (17 ans), qui vivait en France depuis de longues années, l’emporta chez les amateurs, et Albert Ayat s’imposa chez les maîtres d’armes. Puis les meilleurs amateurs se confrontèrent aux meilleurs maîtres d’armes: Albert Ayat domina Ramon Fonst, qui était… son élève. Une leçon particulière?

©Pierre LAGRUE



Alaaeldin ABOUELKASSEM (1990- )

Escrimeur égyptien

2012abdelL’olympisme inattendu rend hommage aux auteurs de «premières» (même si, en toute chose, il faut bien une première). Célébrons donc Alaaeldin Abouelkassem qui réalisa en 2012 aux Jeux Olympiques de Londres une double première en obtenant la médaille d’argent dans l’épreuve individuelle de fleuret: il apportait à l’Égypte sa première médaille en escrime, et devenait le premier escrimeur africain médaillé aux Jeux.

©Pierre LAGRUE