Pelle SVENSSON (1943- )

Lutteur et avocat suédois

Svensson (2)Pelle Svensson est essentiellement connu comme avocat, car il a médiatisé les affaires qu’il avait en charge dans les années 1980 et 1990. Il a notamment défendu Lars Tingström, qui perpétua deux attentats à la bombe à Stockholm en 1982 et en 1983, et Juha Valjakkala, condamné pour le triple meurtre d’Amsele (Juha Valjakkala a assassiné en 1988 un couple et leur fils). Mais Pelle Svensson s’était auparavant distingué sur la scène olympique et sportive. Champion de Suède de lutte gréco-romaine pour la première fois en 1962, il fut médaillé d’argent en 1964 aux Jeux de Tokyo, dans la catégorie des poids mi-lourds, battu en finale par le Bulgare Boyan Radev. Pelle Svensson fut également champion d’Europe en 1969 et 1970, champion du monde en 1970 et 1971. Par la suite, il présida la Fédération suédoise de lutte de 1993 à 1998, et il siégea à la Fédération internationale des luttes associées de 1990 à 2007. Il démissionna de cette institution avec fracas, affirmant qu’elle refusait de lutter contre la corruption qui touche la lutte sportive.

©Pierre LAGRUE



Anatoli et Sergueï BELOGLAZOV (1956- )

Lutteurs soviétiques

JUMEAUX (2)Les histoires olympiques familiales sont assez courantes. Mais elles prennent encore plus de saveur quand il s’agit de jumeaux. Mais, dans un sport tel que la lutte libre, il ne peut y avoir qu’un seul vainqueur. Pour éviter de s’affronter, les frères Beloglazov participèrent aux compétitions dans deux catégories différentes : Anatoli chez les poids mouche, Sergueï chez les poids coq. Ainsi, ils devinrent tous les deux champions olympiques en 1980 à Moscou. Mais leurs chemins finirent par s’éloigner : quand l’U.R.S.S. décida de boycotter les Jeux de Los Angeles en 1984, Anatoli abandonna la compétition, alors que Sergueï persévéra et fut une nouvelle fois champion olympique en 1988 à Séoul. Par ailleurs, Anatoli fut trois fois champion du monde (1977, 1978, 1982), Sergueï, sept fois champion du monde (1979, 1981, 1982, 1983, 1985, 1986, 1987).

©Pierre LAGRUE



Yakov PUNKIN (1921-1994)

Lutteur soviétique

1952PUNKIN (2)Certains exploits olympiques ont plus de valeur que d’autres, en raison du parcours personnel du médaillé. L’olympisme inattendu se devait de rendre hommage à Yakov Punkin. En 1952, sur décision de Staline, l’Union soviétique participa pour la première fois aux Jeux Olympiques, à Helsinki. Yakov Punkin, adepte de la lutte gréco-romaine depuis 1938, fut sélectionné, et il remporta la médaille d’or dans la catégorie des poids plume. Or, engagé dans l’Armée rouge en 1941, il avait été capturé par les Allemands. Il avait réussi à cacher ses origines juives, ce qui lui évita la mort. Mais, à sa libération en 1945, il ne pesait plus que 38 kg. Il continua cependant de servir dans l’Armée rouge et reprit la lutte gréco-romaine, avec le joli succès qu’on connaît. Yakov Punkin abandonna la compétition en 1955, et devint entraîneur. Un tournoi est organisé chaque année en son honneur dans sa ville natale, Zaporijia, en Ukraine.

©Pierre LAGRUE



Johannes KOTKAS (1915-1998)

Lutteur estonien

Kareline-blackwhiteS’intéresser au parcours sportif de Johannes Kotkas montre l’instabilité politique de l’époque, tout en indiquant que les champions pouvaient briller dans diverses disciplines. Spécialiste de lutte gréco-romaine, Johannes Kotkas remporta la médaille d’or aux Championnats d’Europe, dans la catégorie des poids lourds, en 1938 et en 1939, sous les couleurs de l’Estonie. Après l’annexion de l’Estonie par l’Union soviétique de Staline, en 1940, Johannes Kotkas devint « soviétique ». Lire la suite

Khashaba Dadasaheb JADHAV (1926-1984)

Lutteur indien

JADHAVKhashaba Dadasaheb Jadhav devint, en 1952 aux Jeux d’Helsinki, le premier médaillé olympique de l’Inde indépendante, ce qui vaut bien une petite mention au titre de l’olympisme inattendu. Khashaba Dadasaheb Jadhav obtint en effet la médaille de bronze en lutte libre, dans la catégorie des poids coq. Auparavant, l’Inde avait récolté des médailles olympiques uniquement en hockey sur gazon. À son retour d’Helsinki, Khashaba Dadasaheb Jadhav fut fêté comme un héros national, porté en triomphe dans les rues de Goleshar, son village natal. Hélas, sa gloire fut éphémère… Khashaba Dadasaheb Jadhav tomba vite dans l’oubli. Inspecteur de police à partir de 1955, il vécut dans la pauvreté après sa retraite. Il trouva la mort dans un accident de la route.

