MM. HOHROD ET ESCHBACH

Écrivains mystérieux

1912-ODEDans le cadre des Jeux Olympiques de Stockholm, en 1912, une idée chère à Pierre de Coubertin fut mise en œuvre: pour la première fois, des «concours d’art et de littérature» (architecture, sculpture, peinture et musique) furent organisés, et ce malgré l’hostilité des organisateurs suédois. De ce fait, la participation s’avéra maigre: seuls 33 artistes et écrivains s’inscrivirent. En littérature, le jury fut séduit par l’Ode au sport, un poème en prose de neuf strophes, texte bilingue français-allemand, signé de MM. Hohrod et Eschbach. Lire la suite

Raniero NICOLAI (1893-1958)

Poète italien

NicolaiÉcrivain mineur, Raniero Nicolai n’en fut pas moins champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, en 1920, aux Jeux d’Anvers, Raniero Nicolai remporta une médaille d’or, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature», pour Canzoni olimpiche (Chants olympiques). Le jury préféra curieusement cette œuvre à Olympic Games of Antwerp, du célèbre écrivain britannique Theodore Andrea Cook, qui avait notamment rédigé le Rapport officiel des Jeux Olympiques de Londres en 1908, médaillé d’argent. Par la suite, Raniero Nicolai sera notamment chef de presse du Comité olympique italien.

©Pierre LAGRUE



Theodore Andrea COOK (1867-1928)

Écrivain et critique d’art britannique

COOK-OKTheodore Andrea Cook mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1920 aux Jeux d’Anvers, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature» pour Olympic Games of Antwerp. Cette année-là, la médaille d’or revint à un écrivain mineur italien, Raniero Nicolai. Tout au contraire, Theodore Andrea Cook était déjà une figure importante du mouvement sportif anglais et un écrivain renommé. Lire la suite

Maurice BLADEL (1886-1968)

Écrivain belge

BLADEL-OK-antiqueMaurice Bladel mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1920 aux Jeux d’Anvers, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature» pour Louange des dieux. Cette année-là, la médaille d’or revint à un écrivain mineur italien, Raniero Nicolai, la médaille d’argent à un auteur britannique beaucoup plus connu, Theodore Andrea Cook. Maurice Bladel n’a guère connu la gloire, et son œuvre la plus célèbre demeure L’Œuvre de Georges Eekhoud (1922).

©Pierre LAGRUE



GÉO-CHARLES (1892-1963)

Poète français

GEOCHARLESGéo-Charles, de son vrai nom Charles Guyot, passionné de sport, amateur d’art, avant-gardiste, proche de Cocteau ou Cendras, fut un des acteurs de l’effervescence artistique du Montparnasse des années 1920. Géo-Charles fut par ailleurs animateur et chroniqueur à la radio. Mais si Géo-Charles est mentionné ici au titre de l’olympisme inattendu, c’est parce qu’il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, aux Jeux de Paris en 1924, Géo-Charles remporta une médaille d’or, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature», pour son poème Les Jeux Olympiques. Il est un des rares artistes de talent couronnés lors de ces concours qui se tinrent aux Jeux de 1912 à 1948.

©Pierre LAGRUE



Dorothy Margaret STUART (1889-1963)

Poétesse britannique

Dorothy Margaret Stuart mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car elle obtint, en 1924 aux Jeux de Paris, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature» pour Sword Songs. Le jury la classa ex aequo avec le Danois Josef Petersen. Cette année-là, la médaille d’or revint au Français Géo-Charles. En dehors de la poésie, Dorothy Margaret Stuart publia notamment des biographies littéraires et historiques et des livres pour enfants. Elle fut membre de l’English Association, créée en 1906, laquelle promeut la langue et la littérature anglaises dans les écoles et les universités.

©Pierre LAGRUE



Charles-Anthoine GONNET (1897-1985)

Poète et rugbyman français

GONNET-OKCharles-Anthoine Gonnet mérite mention au titre de l’olympisme inattendu à double titre. En effet, aux Jeux Olympiques de Paris en 1924, il obtint une médaille d’argent en tant que rugbyman et une médaille de bronze en tant que poète. Pour ce qui est du rugby, Charles-Anthoine Gonnet, sélectionné à seize reprises au sein du XV de France au poste de talonneur, ne se dépensa guère pour obtenir sa médaille d’argent: il ne participa à aucun des deux matchs joués par la France durant ces Jeux de Paris. Par ailleurs, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, il obtint une médaille de bronze dans la catégorie «littérature» pour Vers le Dieu d’Olympie. Cette année-là, la médaille d’or revint au célèbre Géo-Charles. Lire la suite

Oliver St John GOGARTY (1878-1957)

Politicien, médecin et écrivain irlandais

Gogarty-OKOliver St. John Gogarty est avant tout une figure politique célèbre de l’Irlande et un chirurgien de l’oreille renommé. Mais, s’il mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, c’est pour sa performance aux Jeux Olympiques de Paris en 1924, une performance non sportive qui plus est. En effet, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, il obtint une médaille de bronze dans la catégorie «littérature» pour Ode to the Tailteann Games (Ode pour les Jeux de Tailteann). Oliver St. John Gogarty publia de nombreuses œuvres célèbres, parmi lesquelles Blight: The Tragedy of Dublin (1917) ou As I Was Going Down Sackville Street (1937). Il est aussi passé à la postérité pour avoir inspiré à James Joyce le personnage de Buck Mulligan dans son roman Ulysses (1922).

©Pierre LAGRUE



Paul BAUER (1896-1990)

Alpiniste et écrivain allemand

BAUERPaul Bauer est essentiellement connu comme alpiniste. Il a notamment vaincu le Siniolchu en 1936, puis le Nanga Parbat en 1938. Moins glorieux: il fut mandaté pour faire rentrer le mouvement alpin dans le giron nazi par le biais de la Deutsche Himalaja-Stiftung (Fondation allemande pour l’Himalaya). Par ailleurs, Paul Bauer publia plusieurs récits liés à sa passion de la montagne. Plus étonnant, il fut champion olympique, mais un champion olympique inattendu. En effet, il remporta la médaille d’or (catégorie «littérature») des «concours d’art et littérature» des Jeux de Los Angeles en 1932, pour Am Kangehenzonga (La Lutte avec l’Himalaya).

©Pierre LAGRUE



Lauro DE BOSIS (1901-1931)

Écrivain italien

DE_BOSIS-OKLauro De Bosis mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il est l’unique médaillé d’une discipline très particulière: la «littérature dramatique». En effet, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, on créa en 1928 aux Jeux d’Amsterdam trois sous-catégories pour la littérature. Or, en «littérature dramatique», Lauro De Bosis reçut une médaille d’argent pour Icaro (Icare), qui était en fait une allégorie antifasciste masquée sous la mythologie grecque. Lire la suite