Le troisième du marathon avait fait une partie du parcours en charrette

La première histoire de marathon…

BELOKAS-2-antiqueLe marathon des Jeux Olympiques d’Athènes, en 1896, fut l’épreuve reine de la première édition des Jeux. La victoire du modeste berger Spyridon Louis appartient au grand livre de l’histoire du sport. Spyridon Louis s’imposa devant son compatriote Kharilaos Vasilakos et un autre Grec, Spyridon Belokas. Mais le Hongrois Gyula Kellener, quatrième, doublé par une charrette à quelques kilomètres de l’arrivée, avait aperçu Spyridon Belokas assis à l’arrière de celle-ci. De fait, Spyridon Belokas avait effectué une partie du parcours assis dans cette charrette, ce que confirmèrent d’autres témoins ! Il fut donc disqualifié. Notons qu’il ne fut pas privé de la médaille de bronze, car, durant ces Jeux, l’attribution des médailles d’or, d’argent et de bronze n’existait pas (seuls les vainqueurs recevaient une médaille en argent). Néanmoins, ce jeune garçon de 19 ans connut le plus grand déshonneur qui fût : les coéquipiers de Spiridon Belokas ôtèrent le bouclier grec de sa chemise, car le tricheur couvrait de honte toute la Grèce. Même le roi Georges Ier s’émut de la situation : en dédommagement, il offrit sa montre en or à Gyula Kellener.

©Pierre LAGRUE



Shizo Kanakuri met 54 ans pour terminer le marathon !

Le disparu de Stockholm

KANAKURI-2-concentrateLe marathon des Jeux Olympiques de Stockholm, en 1912, fut un des plus difficiles de l’histoire : les concurrents s’élancèrent sous un soleil de plomb ; plus de la moitié d’entre eux abandonnèrent. L’épreuve fut même le théâtre d’un drame, puisque le jeune Portugais Francisco Lázaro, victime d’une insolation, décéda à l’hôpital. Quant au Japonais Shizo Kanakuri, il a pris le départ mais n’a pas franchi la ligne d’arrivée. Pourtant, il ne figurait pas parmi les trente-deux marathoniens que les organisateurs avaient ramassés sur le parcours et qui avaient donc abandonné. On avait perdu sa trace ! La police partit à sa recherche, sans succès. Shizo Kanakuri devint rapidement le « disparu de Stockholm ». Les rumeurs se multiplièrent. Certains l’auraient aperçu titubant dans les rues de Stockholm, cherchant l’entrée du Stade olympique, d’autres l’auraient vu boire un verre en compagnie de deux beautés locales. En fait, aucune piste n’était sérieuse. Le temps passant, les recherches s’arrêtèrent, puis on l’oublia. En fait, épuisé, Shizo Kanakuri avait demandé à un spectateur de lui donner à boire. Ce spectateur compatissant lui offrit donc un verre d’eau. Mieux, devant sa souffrance et son état d’épuisement, il lui proposa un lit pour se reposer. Shizo Kanakuri accepta de s’allonger un moment, mais il dormit profondément et ne se réveilla que le lendemain matin. Quand il se quitta les bras de Morphée, honteux, Shizo Kanakuri songea à ne pas rentrer dans son pays. Finalement, dans la plus grande discrétion, il embarqua sur un navire mouillant en Suède et en partance pour le Japon. Toutefois, cette mésaventure de 1912 l’avait profondément meurtri. Ainsi, en 1967, alors âgé de 76 ans, il revint à Stockholm à l’occasion de l’inauguration d’un grand magasin et… termina le marathon : conduit au Stade olympique, il trottina devant un public surpris, puis franchit la ligne d’arrivée, 54 ans, 8 mois, 6 jours, 8 heures, 32 minutes et 20 secondes après avoir pris le départ.

©Pierre LAGRUE



Quand les nazis font annuler un match de football

Légende ou réalité ?

PEROU-2-concentrateLes Jeux Olympiques de Berlin, en 1936, furent une démonstration de force du régime nazi. Néanmoins, pour duper l’opinion mondiale, tout le monde fut « invité » à respecter la lettre du protocole olympique, donc à ne pas interférer dans les choses sportives. Hitler et Goebbels eux-mêmes se plièrent à cette règle, et ils la firent respecter par leurs troupes. Sauf en une occasion…

