Sobriquets en athlétisme : A-B

Kriss AKABUSI (Grande-Bretagne)

  • Surnoms : The Man Killer of Track and Field (Le Tueur de l’athlétisme)

Kriss Akabusi, champion d’Europe (1990) et médaillé de bronze olympique (1992) du 400 mètres haies fut surnommé «The Man Killer of Track and Field» par ses compatriotes pour sa détermination.

Dave ALBRITTON (États-Unis)

  • Surnom : Le Précurseur

Dave Albritton fut surnommé «Le Précurseur» car il fut le premier sauteur en hauteur à populariser le rouleau ventral.

Gabriela ANDERSEN-SCHIESS (Suisse)

  • Surnom : La Survivante du marathon

En 1984, à Los Angeles le marathon féminin était inscrit pour la première fois au programme olympique. Gabriela Andersen-Schiess termina l’épreuve en titubant, dans une extrême fatigue. Elle devint «La Survivante du marathon».

Saïd AOUITA (Maroc)

  • Surnoms : Le Décathlonien du demi-fond, L’Express de Kenitra

Saïd Aouita, premier homme à casser la barrière des 13 minutes sur 5000 mètres (1987) fut surnommé «Le Décathlonien du demi-fond» par le journal L’Équipe car il s’alignait dans toutes les courses du demi-fond, du 800 au 5000 mètres. Dans son pays, il fut surnommé «L’Express de Kenitra», en référence à sa ville de naissance. À noter qu’un train marocain, le Train navette rapide, est surnommé… Aouita.

Christine ARRON (France)

  • Surnom : La Reine Christine

Christine Arron fut surnommée «La Reine Christine» par la presse après ses exploits aux Championnats d’Europe de 1998, où elle battit notamment le record d’Europe du 100 mètres.

Alonzo BABERS (États-Unis)

  • Surnom : L’Aviateur

Alonzo Baber, champion olympique du 400 mètres à Los Angeles en 1984 fut surnommé «L’Aviateur» tout simplement parce qu’il était lieutenant dans L’US Air Force.

Eunice BARBER (France)

  • Surnoms : La Barber de Séville, Unique Barber

Sierra-léonaise d’origine, Eunice Barber obtint son premier titre majeur, la médaille d’or à l’heptathlon, lors des Championnats du monde de Séville en 1999. Pour les médias, elle devint immédiatement «La Barber de Séville». Jeu de mots facile avec Le Barbier de Séville de Beaumarchais! Championne du monde du saut en longueur à son dernier essai en 2003 à Paris, elle fut surnommé avec enthousiasme «Unique Barber» par un commentateur télé, par euphonie (prononciation anglaise) avec son prénom, Eunice.

Ray BARBUTI (États-Unis)

  • Surnom : Le Taureau de la piste

Ray Barbuti, champion olympique du 400 mètres à Amsterdam en 1928, fut surnommé «Le Taureau de la piste» car, venu du football américain, il était une véritable force de la nature, contrairement aux champions de son époque, qui étaient plutôt graciles et élancés.

Dieter BAUMANN (Allemagne)

  • Surnom : Le Kenyan blanc

Dieter Baumann devint champion olympique du 5000 mètres en 1992 à Barcelone, au moment où les Africains, et notamment les Kenyans, trustaient les médailles. Il fut surnommé pour cette raison «Le Kenyan blanc».

James BAUSCH (États-Unis)

  • Surnom : Jarring Jim (Jim la discorde)

James Bausch fut un fameux décathlonien. Mais il avait la réputation, dans son université du Kansas, de semer la zizanie lors des matchs de football américain (son premier sport). Il devint «Jarring Jim».

Bob BEAMON (États-Unis)

  • Surnoms : La Liane, L’Extraterrestre, Le Météore

Bob Beamon était surnommé «La Liane» en raison de son gabarit (1,90 m, 72 kg). En 1968, aux Jeux de Mexico, il pulvérisa le record du monde du saut en longueur (8,90 m contre 8,35 m): il fut alors surnommé «L’Extraterrestre». Puis sa carrière prit fin brusquement et l’exploit resta sans lendemain. Les historiens de l’athlétisme le baptisèrent «Le Météore».

Dave BEDFORD (Grande-Bretagne)

  • Surnom : Le Fantasque Britannique

Dave Bedford, recordman du monde du 10000 mètres (1973), fut surnommé «Le Fantasque Britannique» car il brûlait la chandelle par les deux bouts.

Livio BERRUTI (Italie)

  • Surnom : L’Ange du sprint

Livio Berruti, champion olympique du 200 mètres à Rome en 1960 fut surnommé «L’Ange du sprint» par ses compatriotes pour sa foulée légère. À l’époque, le surnom était à la mode dans le cyclisme. On peut voir dans ce surnom un hommage à Charly Gaul, «L’Ange de la montagne».

Colette BESSON (France)

  • Surnoms : La Cavale brune, La Petite Fiancée de la France

Ces deux surnoms sont dus à Antoine Blondin. Il la baptisa d’abord «La Cavale brune» (un surnom qu’elle n’aimait pas beaucoup), en 1966, en raison de sa longue chevelure brune (on la verra courir sur une plage au côté d’un cheval dans un reportage télévisé). La Fédération française d’athlétisme ayant annulé au dernier moment sa sélection pour les Championnats d’Europe de Budapest, Blondin publia dans L’Équipe un article vengeur pour défendre sa Cavale brune. En 1968, après sa victoire aux Jeux Olympiques de Mexico, les quelques larmes qu’elle versa sur le podium émurent la France entière, qui s’enticha de la jeune femme. Pour Blondin, elle devint tout naturellement «La Petite Fiancée de la France».

