Ortrun ENDERLEIN (1943- )

Lugeuse est-allemande

Enderlein-2-tenderLa carrière d’Ortrun Enderlein peut se voir comme une contraction de la guerre froide olympique. En effet, les champions de la R.D.A. ne furent autorisés à participer aux Jeux sous la bannière de leur pays qu’à partir de 1968. Aussi, en 1964 à Innsbruck, année où la luge fut pour la première fois inscrite au programme olympique, Ortrun Enderlein, la plus grande championne de son temps, remporta la médaille d’or sous les couleurs de l’« équipe unifiée d’Allemagne ». En 1968, aux Jeux de Grenoble, elle remporta « provisoirement » une seconde médaille d’or. Elle avait réalisé le meilleur temps, mais, tout comme ses compatriotes Anna-Maria Müller (deuxième) et Angela Knösel (quatrième), elle fut disqualifiée pour avoir chauffé illégalement les patins de sa luge. De ce fait, le titre revint à l’Italienne Erika Lechner, les médailles d’argent et de bronze à des Allemandes de l’Ouest. Les responsables de la R.D.A. ont immédiatement prétendu qu’il s’agissait d’une conspiration, destinée à nuire à l’image de la R.D.A. qui faisait son entrée sur la scène olympique. Chose étonnante : après analyse des documents de la Stasi saisis après la chute du Mur de Berlin, il semblerait que le jury ait bien été soudoyé par la République fédérale d’Allemagne, et, dans les années 2000, selon plusieurs médias allemands, Ortrun Enderlein et ses compatriotes furent bien victimes d’un complot et n’auraient pas dû être disqualifiées ! Quant à Ortrun Enderlein, par ailleurs championne du monde en 1965 et en 1967, décorée de l’Ordre du mérite patriotique d’argent, elle mit fin à sa carrière sportive en 1969, et fut membre du Comité olympique est-allemand de 1969 à sa dissolution en 1990.

©Pierre LAGRUE