Felix DHÜNEN (1896-1939)

Sculpteur, homme de théâtre et poète allemand

DHUNEN-OK-2-antiqueFelix Dhünen, de son vrai nom Franz Sondinger, mérite ici mention car il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1936, aux Jeux de Berlin, Felix Dhünen obtint la médaille d’or des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin dans la catégorie «poésie», pour Der Läufer (Le Coureur). Auparavant, Franz Sondinger avait exercé comme sculpteur à Munich et en Italie, puis mis en scène des auteurs tels que Courteline, Wedekind, Hauptmann. Sous son pseudonyme, Felix Dhünen, il connut quelques succès (Uta von Naumburg. Schauspiel in drei Akten, Traumspiel um St. Helena…). Et donc, Der Läufer, qui évoque l’épopée du messager de Marathon.

©Pierre LAGRUE



Alphonse LAVERRIÈRE (1872-1954)

Architecte suisse

1912LausanneRemporter la première médaille d’or dans une discipline olympique vaut bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Surtout quand cette discipline n’est pas un sport. En effet, en 1912, à l’occasion des Jeux de Stockholm, furent pour la première fois organisés des «concours d’art et littérature», concrétisant enfin une idée chère à Pierre de Coubertin, et ce malgré les réticences des organisateurs suédois. La participation fut réduite (35 concurrents), et Alphonse Laverrière, associé à Eugène Monod, remporta la médaille d’or dans la catégorie «architecture» pour Plan d’un stade moderne. Notons que le jury n’attribua ni médaille d’argent ni médaille de bronze. Parmi les principales réalisations d’Alphonse Laverrière figurent le tablier du pont Chauderon à Lausanne ou la façade de la gare de Lausanne.

©Pierre LAGRUE



Eugène MONOD (1871-1929)

Architecte suisse

1912MONODRemporter la première médaille d’or dans une discipline olympique vaut bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Surtout quand cette discipline n’est pas un sport. En effet, en 1912, à l’occasion des Jeux de Stockholm, furent pour la première fois organisés des «concours d’art et littérature», concrétisant enfin une idée chère à Pierre de Coubertin, et ce malgré les réticences des organisateurs suédois. La participation fut réduite (35 concurrents), et Eugène Monod, associé à Alphonse Laverrière, remporta la médaille d’or dans la catégorie «architecture» pour Plan d’un stade moderne. Notons que le jury n’attribua ni médaille d’argent ni médaille de bronze. Auparavant, Eugène Monod avait été sollicité, en 1908, pour participer à la réalisation du Monument international de la Réformation à Genève.

©Pierre LAGRUE



Holger SINDING-LARSEN (1869-1938)

Architecte norvégien

NorvègeOK-2-antiqueHolger Sinding-Larsen mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1920 aux Jeux d’Anvers, une médaille d’argent dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin dans la catégorie «architecture» pour Projet pour une École de gymnastique. Plus original encore, cette année-là, dans la catégorie «architecture», le jury n’attribua ni médaille d’or ni médaille de bronze. À l’époque, Holger Sinding-Larsen était déjà un architecte renommé. Il avait notamment été choisi sur concours pour édifier la chapelle d’Holmenkollen en 1895 et avait réalisé le pavillon de la Norvège pour l’Exposition universelle de Paris en 1900. Nommé en 1907 inspecteur des Bâtiments de l’université de Christiania (Oslo), il occupa ce poste jusqu’en 1924. Holger Sinding-Larsen reçut la médaille d’or du Mérite royal, le prix Fridtjof-Nansen et fut fait chevalier de l’Ordre royal de Vasa (Kungliga Vasaorden). On le voit, contrairement aux sportifs les plus célèbres, la médaille olympique ne constitua qu’un accessit pour Holger Sinding-Larsen.

