Kim Boutin en pleurs sur le podium à PyeongChang !

Pourquoi tant de haine ?

BOUTIN-2-boostLe chauvinisme est universel, et il provoque toujours les pires débordements. Ainsi, aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang en 2018, le 500 mètres de short-track se termina dans la polémique. L’Italienne Arianna Fontana devança l’idole du pays du Matin calme, Choi Min-jeong, ce qui constituait déjà une déception pour les Sud-Coréens. Pis ! Après examen de la vidéo, le jury disqualifia Choi Min-jeong, qui avait bousculé la Canadienne Kim Boutin. Le jugement était certes discutable, mais pas plus que d’autres décisions. Kim Boutin, initialement quatrième, récolta la médaille de bronze. Une médaille qui allait lui procurer bien des tourments : devant l’accumulation de messages agressifs et haineux, Kim Boutin dut fermer ses comptes sur les réseaux sociaux. Plus grave, elle reçut des menaces de mort, et les autorités durent lui assurer une protection policière. Le Comité international olympique (C.I.O.) « invita fermement » le public à célébrer Kim Boutin comme il se doit lors de la cérémonie de remises des médailles. Obéissant, le public a applaudi la Canadienne, qui a fondu en larmes sur le podium.

©Pierre LAGRUE



Viktor AHN (1985- )

Champion de short-track sud-coréen puis russe

SHORT-TRACKViktor Ahn se trouva au cœur du monde du short-track durant quatre olympiades, et à chaque fois de façon peu commune. Tout d’abord, alors sud-coréen et dénommé Ahn Hyun-soo, il fut un des protagonistes de la course de short-track la plus inattendue de l’histoire : le 1 000 mètres des Jeux Olympiques de Salt Lake City en 2002 (tous les concurrent chutèrent, sauf l’Australien Steven Bradbury, qui obtint la plus inattendue des médailles d’or). En 2006, aux Jeux de Turin, il s’adjugea trois médailles d’or (1 000 mètres, 1 500 mètres, relais) et une médaille de bronze (500 mètres). En conflit avec la Fédération sud-coréenne de patinage, il ne fut pas retenu pour les Jeux de Vancouver, en 2010. Ahn Hyun-soo répondit alors à l’« appel du Kremlin » : désireuse de renforcer ses équipes dans l’optique des Jeux de Sotchi, en 2014, la Russie proposa à plusieurs champions de prendre la nationalité russe ; Ahn Hyun-soo devint Viktor Ahn. Il ne déçut pas Vladimir Poutine : il offrit à sa nouvelle « patrie » trois médailles d’or (500 mètres, 1 000 mètres, relais) et une médaille de bronze (1 500 mètres). En 2018, les Jeux d’hiver ayant lieu dans son pays d’origine, la Corée du Sud, Viktor Ahn pensait briller de nouveau. Il devait même être « la » star des Jeux de Pyeongchang, d’autant que la majorité de ses « anciens compatriotes » ne demandaient qu’à le soutenir. Mais le retour du « héros » n’eut pas lieu : la Russie ayant été exclue des Jeux en raison du scandale de dopage d’État orchestré par Moscou, notamment durant les Jeux de Sotchi, seuls les athlètes dont le nom n’apparaissait pas dans le rapport McLaren qui avait mis l’affaire au jour furent autorisés à participer aux Jeux ; ce ne fut pas le cas de Viktor Ahn.

©Pierre LAGRUE



Orazio FAGONE (1968- )

Champion de short-track italien

FAGONE-2-boostOrazio Fagone est un des rares sportifs à avoir participé aux Jeux Olympiques puis aux Jeux Paralympiques. En effet, en 1988, le short-track fut sport de démonstration aux Jeux de Calgary : Orazio Fagone termina troisième dans le 1 500 mètres et deuxième dans le relais. Le short-track, devenu discipline olympique à part entière, lui valut une médaille d’or en 1994 : aux Jeux d’hiver de Lillehammer, il s’adjugea la médaille d’or dans le relais avec l’équipe d’Italie. Hélas, il ne reverra pas les Jeux Olympiques : victime d’un accident de moto en 1997, il fut amputé de la jambe droite. Se déplaçant en fauteuil roulant, il fit preuve de courage et se consacra au hockey sur luge. En 2006, il fut sélectionné dans l’équipe d’Italie pour les Jeux Paralympiques de Turin.

©Pierre LAGRUE



Steven BRADBURY (1973- )

Champion australien de short-track

2002BradburyEn 2002, aux Jeux Olympiques d’hiver de Salt Lake City, Steven Bradbury, vainqueur du 1000 mètres en short-track, devint le premier Australien médaillé d’or à l’occasion des Jeux d’hiver. Il entrait ainsi dans l’histoire. Mais les conditions rocambolesques de son succès ont fait de lui une vedette mondiale, la finale de cette compétition étant un des standards des «bêtisiers » à la télévision. Lire la suite