Jesse Owens obtint une quatrième médaille d’or contre son gré

De l’or au goût amer…

1936-4 fois 100 US (2)Jesse Owens est entré dans l’histoire en remportant 4 médailles d’or aux Jeux Olympiques de Berlin, en 1936. Pourtant, il ne devait participer qu’à 3 épreuves: 100 mètres, 200 mètres, saut en longueur. En effet, depuis 1924, les États-Unis alignaient traditionnellement leurs 3 meilleurs représentants sur 100 mètres, les 4 suivants disputant le relais 4 fois 100 mètres. Lire la suite

Des sports olympiques étranges…

Du croquet au surf…

1900-tir-cordeLe Comité international olympique (C.I.O.) a annoncé en août 2016 l’inscription aux Jeux de Tokyo, en 2020, de 5 nouveaux sports: le baseball-softball, le surf, le skateboard, le karaté et l’escalade. C’est l’occasion de rappeler qu’il y eut quelques sports très étranges aux Jeux Olympiques. Ainsi, aux Jeux de Paris, en 1900, il y eut des compétitions de croquet, de tir aux pigeons vivants, de nage sous l’eau, de nage avec obstacles, ainsi que de curieuses épreuves équestres (carrosses postaux, figures, sauts en longueur et en hauteur). Lire la suite

Le premier défilé des nations fut marqué par des incidents

Loin des cérémonies grandioses

1908-DéfiléLes cérémonies d’ouverture des Jeux Olympiques sont désormais grandioses, et le défilé des nations n’est qu’un des éléments du spectacle retransmis en mondovision. On ignore souvent que cette cérémonie n’a pas toujours existé, et que le premier défilé des nations se déroula en 1908, à l’occasion des Jeux Olympiques de Londres. Le 13 juillet, sous un ciel assombri par la pluie, les sportifs de chaque pays défilèrent derrière leur drapeau national. Et cette procession fut marquée par divers incidents: les Finlandais refusèrent de défiler derrière l’oriflamme de la Russie, leur suzeraine; Ralph Rose, le porte-drapeau de la délégation des États-Unis, refusa de baisser le Stars and Stripes en passant devant le roi Édouard VII.

©Pierre LAGRUE



L’Anthropology Day (1904)

Les Jeux de la honte…

1904Anthropology1OKLes Jeux Olympiques de Saint Louis, en 1904, furent avant tout ceux de l’Amérique blanche. Pour le Sud profond, dont Saint Louis est l’un des fleurons, la supériorité de la race blanche allait de soi. Ces Jeux fournirent l’occasion de prouver pseudo-scientifiquement ce fait: on organisa l’Anthropology Day, deux jours en fait (12 et 13 août 1904) durant lesquels il s’agissait de tester, devant des scientifiques, les qualités athlétiques des races jugées «inférieures», bref de valider les thèses du racisme scientifique. Lire la suite

Les Jeux de 2024 et 2028 seront sans doute attribués en même temps

2024-2028

Pour qu’il n’y ait pas de perdants…

Le 15 mars 2017, un membre influent du Comité international olympique (C.I.O.) a indiqué que le C.I.O. va «plancher sur des propositions de réforme lors d’une session extraordinaire en juillet». Il apparaît clairement que, lors de la session ordinaire de Lima, en septembre 2017, le C.I.O. désignera sans doute en même temps les villes d’accueil des Jeux d’été de 2024 et 2028, puisque seules deux villes (Los Angeles et Paris) restent dans la course, après les désistements de Hambourg, Rome et Budapest. Déjà, Thomas Bach, président du C.I.O., avait regretté qu’il y ait «trop de perdants». En outre, les villes candidates sont de moins en moins nombreuses (pour les Jeux d’hiver de 2022, après plusieurs désistements, seules Pékin et Almaty restaient en course). En outre, au regard des incertitudes qui règnent dans le monde, le C.I.O. sécuriserait les Jeux Olympiques pour une décennie. Enfin, recaler Los Angeles paraît impensable au regard des millions de dollars que les États-Unis font entrer dans les caisses du C.I.O., et recaler une nouvelle fois Paris semble difficile au regard de l’histoire du mouvement olympique. Rappelons encore que ce ne serait pas une première, puisque en 1921, le C.I.O. attribua trois éditions des Jeux le même jour.

©Pierre LAGRUE



Quelques précisions sur le credo olympique

credo

La pensée de Coubertin mal interprétée

Le début des compétitions d’athlétisme des Jeux de Rio, en 2016, voit des concurrents venus de pays exotiques réaliser des performances très méritoires pour eux-mêmes, mais plus que médiocres dans l’absolu. Certains commentateurs rendent un juste hommage à Eitmoni Timuani, de Tuvalu, qui court le 100 mètres en 11,81 s, ou à la Somalienne Maryan Muse, qui réalise 1 min 10,14 s sur 400 mètres. À chaque fois, ils citent la phrase prétendument de Coubertin, le credo olympique: «L’important c’est de participer.»

Quelques précisions s’imposent. Déjà, le credo olympique n’a pas été inventé par Coubertin, mais par Mgr Talbot, évêque anglican de Pennsylvanie, à l’occasion des Jeux de Londres en 1908. Lors de ces Jeux, la rivalité entre Américains et Britanniques conduisait à de nombreux dérapages, et il voulut ramener tout le monde à la raison. Coubertin reprit une partie de ce sermon pour en faire le credo olympique. En revanche, pour Coubertin, ce credo ne signifiait pas que le commun des mortels pouvait prendre part aux Jeux. En effet, Coubertin ne fut jamais partisan d’ouvrir les Jeux à des champions de second rang: pour lui, seuls les athlètes qu’il qualifiait de «première classe» avaient leur place aux Jeux. Il adopta le credo pour tenter de lutter contre les nationalismes et le chauvinisme ainsi que pour glorifier le chevaleresque combat sportif: «Belle est la victoire, plus belle est la noble lutte» est une maxime qui résume mieux la pensée du baron que le credo olympique.

©Pierre LAGRUE



Le tour d’honneur de Derartu Tulu et Elana Meyer

Les femmes sont l’avenir du monde…

1992TourOn dit que l’olympisme constitue un symbole de paix, qu’il magnifie les rapports entre les champions, qu’il permet de rapprocher les peuples et les cultures. Souvent, ce ne sont que de bonnes paroles. Pourtant, en un beau jour de l’été 1992, deux jeunes femmes matérialisèrent cet esprit olympique originel, et firent peut-être avancer la réconciliation de l’Afrique du Sud avec elle-même et avec le monde plus rapidement que les hommes politiques et les traités. Elles se nomment Derartu Tulu et Elana Meyer. Lire la suite