En effet, durant le tournoi de football, au grand dam d’Hitler, l’Allemagne fut éliminée par la Norvège. Il restait cependant pour sauver l’honneur des nazis l’équipe d’Autriche, pays natal du führer qu’il allait annexer deux ans plus tard. En quart de finale, l’Autriche affrontait le Pérou. Grâce à deux buts de Walter Werginz et Klement Steinmetz, l’équipe autrichienne semblait se diriger vers la victoire. Mais les Péruviens réussirent à égaliser. Prolongation. Le Pérou marqua 3 buts, tous refusés par l’arbitre italien ! Mais les Péruviens dominaient le match, et inscrivirent deux nouveaux buts, que l’arbitre accorda. Le Pérou a gagné 4-2… mais non, nouveau coup de théâtre : l’arbitre annula le match, car des supporters péruviens seraient entrés sur le terrain une minute avant la fin. Le Pérou s’insurgea de cette injustice et refusa catégoriquement cette mascarade. L’Autriche fut déclarée gagnante par forfait. Bien sûr, ces « supporters » n’étaient pas péruviens… Ces spectateurs auraient été mandatés par les plus hautes autorités nazies pour provoquer l’annulation du match. On ne connaît pas vraiment la vérité. Mais, quand la légende est plus belle que la vérité, croyons la légende.

©Pierre LAGRUE



La skieuse de fond se trompe de piste à PyeongChang !

C’est trop injuste…

Fondeuse-boostLa dernière épreuve des Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang, en 2018, le 30 kilomètres de ski de fond style classique féminin se termina en beauté, puisqu’il vit le triomphe de la Norvégienne Marit Bjoergen, qui s’adjugeait sa quinzième médaille olympique, ce qui constituait le record absolu pour les Jeux d’hiver. Mais il s’acheva aussi par la déconfiture de l’Autrichienne Teresa Stadlober. À vingt-cinq ans, cette dernière s’apprêtait à réaliser l’exploit de sa vie : en effet, alors qu’elle n’avait jamais réussi de grande performance aux Jeux Olympiques ou aux Championnats du monde, elle luttait avec la Finlandaise Krista Pärmäkoski pour conquérir la médaille d’argent ; à 10 kilomètres de l’arrivée, elle accéléra… et se trompa de piste. Quand elle s’aperçut de sa bévue, elle fit bien sûr demi-tour, mais elle avait parcouru de ce fait un demi-kilomètre de plus que ses rivales. De retour sur la bonne piste, elle termina l’épreuve à la neuvième place !

©Pierre LAGRUE



Kim Boutin en pleurs sur le podium à PyeongChang !

Pourquoi tant de haine ?

BOUTIN-2-boostLe chauvinisme est universel, et il provoque toujours les pires débordements. Ainsi, aux Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang en 2018, le 500 mètres de short-track se termina dans la polémique. L’Italienne Arianna Fontana devança l’idole du pays du Matin calme, Choi Min-jeong, ce qui constituait déjà une déception pour les Sud-Coréens. Pis ! Après examen de la vidéo, le jury disqualifia Choi Min-jeong, qui avait bousculé la Canadienne Kim Boutin. Le jugement était certes discutable, mais pas plus que d’autres décisions. Kim Boutin, initialement quatrième, récolta la médaille de bronze. Une médaille qui allait lui procurer bien des tourments : devant l’accumulation de messages agressifs et haineux, Kim Boutin dut fermer ses comptes sur les réseaux sociaux. Plus grave, elle reçut des menaces de mort, et les autorités durent lui assurer une protection policière. Le Comité international olympique (C.I.O.) « invita fermement » le public à célébrer Kim Boutin comme il se doit lors de la cérémonie de remises des médailles. Obéissant, le public a applaudi la Canadienne, qui a fondu en larmes sur le podium.

©Pierre LAGRUE



Du ski joëring aux Jeux Olympiques en 1928 !

Une curiosité olympique

ski-joëring-cheval (2)Le programme olympique comportait jadis quelques épreuves bien étranges, souvent liées à des disciplines prisées par le pays organisateur des Jeux. Ainsi, aux Jeux d’hiver de Saint-Moritz, en 1928, fut organisée une épreuve de ski joëring. Le ski joëring est une discipline alliant le ski et un attelage équestre ou canin, les animaux tirant un skieur. Le ski joëring est une discipline populaire en Suisse, et fut donc sport de démonstration en 1928. Huit skieurs, tous suisses, tirés par des chevaux attelés, participèrent à cette épreuve qui se déroula le 12 février. La victoire revint à un dénommé Rudolf Wettstein. Le ski joëring ne revint jamais plus aux Jeux Olympiques.

