Walter MARCH (1898-1969)

Architecte allemand

MARCH2Walter March mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car on ignore souvent qu’il fut champion olympique en 1936. En effet, travaillant dans l’ombre de son frère Werner March, il participa à la conception du Reichssportfeld (Parc olympique) des Jeux de Berlin. Et, comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, Walter March obtint, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, une médaille d’or, conjointement avec son frère Walter March, dans la catégorie «urbanisme», pour ce Reichssportfeld.

©Pierre LAGRUE



Robert Tait McKENZIE (1867-1938)

Médecin, artiste et athlète canadien

MCKENZIE-OK (2)Robert Tait McKenzie est essentiellement connu pour son rôle pionnier dans la physiothérapie et son engagement dans le scoutisme. Il était un sportif complet, mais c’est pourtant comme artiste qu’il participa aux Jeux Olympiques, et c’est pour cela qu’il mérite mention au titre de l’olympisme inattendu. En effet, il obtint, en 1932 à Los Angeles, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «médailles et bas-reliefs», une sous-catégorie de la catégorie «sculpture», pour Shield of the Athletes. Cette année-là, dans la catégorie «médailles et bas-reliefs», la médaille d’or revint au Polonais Józef Klukowski, pour Wienczenie zawodnika (Sport Sculpture II), et la médaille d’argent à l’Américain Frederick William MacMonnies, pour Lindbergh Medal.

©Pierre LAGRUE



Frederick William MacMONNIES (1863-1937)

Artiste américain

MacMonnies-OKFrederick William MacMonnies mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1932 à Los Angeles, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «médailles et bas-reliefs», une sous-catégorie de la catégorie «sculpture», pour Lindbergh Medal. Cette année-là, dans la catégorie «médailles et bas-reliefs», la médaille d’or revint au Polonais Józef Klukowski, pour Wienczenie zawodnika (Sport Sculpture II). Frederick William MacMonnies, élève à la National Academy of Design (New York) et à l’Art Students League of New York, étudia la sculpture à l’École des beaux-arts de Paris. Il obtint de nombreuses commandes publiques aux États-Unis, notamment pour l’Exposition universelle de Chicago en 1893, et se fit aussi connaître en France. Ainsi, il remporta un grand prix à l’Exposition universelle de Paris en 1900 et une mention au Salon de Paris en 1901. En France, son œuvre la plus célèbre demeure La Liberté éplorée (connue sous les dénominations de «Monument américain» ou «Monument de Varreddes»), une statue de 26 mètres de hauteur offerte aux Français par le peuple américain pour honorer la mémoire des soldats français morts lors de la première bataille de la Marne en 1914.

©Pierre LAGRUE



Jakub OBROVSKY (1882-1949)

Artiste et écrivain tchécoslovaque

obrovsky-OK2Jakub Obrovsky mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1932 à Los Angeles, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «statues», une sous-catégorie de la catégorie «sculpture», pour Odysseus (Ulysse). Cette année-là, dans la catégorie «statues», le jury accorda la médaille d’or au célèbre Américain Mahonri Mackintosh Young, pour The Knockdown, et la médaille d’argent au Hongrois Miltiades Manno, pour Wrestling (La Lutte). Jakub Obrovsky mit souvent en valeur les femmes et les sportifs dans ses œuvres. Il est aussi connu pour avoir dessiné les deux premiers timbres de la République tchécoslovaque, née en 1918, l’un représentant Le Lion brisant ses chaînes (1919), l’autre une Allégorie de l’économie (1920).