©Pierre LAGRUE



Dezso LAUBER (1879-1966)

Architecte et sportif hongrois

LAUDER-OK-vintageDezso Lauber mérite mention au titre de l’olympisme inattendu à double titre, car il participa aux Jeux Olympiques à la fois en tant que sportif et en tant qu’architecte. Sportif éclectique, Dezso Lauber pratiqua avec bonheur le bobsleigh, le patinage artistique, le cyclisme, le golf et le tennis. Dans ce dernier sport, il participa aux Jeux de Londres, en 1908, mais fut éliminé au premier tour. On retrouve Dezso Lauber aux Jeux Olympiques en 1924 à Paris. Cette année-là, associé à Alfred Hajós, il participa aux Jeux dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin. Et les deux Hongrois obtinrent une médaille d’argent dans la catégorie «architecture» pour Plan d’un stade. On note que le jury n’attribua pas de médaille d’or. Dezso Lauber fut également secrétaire du Comité olympique hongrois.

©Pierre LAGRUE



Julien MÉDECIN (1894-?)

Architecte monégasque

On sait peu de chose au sujet de Julien Médecin. Il mérite pourtant une mention particulière au titre de l’olympisme inattendu, car il demeure le seul Monégasque médaillé olympique, et ce dans une discipline particulière: l’architecture. En effet, Julien Médecin participa aux Jeux Olympiques en 1924 à Paris, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, et il obtint une médaille de bronze pour Stade pour Monte-Carlo. Cette année-là, dans la catégorie «architecture», le jury n’attribua pas de médaille d’or, et la médaille d’argent revint aux Hongrois Alfred Hajós et Dezso Lauber pour Plan d’un stade.

©Pierre LAGRUE



Ejnar MINDEDAL RASMUSSEN (1892-1975)

Architecte danois

MINDEDAL-OKEjnar Mindedal Rasmussen mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «design architectural», une sous-catégorie d’«architecture» créée cette année-là, pour Swimming Pool at Ollerup (Piscine à Ollerup). Cette année-là, dans cette sous-catégorie, la médaille d’or revint Néerlandais Jan Wils pour Olympisch Stadion (en fait, le stade olympique de ces Jeux d’Amsterdam). Architecte néoclassique et assez traditionaliste, Ejnar Mindedal Rasmussen s’inscrivit dans l’école du Bedre Byggeskik (littéralement «meilleures pratiques de construction») et n’hésita pas à employer des matériaux modernes tels que le béton. Sa Swimming Pool at Ollerup demeure sa réalisation majeure.

©Pierre LAGRUE



Jacques LAMBERT (1891-1947)

Architecte français

Jacques Lambert mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, deux médailles, non pas dans le domaine du sport, mais dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin. Cette année-là, la catégorie «architecture» avait été subdivisée en deux sous-catégories: «design architectural» et «urbanisme». Et Jacques Lambert concourut dans les deux, avec la même œuvre, Stade à Versailles. Le jury lui accorda une médaille de bronze pour le «design architectural» (la médaille d’or revenant au Néerlandais Jan Wils pour Olympisch Stadion, la médaille d’argent au Danois Ejnar Mindedal Rasmussen pour Piscine à Ollerup) et une médaille d’argent pour l’«urbanisme» (la médaille d’or allant l’Allemand Alfred Hensel pour les plans du Stade de Nuremberg. Jacques Lambert, fait officier de la Légion d’honneur en 1938, a obtenu de multiples prix et récompenses.

©Pierre LAGRUE



Pierre BAILLY (1889-1973)

Architecte français

Pierre Bailly mérite ici mention car il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1932, aux Jeux de Los Angeles, Pierre Bailly, associé à Gustave Saacké et Pierre Montenot, obtint la médaille d’or des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin dans la catégorie «design architectural», une sous-catégorie de la catégorie «architecture», pour Arène pour taureaux. Dans les années 1930, Pierre Bailly participa à plusieurs projets architecturaux au Venezuela, dont l’édification du musée d’Anthropologie et d’Histoire de Maracay.

©Pierre LAGRUE