De profundis et Te Deum à Anvers en 1920

Les Jeux valent bien une messe

1920MesseÀ l’heure où la laïcité est remise en cause par les fondamentalistes de toutes les confessions, on ne peut que constater que la religion chrétienne fut souvent présente au sein du mouvement olympique. On peut le regretter (ou non). Mais c’est un fait. À titre d’exemple, dès la fin de la Première Guerre mondiale, Pierre de Coubertin mit tout en œuvre afin que les Jeux Olympiques se tiennent en 1920. Et ils eurent lieu à Anvers. Néanmoins, les stigmates de la Grande Guerre n’étaient pas effacés. Aussi, le 14 août, avant la cérémonie d’ouverture des Jeux, un service religieux fut donné à 11 heures du matin par le cardinal Mercier, archevêque de Malines. Un De profundis en mémoire des athlètes morts pour la patrie fut suivi d’un Te Deum à la gloire des Alliés.

©Pierre LAGRUE