©Pierre LAGRUE



Miltiades MANNO (1879-1935)

Sportif et sculpteur hongrois

MANNO-OKMiltiades Manno est essentiellement connu comme footballeur (il fut le meilleur buteur du Championnat de Hongrie en 1901 et en 1902). Pourtant, s’il participa deux fois aux Jeux Olympiques, ce n’est pas lors d’une compétition de football. La première fois, en 1912 à Stockholm, en tant que rameur, avec le huit hongrois (en fait l’équipage du club Hungaria Evezos Egylet), il fut éliminé lors des séries. La seconde fois, en 1932 à Los Angeles, cette fois comme sculpteur, il obtint une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «statues», une sous-catégorie de la catégorie «sculpture», pour Wrestling (La Lutte). Cette année-là, dans la catégorie «statues», le jury accorda la médaille d’or au célèbre Américain Mahonri Mackintosh Young, pour The Knockdown. Miltiades Manno est une des rares personnalités à avoir pris part aux Jeux à la fois comme sportif et comme artiste. Il mérite donc bien de figurer en bonne place au titre de l’olympisme inattendu.

©Pierre LAGRUE



Joachim KARSCH (1897-1945)

Artiste allemand

KARSCH-OKJoachim Karsch mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1932 aux Jeux de Los Angeles, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «arts graphiques», une sous-catégorie de la catégorie «peinture», pour Der Staffelläufer (Les Relayeurs). Cette année-là, dans la catégorie «arts graphiques», le jury accorda la médaille d’or à l’Américain Joseph Webster Golinkin, pour Leg Scissors, et la médaille d’argent à la Polonaise Janina Konarska, pour Narciarze (Skieurs). Joachim Karsch, connu aussi bien pour ses sculptures que ses dessins, fit partie du Deutscher Künstlerbund (Ligue des artistes allemands), créé en 1903, lequel fut interdit par les nazis en 1936.

©Pierre LAGRUE



Janina KONARSKA (1900-1975)

Artiste polonaise

KONARSKA-OKJanina Konarska mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car elle obtint, en 1932 aux Jeux de Los Angeles, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «arts graphiques», une sous-catégorie de la catégorie «peinture», pour Narciarze (Skieurs). Cette année-là, dans la catégorie «arts graphiques», le jury accorda la médaille d’or à l’Américain Joseph Webster Golinkin pour Leg Scissors.

©Pierre LAGRUE



Gerhard WESTERMANN (1880-1971)

Artiste néerlandais

Westermann-OKGerhard Westermann mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il obtint, en 1932 aux Jeux de Los Angeles, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «aquarelles et dessins», une sous-catégorie de la catégorie «peinture», pour Le Cavalier. Cette année-là, dans la catégorie «aquarelles et dessins», la médaille d’or revint à l’Américain Lea Blair, pour Rodéo, et la médaille d’argent à un autre Américain, Percy Crosby, pour Jackknife. Professeur à la Reichsakademie d’Amsterdam de 1918 à 1948, Gerhard Westermann s’illustra surtout par ses peintures de paysages et, bien sûr, de chevaux. Il a également écrit quelques ouvrages sur les rapports entre l’art et le sport. On peut aussi noter que Gerhard Westermann signa certaines de ses œuvres sous le pseudonyme de Johs Labasky.

©Pierre LAGRUE



Percy CROSBY (1891-1964)

Graphiste et illustrateur américain

CROSBY-OKPercy Crosby est essentiellement connu comme le créateur de Skippy, un comic strip mettant en scène sur un garçon de dix ans turbulent, Skippy Skinner, ses amis et ses ennemis, qui parut de 1925 à 1945. Auparavant, il avait fait paraître quelques bandes dessinées moins célèbres (Always Belittlin’, Bugville, Bug Lugs). Mais si Percy Crosby mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, c’est parce qu’il obtint, en 1932 aux Jeux de Los Angeles, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «aquarelles et dessins», une sous-catégorie de la catégorie «peinture», pour Jackknife. Cette année-là, dans la catégorie «aquarelles et dessins», la médaille d’or revint à un autre Américain, Lea Blair, pour Rodéo.

©Pierre LAGRUE



Ruth MILLER (1904-1978)

Artiste américaine

MILLER-OKRuth Miller mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car elle obtint, en 1932 aux Jeux de Los Angeles, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «peinture», pour Struggle (Lutte). Cette année-là, la médaille d’or revint au Suédois David Wallin, pour Au bord de la mer d’Arild.

©Pierre LAGRUE