Viktor TCHOUKARINE (1921-1984)

Gymnaste soviétique

TCHOUKARINE2Viktor Tchoukarine fut le premier héros du sport olympique soviétique. Il remporta sept médailles d’or, trois médailles d’argent et une médaille de bronze aux Jeux (1952 et 1956).

Viktor Tchoukarine aurait pu participer à des compétitions nationales de gymnastique dès l’âge de dix-neuf ans, mais il dut interrompre ses activités sportives en raison de la Seconde Guerre mondiale. Étudiant à l’Institut de culture physique de Lviv, en Ukraine, il obtint son diplôme en 1950.

Champion d’U.R.S.S. de gymnastique en 1949, 1950 et 1951, Viktor Tchoukarine se prépara avec un grand sérieux pour les Jeux Olympiques de 1952, car Staline avait décidé que l’U.R.S.S. enverrait pour la première fois une délégation aux Jeux, à Helsinki.

L’équipe de gymnastique était un des fleurons de cette délégation soviétique et Viktor Tchoukarine se montra le plus brillant de ces champions. Il remporta en effet le concours général individuel, la compétition par équipes avec ses camarades, la médaille d’or au cheval-d’arçons et au saut de cheval, ajoutant la médaille d’argent aux anneaux et aux barres parallèles, il s’adjugea donc six médailles en Finlande, ce qui fut le record pour cette édition. Deux ans plus tard, aux Championnats du monde de Rome, il obtint la médaille d’or lors du concours général individuel (ex aequo avec son compatriote Valentin Muratov) et par équipes, ainsi qu’aux barres parallèles.

En 1956, aux Jeux de Melbourne, Viktor Tchoukarine, déjà âgé de trente-cinq ans, demeurait pourtant le meilleur atout de l’U.R.S.S. dans le concours général individuel, une épreuve à l’occasion de laquelle il affrontait un adversaire redoutable, le Japonais Takashi Ono. À l’issue d’une compétition serrée, Tchoukarine s’imposa de très peu devant Ono. Tchoukarine gagna également la compétition par équipes avec l’U.R.S.S., s’adjugea la médaille d’or aux barres parallèles, la médaille d’argent au sol et la médaille de bronze au cheval-d’arçons.

En dehors des gymnases, Viktor Tchoukarine militait au sein du Parti communiste depuis 1951 ; il publia en 1955 l’ouvrage Put K Vershinam (« Le Chemin qui mène aux sommets »). Après sa carrière sportive, il devint entraîneur de gymnastique : il dirigea l’équipe de gymnastique d’Arménie à partir de 1961, puis celle d’Ukraine à partir de 1972.

©Pierre LAGRUE