Manfred STENGL (1946-1992)

Lugeur autrichien

STRANGL (2)La luge est un sport dangereux, qui procure des sensations fortes. Passionné de vitesse, Manfred Stengl se lança donc dans ce sport de glisse. La luge fut inscrite pour la première fois aux Jeux Olympiques en 1964, à Innsbruck. Associé à Josef Feistmantl, Manfred Stengl remporta l’épreuve biplace, et inaugura donc le palmarès. Mais l’autre passion de Manfred Stengl était la moto : il remporta plusieurs courses, mais trouva la mort en 1992, dans le célèbre Tourist Trophy de l’île de Man.

©Pierre LAGRUE



Anna-Maria MÜLLER (1949-2009)

Lugeuse est-allemande

MULLER-2-concentrateAnna-Maria Müller mérite mention au titre de l’olympisme inattendu pour sa mésaventure aux Jeux Olympiques de Grenoble en 1968. Initialement deuxième, derrière sa compatriote Ortrun Enderlein, elle fut disqualifiée, tout comme les deux autres Allemandes de l’Est, Ortrun Enderlein et Angela Knösel, pour avoir chauffé illégalement les patins de sa luge. De ce fait, le titre revint à l’Italienne Erika Lechner, les médailles d’argent et de bronze à des Allemandes de l’Ouest. Les responsables de la R.D.A. ont immédiatement prétendu qu’il s’agissait d’une conspiration, destinée à nuire à l’image de la R.D.A. qui faisait son entrée sur la scène olympique. Chose étonnante : selon l’analyse des documents de la Stasi saisis après la chute du Mur de Berlin, il semblerait que le jury ait bien été soudoyé par la République fédérale d’Allemagne, et, dans les années 2000, selon plusieurs médias allemands, Anna-Maria Müller et ses compatriotes furent bien victimes d’un complot et n’auraient pas dû être disqualifiées ! Anna-Maria Müller participa encore aux Jeux Olympiques, en 1972 à Sapporo. Cette fois, sans contestation possible, elle obtint la médaille d’or, devant deux autres Allemandes de l’Est, Ute Rührold et Margit Schumann.

©Pierre LAGRUE



Erika LECHNER (1947- )

Lugeuse italienne

Lechner-2-antiqueErika Lechner fut la première femme italienne médaillée d’or aux Jeux Olympiques d’hiver. Surtout, elle devint championne olympique « par accident ». Erika Lechner avait participé aux Jeux d’Innsbruck, en 1964, sans briller (elle abandonna). Elle revint sur la scène olympique en 1968, à Grenoble, et se classa troisième, derrière les Allemandes de l’Est Ortrun Enderlein et Anna-Maria Müller, ce qui constituait déjà une belle performance. Or, toutes les lugeuses de l’Allemagne de l’Est furent disqualifiées par le jury pour avoir chauffé illégalement les patins de leurs luges. On ne sait toujours pas si celles-ci avaient triché ou si elles furent victimes d’un complot ourdi par la République fédérale d’Allemagne. Erika Lechner fut aussi médaillée d’argent aux Championnats du monde en 1971, et participa encore aux Jeux Olympiques en 1972 à Sapporo, où elle abandonna.

©Pierre LAGRUE



Ortrun ENDERLEIN (1943- )

Lugeuse est-allemande

Enderlein-2-tenderLa carrière d’Ortrun Enderlein peut se voir comme une contraction de la guerre froide olympique. En effet, les champions de la R.D.A. ne furent autorisés à participer aux Jeux sous la bannière de leur pays qu’à partir de 1968. Aussi, en 1964 à Innsbruck, année où la luge fut pour la première fois inscrite au programme olympique, Ortrun Enderlein, la plus grande championne de son temps, remporta la médaille d’or sous les couleurs de l’« équipe unifiée d’Allemagne ». En 1968, aux Jeux de Grenoble, elle remporta « provisoirement » une seconde médaille d’or. Elle avait réalisé le meilleur temps, mais, tout comme ses compatriotes Anna-Maria Müller (deuxième) et Angela Knösel (quatrième), elle fut disqualifiée pour avoir chauffé illégalement les patins de sa luge. De ce fait, le titre revint à l’Italienne Erika Lechner, les médailles d’argent et de bronze à des Allemandes de l’Ouest. Les responsables de la R.D.A. ont immédiatement prétendu qu’il s’agissait d’une conspiration, destinée à nuire à l’image de la R.D.A. qui faisait son entrée sur la scène olympique. Chose étonnante : après analyse des documents de la Stasi saisis après la chute du Mur de Berlin, il semblerait que le jury ait bien été soudoyé par la République fédérale d’Allemagne, et, dans les années 2000, selon plusieurs médias allemands, Ortrun Enderlein et ses compatriotes furent bien victimes d’un complot et n’auraient pas dû être disqualifiées ! Quant à Ortrun Enderlein, par ailleurs championne du monde en 1965 et en 1967, décorée de l’Ordre du mérite patriotique d’argent, elle mit fin à sa carrière sportive en 1969, et fut membre du Comité olympique est-allemand de 1969 à sa dissolution en 1990.

©Pierre LAGRUE



Paul ASTE (1916-….)

Bobeur et lugeur autrichien

1964ASTEBriller dans deux sports différents, même s’ils sont proches, et continuer de s’inscrire durablement dans la vie sportive et olympique après sa carrière mérite bien une mention au titre de l’olympisme inattendu. Ainsi, Paul Aste remporta cinq médailles d’or lors des Championnats d’Europe de luge (monoplace en 1951, 1953 et 1955 ; biplace en 1952 et 1955) et deux médailles lors des Championnats du monde de bobsleigh (bob à deux, argent en 1955, bronze en 1958). Puis il devint un expert dans la construction des pistes de luge et de bobsleigh. Ainsi, pour les Jeux Olympiques d’hiver d’Innsbruck, en 1964, il édifia à Igls, une petite station de sports d’hiver proche d’Innsbruck, une piste de bobsleigh de 1506 mètres de longueur pour un dénivelé de 138 mètres et une piste de luge longue de 1063 mètres pour un dénivelé de 113 mètres. C’est aussi lui qui prononça le serment des athlètes lors de la cérémonie d’ouverture de ces Jeux Olympiques d’hiver d’Innsbruck.

©Pierre LAGRUE



Wolfgang LINGER (1982- ) et Andreas LINGER (1981- )

Lugeurs autrichiens

lingerLes réussites familiales sont assez courantes aux Jeux Olympiques. Les frères Andreas et Wolfgang Linger en fournissent un bel exemple: ils remportèrent la compétition de luge biplace en 2006 aux Jeux d’hiver de Turin, puis en 2010, aux Jeux d’hiver de Vancouver; ils s’adjugèrent le bronze en 2014 aux Jeux d’hiver de Sotchi. Les frères Linger furent également trois fois champions du monde (2003, 2011, 2012).

©Pierre LAGRUE