©Pierre LAGRUE



Jugement de Salomon en 1964

Médailles pour tous en patinage

1964Patinage (2)En 1964, aux Jeux Olympiques d’hiver d’Innsbruck, la compétition de patinage artistique par couple vit la victoire des magnifiques Soviétiques Ludmila Beloussova et Oleg Protopopov, devant les Allemands Marika Kilius et Hans-Jürgen Bäumler, et les Canadiens Debbi Wilkes et Guy Revell. À la quatrième place figuraient les Américains Vivian et Ronald Joseph, frère et sœur, qui patinaient ensemble depuis l’enfance. Or les Allemands Marika Kilius et Hans-Jürgen Bäumler avaient prévu de devenir professionnels après ces Jeux, et avaient déjà signé leur contrat. À cette époque où le Comité international olympique (C.I.O.) brocardait le professionnalisme et chassait les « fraudeurs », il fut décidé que le contrat signé par le couple allemand était contraire au règlement : ils furent disqualifiés et durent rendre leur médaille en 1966. Debbi Wilkes et Guy Revell reçurent une médaille d’argent, et la « médaille en chocolat » de Vivian et Ronald Joseph se transforma en médaille de bronze. Les choses restèrent en l’état jusqu’en 1987 : le C.I.O. accepta alors de requalifier les Allemands, et on leur rendit leur médaille d’argent. Pour autant, Debbi Wilkes et Guy Revell conservèrent leur médaille d’argent, Vivian et Ronald Joseph gardèrent leur médaille de bronze. S’ensuivit un pataquès dans le palmarès, et il fallut attendre 2013 pour que le C.I.O. indique officiellement que les Canadiens et les Allemands se partageaient la médaille d’argent, alors que les Américains conservaient leur médaille de bronze.

©Pierre LAGRUE



Quand un sportif compose une ode en grec ancien…

À défaut de médaille…

1896-RobertsonAthlète et tennisman, George Stuart Robertson se classa quatrième du concours de lancer du disque aux Jeux Olympiques d’Athènes, en 1896, et, associé à l’Australien Edwin Flack, il fut battu en demi-finale de la compétition de tennis en double, par la paire grecque constituée de Dionysios Kasdaglis et Dimitrios Petrokokkinos. Mais, pour se faire remarquer, George Stuart Robertson avait une autre corde à son arc : lors de la cérémonie de clôture officielle de ces Jeux, on joua l’hymne national grec, puis on donna une ode composée en grec ancien par George Stuart Robertson lui-même. Les paroles du sportif touchèrent le roi le roi Georges Ier de Grèce qui le récompensa immédiatement d’une couronne de laurier. À défaut de médaille, George Stuart Robertson reçut une couronne.

©Pierre LAGRUE



Le Black Power aux Jeux

Des combattants de la liberté…

1968Black-PowerLe 16 octobre 1968, aux Jeux Olympiques de Mexico, sur le podium du 200 mètres, les Noirs américains Tommie Smith et John Carlos baissent la tête et lèvent un poing ganté de noir au moment où l’hymne des États-Unis retentit; le troisième homme, l’Australien blanc Peter Norman, porte lui aussi le badge «Olympic Project for Human Rights» («Projet olympique pour les droits de l’homme»). Trois jours plus tard, Lee Evans, Larry James et Ron Freeman, les trois premiers du 400 mètres, montent sur le podium coiffés d’un béret et lèvent aussi, plus discrètement, le poing pour protester contre la ségrégation raciale aux États-Unis. Le Black Power s’est invité aux Jeux, profitant de la vitrine olympique. Il s’agissait d’une action mûrement réfléchie, concertée et minutieusement préparée.

Tout est né dans les universités américaines. Dans le contexte de discrimination raciale de l’époque, les portes des universités semblaient fermées à double tour pour les Noirs. Néanmoins, certaines universités «recrutaient» de nombreux Noirs dans les années 1960: en effet, aux États-Unis, le sport tient une place importante dans les universités et le prestige de celles-ci provient parfois tout autant des performances de leurs sportifs que des résultats scolaires de leurs étudiants… Mais, contrairement aux attentes du pouvoir blanc, les Noirs ne se contentèrent pas de briller sur les pistes, les stades et dans les salles de sport: ils se forgèrent sur les campus une conscience politique. C’est ainsi sur le campus de l’université de San Jose (Californie), où étudiaient Tommie Smith, John Carlos et Lee Evans notamment, que l’activisme étudiant noir américain était le plus virulent: en 1967, les trois hommes militèrent pour la fondation de la Black Students Union. Dans le même temps, le sociologue afro-américain Harry Edwards, enseignant dans cette université, élaborait l’Olympic Project for Human Rights, qui reçut l’adhésion de la majorité des athlètes-étudiants noirs américains. Le 4 avril 1968, le pasteur Martin Luther King était assassiné: les tensions raciales s’exacerbèrent, des émeutes éclatèrent. Harry Edwards relança alors l’idée qu’il avait avancée en octobre 1967: le boycottage des Jeux de Mexico par les Noirs américains. Les athlètes multiplièrent les réunions pour tenter d’adopter une position commune, mais l’idée du boycottage ne fit pas l’unanimité.

Les dirigeants du mouvement olympique américain s’inquiétaient: Everett Barnes, directeur exécutif du Comité olympique américain, déclara que tout athlète qui porterait un brassard noir lors de la cérémonie d’ouverture serait exclu de l’équipe américaine; Avery Brundage, président du Comité international olympique (C.I.O.), le soutint et indiqua que «tout athlète qui provoquerait des troubles serait immédiatement renvoyé chez lui».

