Paul BAUER (1896-1990)

Alpiniste et écrivain allemand

BAUERPaul Bauer est essentiellement connu comme alpiniste. Il a notamment vaincu le Siniolchu en 1936, puis le Nanga Parbat en 1938. Moins glorieux: il fut mandaté pour faire rentrer le mouvement alpin dans le giron nazi par le biais de la Deutsche Himalaja-Stiftung (Fondation allemande pour l’Himalaya). Par ailleurs, Paul Bauer publia plusieurs récits liés à sa passion de la montagne. Plus étonnant, il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, il remporta la médaille d’or (catégorie «littérature») des «concours d’art et littérature» des Jeux de Los Angeles en 1932, pour Am Kangehenzonga (La Lutte avec l’Himalaya).

©Pierre LAGRUE



Lauro DE BOSIS (1901-1931)

Écrivain italien

DE_BOSIS-OKLauro De Bosis mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il est l’unique médaillé d’une discipline très particulière: la «littérature dramatique». En effet, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, on créa en 1928 aux Jeux d’Amsterdam trois sous-catégories pour la littérature. Or, en «littérature dramatique», Lauro De Bosis reçut une médaille d’argent pour Icaro (Icare), qui était en fait une allégorie antifasciste masquée sous la mythologie grecque. Lire la suite

Ferenc MEZO (1885-1961)

Poète hongrois

MESO-OK

Ferenc Mezo, connu sous le nom de Ferenc Mezo-Grunfeld, est considéré comme un des premiers historiens de l’olympisme. Il a publié ses premiers ouvrages dès les années 1910. Mais on le mentionne ici car il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1928, aux Jeux d’Amsterdam, Ferenc Mezo remporta une médaille d’or, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature épique», une sous-catégorie de la catégorie «littérature» créée cette année-là, pour L’Histoire des Jeux Olympiques. Le jury préféra son œuvre à celles de l’Autrichien Ernst Weiss, médaillé d’argent, et des Néerlandais Carel Scharten et Margo Scharten-Antink, médaillés de bronze. Ferenc Mezo consacra sa vie à l’étude de l’olympisme, publia quelque 70 ouvrages sur le sujet, et il s’est constitué une impressionnante collection (bibliothèque, documents originaux, photographies, médailles, pièces de monnaie, etc.). En outre, Ferenc Mezo fut membre du Comité international olympique (C.I.O.) de 1948 à sa mort.

©Pierre LAGRUE



Ernst WEISS (1882-1940)

Écrivain autrichien

WEISS-OKErnst Weiss mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature épique», une sous-catégorie de la catégorie «littérature» créée cette année-là, pour Boetius von Orlamünde. En 1928, dans la catégorie «littérature épique», le jury accorda la médaille d’or au Hongrois Ferenc Mezo pour L’Histoire des Jeux Olympiques. Notons qu’Ernst Weiss concourait sous les couleurs de l’Allemagne, car il vivait à Berlin. Une incongruité quand on connaît son destin. Lire la suite

Carel SCHARTEN (1878-1950) et Margo SCHARTEN-ANTINK (1868-1957)

Écrivains néerlandais

SCHARTEN-OKLes réussites familiales sont assez courantes aux Jeux Olympiques. On connaît notamment de nombreux couples qui triomphèrent en patinage artistique. Mais il est plus rare qu’un couple non sportif soit médaillé aux Jeux. C’est pour cela que Carel Scharten et son épouse, Margo Scharten-Antink, méritent mention au titre de l’olympisme inattendu. Lire la suite

Urho KARHUMÄKI (1891-1947)

Écrivain finlandais

YLI-OKUrho Karhumäki mérite ici mention car il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1936, aux Jeux de Berlin, Urho Karhumäki obtint la médaille d’or, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature épique», une sous-catégorie de la catégorie «littérature», pour son roman Avoveteen (En eau libre). Lire la suite

Wilhelm EHMER (1896-1976)

Poète, écrivain et journaliste allemand

EHMER-OKWilhelm Ehmer mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature épique», une sous-catégorie de la catégorie «littérature», pour Um den Gipfel der Welt (Sur le toit du monde), un ouvrage dans lequel il narre l’histoire de l’alpiniste britannique George Mallory, disparu en 1924 alors qu’il tentait de conquérir l’Everest. Lire la suite

Jan PARANDOWSKI (1895-1978)

Écrivain polonais

PARANDOWSKI-OKJan Parandowski mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1936 à Berlin, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature épique», une sous-catégorie de la catégorie «littérature», pour Dysk Olimpijski (Disque olympique). Cette année-là, dans la catégorie «littérature épique», la médaille d’or revint au Finlandais Urho Karhumäki, pour son roman Avoveteen (En eau libre), et la médaille d’argent à l’Allemand Wilhelm Ehmer, pour Um den Gipfel der Welt (Sur le toit du monde). Le travail de Jan Parandowski porta plus spécialement sur l’Antiquité classique. Par ailleurs, il fut, de 1933 à sa mort, le président de la section polonaise du PEN Club International, une association ayant pour objectif de «rassembler des écrivains de tous pays attachés aux valeurs de paix, de tolérance et de liberté sans lesquelles la création devient impossible».

©Pierre LAGRUE



Giani STUPARICH (1891-1961)

Écrivain et journaliste italien

STUPARICH-OK-vintageGiani Stuparich mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il fut, en 1948, le dernier champion olympique dans une discipline bien particulière: la «littérature épique» (une sous-catégorie de la catégorie «littérature»). En effet, en 1912, aux Jeux de Stockholm, une idée chère à Pierre de Coubertin avait été mise en œuvre: l’organisation de «concours d’art et littérature». Ceux-ci eurent leur place aux Jeux jusqu’en 1948, à Londres. Cette année-là, Giani Stuparich obtint la médaille d’or pour La Grotta (La Grotte). Décoré de de la médaille d’or de la valeur militaire durant la Première Guerre mondiale, Giani Stuparich s’opposa au fascisme, s’engagea dans la Résistance et, dénoncé, fut interné en 1944. Après la Seconde Guerre mondiale, Giani Stuparich exerça comme journaliste à La Stampa et à Il Tempo.

En 1949, le Comité international olympique (C.I.O.) avait décidé de supprimer les «concours d’art et littérature» du programme des Jeux. Giani Stuparich n’eut donc pas de successeur au palmarès.

©Pierre LAGRUE



Josef PETERSEN (1881-1973)

Écrivain danois

PETERSENObtenir trois médailles d’argent aux Jeux Olympiques sans jamais toucher l’or mérite bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Et ce d’autant plus quand ce triple médaillé d’argent n’est pas un sportif! Josef Petersen est connu pour ses romans historiques, inspirés de l’Antiquité et du Moyen Âge. Par ailleurs passionné d’athlétisme, Josef Petersen participa à plusieurs reprises aux Jeux Olympiques, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, créés en 1912. Lire la suite