Pita Nikolas TAUFATOFUA (1983- )

Sportif tongien

TAUFA (2)Participer aux Jeux Olympiques peut être un objectif en lui-même. Pita Nikolas Taufatofua, licencié en ingénierie, mannequin parfois, le fit sien. Mieux, il participa à la fois aux Jeux d’été et aux Jeux d’hiver. Adepte de taekwondo, il parvint à se qualifier, après trois tentatives infructueuses et de multiples blessures, pour les Jeux Olympiques en 2016, à Rio. Porte-drapeau de la maigre délégation des Tonga (sept participants) lors de la cérémonie d’ouverture, il étonna le monde entier et fit le bonheur des médias en défilant vêtu simplement d’un taʻovala (natte traditionnelle tongienne autour de la taille), le torse nu et enduit d’huile de coco. En compétition, il brilla moins, puisque, combattant dans la catégorie des plus de 80 kg, il fut éliminé sèchement au premier tour par l’Iranien Sajjad Mardani. Pita Nikolas Taufatofua ne se découragea pas et décida de tenter de participer aux… Jeux d’hiver de PyeonChang en 2018. Il n’apprit à skier qu’en 2017, mais réussit à se qualifier en allant disputer une course en Islande au début de 2018, juste avant la clôture des inscriptions. Qualifié de manière improbable pour disputer le 15 kilomètres style libre en ski de fond, il fut bien évidemment le porte-drapeau de la délégation des Tonga réduite à lui-même durant la cérémonie d’ouverture des Jeux : une nouvelle fois, il défila torse nu et enduit d’huile de coco, mais la température était de moins 10 degrés ! Pita Nikolas Taufatofua termina avant-dernier de cette course, mais là n’est pas l’essentiel.

©Pierre LAGRUE



Ángel Matos frappe l’arbitre en 2008!

À mort l’arbitre !

Aux Jeux Olympiq2008TAEKWONDOOues de Pékin, en 2008, en taekwondo, le combat pour la médaille de bronze dans la catégorie des moins de 80 kg se termina dans la plus grande confusion. Le Cubain Ángel Matos menait 3 points à 2 face au Kazakh Arman Chilmanov. Blessé à un orteil, il se fit soigner. Au bout de la minute règlementaire réservée à l’intervention du médecin, l’arbitre perdit patience et disqualifia le Cubain. Le sang de ce dernier ne fit qu’un tour, et il envoya un coup de pied aussi soudain que violent au visage de l’arbitre. Ángel Matos fut banni à vie de toute compétition internationale pour «violation caractérisée de l’esprit du taekwondo et des Jeux Olympiques».

©Pierre LAGRUE



Ahmad ABUGHAUSH (1996- )

Taekwondoïste jordanien d’origine palestinienne

2016abughaushLe sport fournit l’occasion de belles histoires, et celle d’Ahmad Abughaush en est une, ce qui lui vaut de figurer ici au titre de l’olympisme inattendu. Ahmad Abughaush, né en Palestine, dut fuir la guerre alors qu’il était enfant et gagner un camp de réfugiés en Jordanie en compagnie de ses grands-parents. Et il offrit une grande joie à sa terre d’accueil. En effet, si la Jordanie participe aux Jeux Olympiques depuis 1980, ce pays n’avait jamais obtenu de médaille avant 2016. Aux Jeux de Rio, Ahmad Abughaush combla cette lacune en remportant l’or dans la catégorie des moins de 68 kg.

©Pierre LAGRUE



Cheick Cissé : une seconde pour l’histoire

À quoi tient la gloire

Jamais la Côte d’Ivoire n’avait obtenu une médaille d’or olympique. En 2016, ce pays ouvert son compteur, pour une seconde ! En taekwondo, dans la catégorie des moins de 80 kg, Cheick Cissé est mené par le Britannique Lutalo Muhammad à une seconde de la fin du combat. Incroyable coup de pied au visage, et Cheick Cissé remporte une improbable victoire.

©Pierre LAGRUE