Ester Ledecka conserve son masque durant la conférence de presse

Fille de pub !

LEDEKA (2)Le succès de la Tchèque Ester Ledecka dans le super-géant alpin aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang constitua une des plus grandes surprises de l’histoire des Jeux Olympiques. En effet, Ester Ledecka est avant tout une championne de snowboard, et elle ne participait à des épreuves de ski alpin qu’en dilettante. Quand elle prit le départ du super-géant, avec son dossard numéro 26, équipée de skis Atomic que lui avait prêtés l’Américaine Mikaela Shiffrin, chacun félicitait déjà l’Autrichienne Anna Veith pour sa médaille d’or. La surprise fut donc totale quand s’afficha le temps d’Ester Ledecka, qui améliorait la performance de l’Autrichienne d’un centième de seconde ; durant de longues secondes, les bras ballants, la jeune Tchèque fixa le tableau d’affichage, incrédule, pensant à une erreur de chronométrage. Bien sûr, sa victoire fut confirmée… mais elle aurait pu être remise en cause durant la conférence de presse. Ester Ledecka se présenta en effet devant les journalistes sans ôter son masque de ski : « Je ne l’enlève pas, car c’est mon sponsor », déclara-t-elle. Mais elle se rendit vite compte de son erreur, car le règlement olympique interdit d’afficher ainsi son sponsor personnel. Ester Ledecka rectifia le tir, ajoutant, tout sourire : « Non, en fait, je ne pensais pas être à la conférence de presse, et comme je ne suis pas maquillée, je garde mon masque… » On n’est pas obligé de la croire… Quelques jours plus tard, elle remporta une seconde médaille d’or, dans le slalom géant de snowboard, une épreuve dont elle était la favorite. Une nouvelle fois, elle se présenta devant la presse en portant son masque de ski. Et elle évoqua encore son maquillage : « Il fallait déjà que je me lève tôt. Alors me lever encore plus tôt pour me maquiller, ça n’aurait pas eu de sens », a-t-elle expliqué.

©Pierre LAGRUE



Chris KLUG (1972- )

Snowboardeur américain

KLUG (2)Chris Klug dut surmonter une grave maladie avant de briller aux Jeux Olympiques : victime d’une cholangite sclérosante primitive, il il reçut en 2000 une greffe du foie pour traiter cette maladie. Deux ans plus tard, aux Jeux Olympiques d’hiver de Salt Lake City, il obtint la médaille de bronze dans le slalom géant. Chris Klug est le seul greffé du foie médaillé olympique.

©Pierre LAGRUE



Ross REBAGLIATI (1971- )

Snowboardeur canadien

REBREGLI-2-boostRoss Rebagliati marqua doublement l’histoire du sport aux Jeux Olympiques de Nagano, en 1998. Cette année-là, le snowboard était pour la première fois inscrit au programme : vainqueur du slalom géant, il inaugura donc le palmarès. Pourtant, sa médaille lui fut immédiatement retirée, après un contrôle positif au cannabis ; mais on la lui rendit dans la foulée, car le cannabis n’était pas une substance formellement interdite par le Comité international olympique (C.I.O.) ! En outre, le cannabis continua de lui réussir : en 2013, il fonda une société de production de cannabis thérapeutique. Par la suite, il milita pour que la consommation de cannabis soit dépénalisée au Canada.

©Pierre LAGRUE



Le « grab » qui tue de Lindsey Jacobellis en 2006

Suffisance…

2006JACOBELLISLa compétition féminine de snowboardcross des Jeux Olympiques d’hiver de Turin, en 2006, se termina par un coup de théâtre. L’Américaine Lindsey Jacobellis, largement en tête, décida de «faire le show» (le snowboard est un sport fun, ne l’oublions pas). Pour ajouter de l’éclat à son triomphe, elle pimenta son dernier saut d’un grab, figure consistant à saisir sa planche d’une main… et elle chuta, laissant la médaille d’or à la Suissesse Tanja Frieden, toute surprise de ce dénouement.

©Pierre LAGRUE



Tanja FRIEDEN (1976- )

Snowboardeuse suisse

2006FRIEDENTanja Frieden n’aurait sans doute jamais dû être couronnée championne olympique. Elle le fut pourtant, obtenant la médaille d’or dans la compétition de snowboardcross aux Jeux Olympiques d’hiver de Turin, en 2006, à l’issue d’un curieux scénario, ce qui lui vaut de figurer ici au titre de l’olympisme inattendu. Largement en tête, l’Américaine Lindsey Jacobellis voulut pimenter sa victoire en exécutant un grab, et chuta, voyant sa médaille d’or s’envoler. Tanja Frieden, alors deuxième, alla cueillir la médaille d’or, et ce d’autant plus facilement que les deux autres finalistes, les Canadiennes Dominique Maltais et Maelle Ricker, avaient, elles aussi, chuté. Tanja Frieden obtint ainsi la médaille d’or sans vraiment combattre. Son mérite n’en est pas moins grand, car les chutes sont fréquentes en snowboardcross. Indiquons que son succès fut aussi chargé en émotion, car Tanja Frieden avait dans sa poche un drapeau norvégien en mémoire de son ami Lunde Østvold, snowboardeur décédé en 2004 à l’entraînement. Tanja Frieden fut élue en cette année 2006 «sportive suisse de l’année». Elle n’obtint par la suite plus aucun résultat probant et, blessée, elle ne fut pas en mesure de participer aux Jeux Olympiques d’hiver de Vancouver en 2010.

©Pierre LAGRUE