 

Abebe BIKILA (Éthiopie)

  • Surnoms : L’Africain aux pieds nus, L’Éthiopien aux pieds nus, Le Roi aux pieds nus, L’Homme de fer

Abebe Bikila causa une immense surprise aux Jeux Olympiques de Rome. Inconnu, courant pieds nus, il remporta le marathon. Il fut le premier athlète d’Afrique noire à obtenir une médaille d’or aux Jeux. Il devint «L’Africain aux pieds nus», «L’Éthiopien aux pieds nus» ou «Le Roi aux pieds nus». En 1964, aux Jeux de Tokyo, il fut de nouveau champion olympique, malgré une récente crise d’appendicite. On le surnommera désormais également «L’Homme de fer».

Fanny BLANKERS-KOEN (Pays-Bas)

  • Surnom : La Ménagère volante

Fanny Blankers-Koen, quadruple médaillée d’or des Jeux Olympiques de Londres en 1948 était déjà âgée de 30 ans, mère de deux enfants, et femme au foyer quand elle accomplit son exploit. Les journalistes la surnommeront «La Ménagère volante», ce qui, avec le recul, peut sembler péjoratif.

Usain BOLT (Jamaïque)

  • Surnoms : Thunderbolt (La Foudre), Lightning Bolt (L’Éclair)

Usain Bolt, champion du monde junior du 200 mètres en 2002, à Kingston (Jamaïque), fut immédiatement surnommé «Thunderbolt» par les journalistes de son pays, ce qui permettait de faire un jeu de mots avec son patronyme. Après ses multiples triomphes olympiques et mondiaux, il s’autoproclamera «Lightning Bolt», ce qui est une véritable marque de fabrique.

Youri BORZAKOVSKI (Russie)

  • Surnom : Youri le Kenyan

Youri Borzakovski, champion olympique du 800 mètres en 2004, fut surnommé «Youri le Kenyan» car il était l’un des rares à contester la supériorité des athlètes de l’Est africain en demi-fond, notamment en se permettant de brusques changements de rythme.

Valeri BORZOV (U.R.S.S.)

  • Surnom : Le Sprinter à sang-froid

Valeri Borzov,champion olympique des 100 et 200 mètres de 1972, fut surnommé «Le Sprinter à sang-froid» par la presse française pour son grand calme, lequel contrastait avec la nervosité des sprinters américains notamment.

Brahim BOULAMI (Maroc)

Surnom : Le Dompteur de Kenyans

Brahim Boulami fut surnommé «Le Dompteur de Kenyans» en 2001, quand il battit le record du monde du 3000 mètres steeple, détenu par des Kenyans depuis les années 1970. Un an plus tard, le «Dompteur» était reconnu coupable de dopage…

Hassiba BOULMERKA (Algérie)

  • Surnom : La Petite Gazelle de Constantine

Hassiba Boulmerka, championne olympique du 1500 mètres en 1992, originaire de Constantine, fut surnommée «La Petite Gazelle de Constantine», à ses débuts, par ses concitoyens.

Don BRAGG (États-Unis)

  • Surnom : Tarzan

Don Bragg, champion olympique du saut à la perche aux Jeux de Rome en 1960, athlète au gabarit puissant (1,90 m, 90 kg) intercalait lui-même le vocable «Tarzan» entre son prénom et son nom. Sur le podium olympique, il poussa le célèbre cri de Tarzan!

Okkert BRITS (Afrique du Sud)

  • Surnom : Indiana Jones

Okkert Brits, troisième homme à franchir 6 mètres au saut à la perche fut surnommé «Indiana Jones» par ses parents parce qu’il voulait faire «des choses que personne ne faisait», selon ses propres termes, à l’image de l’aventurier.

Valeri BRUMEL (U.R.S.S.)

  • Surnom : Le James Dean de la hauteur, Space Jumper (Le Sauteur de l’espace)

Valeri Brumel, multiple recordman du monde et champion olympique du saut en hauteur (1964), fut surnommé «Le James Dean de la hauteur» par Robert Parienté, en comparaison avec la destinée de l’acteur américain: il fut fauché en pleine gloire, à 23 ans, par un accident de moto qui mit fin à sa carrière. Les médias américains, quant à eux, le surnommèrent «Space Jumper» («Le Sauteur de l’espace»): nous étions à l’époque aux débuts de la conquête spatiale.

Sergueï BUBKA (U.R.S.S., puis Ukraine)

  • Surnoms : Le Tsar, Le Tsar de la perche

Le plus grand perchiste de tous les temps (35 records du monde) fut surnommé «Le Tsar» (ou «Le Tsar de la perche») en référence à l’empereur de toutes les Russie, bien qu’il fût… ukrainien.

David BURGHLEY (Grande-Bretagne)

  • Surnom : Le Seigneur des haies

Héritier du marquis d’Exeter, Lord Burghley fut champion olympique du 400 mètres haies en 1928. Sa victoire et son titre de noblesse lui valurent son surnom, «Le Seigneur des haies». À noter que, en 1927, au cours de sa dernière année à Cambridge, il fit sensation en effectuant le tour de la grande cour du Trinity College dans le même temps qu’il faut à la cloche pour sonner les douze coups de midi. Une version déformée de cet événement est relatée dans le film Les Chariots de feu, où cet exploit est attribué à Harold Abrahams. C’est la raison pour laquelle Lord Burghley, âgé de 76 ans à la sortie du film, a refusé de le voir.

©Pierre LAGRUE

Laisser un commentaire