Ludowika JAKOBSSON (1884-1968)

Patineuse germano-finlandaise

1920JACKOBSSONEn 1920, alors que les stigmates de la Grande Guerre n’étaient pas effacés, aucun concurrent allemand ne fut autorisé à participer aux Jeux Olympiques d’Anvers. En cherchant bien, cela n’est pas totalement exact. En effet, Ludowika Jakobsson, née à Potsdam, participa à la compétition de patinage artistique par couples, en compagnie de son époux, Walter Jakobsson. Le couple obtint la médaille d’or. Née Ludowika Eilers, la patineuse représenta l’Empire allemand dans les compétitions officielles jusqu’en 1911. Cette année-là, elle épousa son partenaire, le Finlandais Walter Jakobsson. Elle devint donc finlandaise, et c’est pour cette raison qu’elle fut autorisée à patiner aux Jeux d’Anvers. On note que les patineurs participaient à des Jeux «d’été». En 1924, le couple Jakobsson obtiendra la médaille d’argent aux Jeux «d’hiver» de Chamonix. Ludowika Jakobsson cumule donc les curiosités. Enfin, les archives indiquent que les médailles mondiales obtenues aux Championnats du monde par le couple en 1910 et en 1911 sont considérées comme des demi-médailles, une pour l’Allemagne, l’autre pour la Finlande.

©Pierre LAGRUE



Charles JEWTRAW (1900-1996)

Patineur de vitesse américain

1924JETREWOn connaît bien l’Américain James Brendan Connoly, qui fut, en 1896 aux Jeux d’Athènes, le premier champion olympique de l’ère moderne. On connaît moins son compatriote Charles Jewtraw, qui fut pourtant lui aussi le premier champion olympique… mais le premier champion olympique d’hiver. En effet, le 26 janvier 1924 à Chamonix, Charles Jewtraw remporta la première épreuve de la «Semaine internationale du sport d’hiver à l’occasion des Jeux Olympiques de 1924», le 500 mètres en patinage de vitesse. Lire la suite

Herma SZABÓ-PLANCK (1902-1986)

Patineuse artistique autrichienne

1924SZABOL’Autriche est une nation majeure des sports d’hiver (elle compte quelque 60 médailles d’or aux Jeux d’hiver). Mentionnons donc le premier de ces champions olympiques, qui fut une femme. En effet, le 29 janvier 1924 à Chamonix, Herma Szabó-Planck remporta la compétition de patinage artistique organisée dans le cadre de la «Semaine internationale du sport d’hiver à l’occasion des Jeux Olympiques de 1924». Cette «Semaine» deviendra rétroactivement la première édition des Jeux Olympiques d’hiver, et Herma Szabó-Planck entrera ainsi dans l’histoire olympique. Herma Szabó-Planck régnait alors sur le patinage artistique, puisqu’elle fut cinq fois consécutivement championne du monde, de 1922 à 1926. Lire la suite

Nikolaï PANIN (1874-1956)

Patineur artistique russe

1908-PANINÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière, surtout quand ce pays est la Russie, État majeur du sport mondial, et quand cette médaille d’or a été obtenue aux Jeux d’été en… patinage artistique. Rendons donc hommage à Nikolaï Panin (de son vrai nom Nikolaï Kolomenkin), qui fut, en 1908 aux Jeux de Londres, le premier Russe couronné champion olympique. En effet, le 29 octobre 1908, au Prince’s Skating Rink, il remporta la compétition de figures spéciales. L’Empire russe ne fut vraiment présent aux Jeux Olympiques qu’en 1912 à Stockholm (159 représentants). En effet, il était absent des Jeux en 1896 et en 1904, représenté par seulement 4 concurrents en 1900 et 6 en 1908. Nikolaï Panin inaugura donc le palmarès, et il devra attendre bien longtemps avant d’avoir un successeur. En effet, après la révolution de 1917, l’U.R.S.S. ne participera pas aux Jeux avant 1952, à Helsinki. Cette année-là, la discobole Nina Romashkova ouvrit le palmarès soviétique, et succéda donc à Nikolaï Panin. Quant à la Russie proprement dite, elle reviendra aux Jeux en 1994, à Lillehammer, et le palmarès sera inauguré par le patineur de vitesse Alexander Golubyov, vainqueur du 500 mètres. Nikolaï Panin, par ailleurs médaillé d’argent aux Championnats du monde de patinage artistique en 1903, était aussi un bon tireur. Ainsi, on le revit aux Jeux Olympiques en 1912, à Stockholm, où il se classa huitième de l’épreuve de tir au pistolet libre à 50 mètres. Nikolaï Panin fut aussi un entraîneur de patinage artistique renommé et écrivit plusieurs ouvrages sur le patinage.

©Pierre LAGRUE



Une épreuve de patinage annulée par la chaleur en 1928

La piste de patinage commençait de fondre

1928PatinageLes Jeux Olympiques d’hiver de Saint-Moritz, en 1928, furent perturbés par la hausse des températures. Ainsi, en patinage de vitesse, le 10000 mètres fut annulé par le juge-arbitre norvégien car, le vent du sud-ouest ayant porté la température à +25 0C, la piste commençait de fondre! Précisons néanmoins que l’Américain Irving Jaffee occupait alors la tête du classement devant tous les concurrents norvégiens

©Pierre LAGRUE



Du patinage artistique aux Jeux d’été

Quand on patinait l’été…

1908PATINLe patinage artistique intégra le programme des Jeux Olympiques d’hiver, en 1924, dès leur première édition, à Chamonix. Mais, auparavant, il figura au programme des Jeux Olympiques, qu’on dénommera rétrospectivement «d’été», à Londres en 1908, puis à Anvers, en 1920. Notons que, côté masculin, un des plus célèbres champions de ce sport figure au palmarès olympique grâce à cette curiosité: le Suédois Ulrich Salchow, connu pour avoir inventé un saut auquel on a donné son nom, le salchow, qui demeure un standard des compétitions au XXIe siècle, qui fut médaillé d’or en 1908.

©Pierre LAGRUE



Les Soviétiques inventent la préparation en altitude en 1956

Alma-Ata avant Cortina en 1956…

1956GRICHINEL’U.R.S.S. participa pour la première fois aux Jeux d’hiver en 1956, à Cortina d’Ampezzo. Les Soviétiques voulaient briller immédiatement, et ils ne laissèrent rien au hasard. Ainsi, comme les compétitions de patinage de vitesse se déroulaient sur la patinoire du lac de Misurina, à 1750 mètres d’altitude, ils s’entraînèrent à Alma-Ata, ville du Kazakhstan qui présente des caractéristiques géographiques similaires. Et la réussite fut au rendez-vous: les patineurs de vitesse soviétiques s’adjugèrent 7 médailles, dont 4 en or, à Cortina d’Ampezzo. La préparation en altitude ne deviendra une habitude en Occident que 10 ans plus tard.

©Pierre LAGRUE



Christa ROTHENBURGER (1959- )

Sportive est-allemande

1988LUDINGChrista Rothenburger mérite plus que tout autre sportif de figurer ici au titre de l’olympisme inattendu, car elle réalisa un exploit unique et qui le restera. En effet, il est peu fréquent qu’un champion se distingue à la fois aux Jeux d’été et aux Jeux d’hiver. Mais il est encore plus rare qu’il le fasse durant la même olympiade. Lire la suite