©Pierre LAGRUE



Nat PENDLETON (1895-1967)

Acteur et lutteur américain

1920PENDLETONNat Pendleton est bien connu des amateurs du septième art, puisqu’il tourna dans plus de cent films. Mais on sait moins qu’il obtint une médaille d’argent aux Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920, et cette double carrière lui vaut mention au titre de l’olympisme inattendu. Selon certaines sources, Nat Pendleton aurait tourné dans un premier film, en 1913, The Battle of Gettysburg, mais l’information n’est pas avérée. Durant ses années de lycée, il pratique la lutte libre, et il est sélectionné dans l’équipe américaine pour les Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920. Lire la suite

YANG JUNG-MO (1953- )

Lutteur sud-coréen

1972-YANGLa Corée du Sud est désormais une nation forte des Jeux Olympiques, qui se classe régulièrement dans le haut de l’officieux tableau des médailles. Pourtant, ce ne fut pas toujours le cas. En effet, de 1912 à 1936, la Corée étant occupée par le Japon, ses représentants participaient aux Jeux, contre leur gré, sous la bannière nippone. La Corée du Sud fut représentée en tant que telle aux Jeux Olympiques pour la première fois en 1948 à Londres. Mais il fallut attendre 1976 et les Jeux de Montréal pour qu’un Sud-Coréen soit couronné champion olympique. Célébrons donc Yang Jung-mo, vainqueur de la compétition de lutte libre dans la catégorie des poids plume, qui est considéré comme le premier champion olympique sud-coréen. Yang Jung-mo obtint par ailleurs deux médailles d’or aux Jeux asiatiques (en 1974 et en 1978) et deux médailles aux Championnats du monde (bronze en 1975, argent en 1978).

©Pierre LAGRUE



Emam-Ali HABIBI (1931- )

Lutteur iranien

1956-HABIBIÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Emam-Ali Habibi qui, en 1956 aux Jeux de Melbourne, offrit à l’Iran la première médaille d’or de son histoire olympique. En effet, Emam-Ali Habibi remporta la compétition de lutte libre, dans la catégorie des poids légers, en battant en finale le Japonais Shigeru Kasahara. Il était logique qu’un lutteur fût le premier champion olympique iranien, car ce sport offrira à l’Iran 43 de ses 69 médailles aux Jeux d’été (depuis sa première participation aux Jeux en 1948 jusqu’à 2016). Emam-Ali Habibi sera également trois fois champion du monde (1959, 1961, 1962), mais il connaîtra une déception aux Jeux de Rome en 1960: battu par l’Américain Douglas Blubaugh, il ne prit que la quatrième place. Néanmoins, Emam-Ali Habibi, surnommé le «Tigre de Mazandéran», est considéré comme une légende du sport iranien, et il bénéficie d’une belle renommée sur le plan international.

©Pierre LAGRUE



Nikola STANCHEV (1930-2009)

Lutteur bulgare

1956-STANCHEVÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Nikola Stanchev qui, en 1956 aux Jeux de Melbourne, offrit à la Bulgarie la première médaille d’or de son histoire olympique. En effet, Nikola Stanchev remporta la compétition de lutte libre, dans la catégorie des poids moyens, en battant en finale l’Américain Daniel Hodge. Il était logique qu’un lutteur fût le premier champion olympique bulgare, car, des origines à 2016, la lutte offrira à la Bulgarie 68 de ses 218 médailles aux Jeux d’été. Après cet exploit, Nikola Stanchev réalisera très peu de performances notables, et il mit un terme à sa carrière sportive avant les Jeux de Rome, en 1960. Mais sa médaille d’or fit de lui un précurseur, et lui offrit plus tard un amusant surnom: «Le Youri Gagarine du sport bulgare».

©Pierre LAGRUE



Verner WECKMAN (1882-1968)

Lutteur finlandais

1908-WECKMANÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Verner Weckman, qui fut, en 1908 aux Jeux de Londres, le premier Finlandais couronné champion olympique. En effet, le 22 juillet, il remporta la compétition de lutte-gréco romaine, dans la catégorie des poids mi-lourds, en battant en finale son compatriote Yrjö Saarela. C’était la première fois que le Grand-Duché de Finlande était représenté aux Jeux Olympiques, ce qui n’allait pas sans poser problème, car la Finlande faisait alors partie de l’Empire russe. Toujours est-il que 67 Finlandais participèrent à ces Jeux, mais que seul Verner Weckman obtint une médaille d’or. En fait, Verner Weckman avait déjà brillé en lutte gréco-romaine aux Jeux Olympiques, en 1906, remportant la médaille d’or dans la catégorie des poids moyens et la médaille d’argent dans la compétition «toutes catégories». Mais ces Jeux intercalaires d’Athènes ne seront pas reconnus par le Comité international olympique (C.I.O.). Par la suite, Verner Weckman travaillera comme ingénieur des mines, et, en 1953, il sera fait Vuorineuvos (conseiller des Mines), un titre honorifique important en Finlande, de même rang que celui de conseiller d’État.

©Pierre LAGRUE