Dans le village olympique de Mexico, les amitiés se nouèrent, le badge «Olympic Project for Human Rights» fut largement distribué: tous les athlètes noirs américains ou presque le portaient, mais de nombreux Américains blancs, solidaires, l’arboraient également. Une identité noire s’affirmait: les Noirs américains rendaient visite aux Africains, qu’ils appelaient désormais «nos frères».

Le 14 octobre, Jim Hines remportait le 100 mètres devant le Jamaïquain Lennox Miller et Charles Greene. Il s’agissait, pour le Black Power, du premier moment fort des Jeux: quelle attitude adopteraient les deux Américains sur le podium lors de la cérémonie de remise des médailles? En fait, la cérémonie se déroula sans anicroche: rien de surprenant concernant Hines, qui ne s’affichait pas en militant; en revanche, Greene semblait très virulent et sa passivité laissait penser que les Noirs américains ne mettraient aucune de leurs menaces à exécution… Deux jours plus tard, Smith et Carlos allaient apporter un démenti cinglant…

Grâce à leur courage et à la vitrine olympique, tous ces jeunes gens firent sans doute beaucoup plus pour leur juste cause que certains orateurs et quelques combattants. Profitant de la médiatisation des Jeux, ces sportifs avaient osé, quitte à sacrifier leur carrière et à mettre en péril leur avenir, afficher leurs convictions et leurs revendications devant les télévisions du monde entier. Tous se voulaient des militants de la dignité humaine. Hélas, quatre ans plus tard, le massacre de Munich perpétré par les terroristes palestiniens de Septembre noir allait prouver que la «visibilité olympique» pouvait servir des causes autrement funestes…

©Pierre LAGRUE



Usain Bolt est-il le plus grand champion de l’histoire ?

BOLT (2)

Le plus grand sprinter, sans discussion…

Usain Bolt a terminé sa trajectoire sportive le 13 août 2017, battu et blessé. Héros au sens de la mythologie grecque, il est redevenu en un instant un simple mortel. En fait, cette fin ne renforcerait-elle pas sa légende? Sans les exploits de Bolt, accompagnés de sa fraîcheur et de sa disponibilité, l’athlétisme aurait vécu depuis dix ans au rythme des affaires de dopage, des victoires frelatés, des triomphes sans âme. La fin de la carrière de Bolt va donc laisser un immense vide pour l’athlétisme, et ce sport va devoir trouver un moyen pour le combler, afin d’éviter de connaître un relatif anonymat médiatique hors des rendez-vous olympiques.

Aux Jeux Olympiques, Usain Bolt a remporté les 100 mètres, 200 mètres et relais 4 fois 100 mètres en 2008 à Pékin, en 2012 à Londres, en 2016 à Rio. Une performance unique et qui restera inégalée. Aux Championnats du monde, il s’est adjugé onze médailles d’or. La question de savoir si Bolt est le plus grand sportif de l’histoire se pose. Pour ce qui est du sprint, pas de doute, il est le plus grand. Certes, on ne sait pas quel aurait été le palmarès des Américains Bob Hayes et Jim Hines si le contexte du sport amateur des années 1960 ne les avait pas contraints à quitter les pistes pour monnayer leur talent dans des équipes de football américain. Certes, on ne sait pas quelle aurait été la destinée sportive de l’Américain Tommie Smith s’il n’avait pas sacrifié sa carrière pour défendre la cause des Noirs américains en levant un poing ganté de noir sur le podium du 200 mètres des Jeux Olympiques en 1968 à Mexico. En revanche, on sait que, dans le contexte de l’athlétisme professionnel, seuls les Américains Carl Lewis et Michael Johnson (recordman du monde des 200 et 400 mètres) peuvent lui être comparés. Mais, sans aucun doute, «Lightning Bolt» a surpassé tous leurs exploits.

Pour le reste…

Déterminer quel est le plus grand champion de l’histoire relève bien sûr du débat subjectif. En plus des performances pures, le charisme et la trace laissée dans son sport sont des éléments importants de l’auto-discussion. Michael Phelps a bien sûr remporté 23 médailles d’or olympiques, mais la natation est propice à ce type d’exploits par la multiplication des épreuves. Jesse Owens est loin de posséder un palmarès approchant celui de Bolt; mais ses triomphes aux Jeux de Berlin en 1936 ont constitué un camouflet pour Hitler et les nazis. Pelé a révolutionné le football. Muhammad Ali a régné sur la boxe, et il est aussi devenu un emblème du courage, n’hésitant pas à mettre en jeu sa carrière et sa liberté pour défendre de justes causes politiques.

Alors, Bolt, Owens, Pelé, Ali, un autre?

©Pierre LAGRUE