Yrjö LINDEGREN (1900-1952)

Architecte finlandais

LINDEGREN-OK-antiqueYrjö Lindegren mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, à plusieurs titres. Déjà, il dessina le Stade olympique (Olympiastadion) des Jeux d’Helsinki, en 1952. Cela n’aurait rien d’orignal si l’ouvrage n’avait pas été achevé en 1938, soit quatorze ans avant ces Jeux. En effet, les Jeux de la treizième olympiade devaient se dérouler en 1940, mais ils furent bien sûr annulés en raison de la Seconde Guerre mondiale. Ensuite, Yrjö Lindegren fut, en 1948, le dernier champion olympique dans une discipline bien particulière: l’urbanisme. En effet, en 1912, aux Jeux de Stockholm, une idée chère à Pierre de Coubertin avait été mise en œuvre: l’organisation de «concours d’art et littérature». Ceux-ci eurent leur place aux Jeux jusqu’en 1948, à Londres. Cette année-là, Yrjö Lindegren obtint la médaille d’or pour cet Olympiastadion. Auparavant, Yrjö Lindegren avait remporté le Grand Prix d’architecture lors de l’Exposition universelle de Paris en 1937. Puis, à la fin des années 1940, il collabora avec Alvar Aalto et Viljo Revell pour divers plans d’urbanisme destinés à la reconstruction de la Finlande de l’après-guerre. Comme un mauvais clin d’œil, Yrjö Lindegren décéda à la fin de l’année 1952, après la tenue des Jeux Olympiques d’Helsinki.

En 1949, le Comité international olympique (C.I.O.) avait décidé de supprimer les «concours d’art et littérature» du programme des Jeux. Yrjö Lindegren n’eut donc pas de successeur au palmarès.

©Pierre LAGRUE