Alex VIROT (1890-1957)

Journaliste français

VIROT-OKAlex Virot mérite mention au titre de l’olympisme inattendu pour une double raison. Il couvrit les Jeux d’Amsterdam en 1928 pour L’Intransigeant comme caricaturiste et… en profita pour remporter une médaille. En effet, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, on créa cette année-là trois sous-catégories au sein de la catégorie «peinture». Lire la suite

Carel SCHARTEN (1878-1950) et Margo SCHARTEN-ANTINK (1868-1957)

Écrivains néerlandais

SCHARTEN-OKLes réussites familiales sont assez courantes aux Jeux Olympiques. On connaît notamment de nombreux couples qui triomphèrent en patinage artistique. Mais il est plus rare qu’un couple non sportif soit médaillé aux Jeux. C’est pour cela que Carel Scharten et son épouse, Margo Scharten-Antink, méritent mention au titre de l’olympisme inattendu. Lire la suite

Ernst WEISS (1882-1940)

Écrivain autrichien

WEISS-OKErnst Weiss mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature épique», une sous-catégorie de la catégorie «littérature» créée cette année-là, pour Boetius von Orlamünde. En 1928, dans la catégorie «littérature épique», le jury accorda la médaille d’or au Hongrois Ferenc Mezo pour L’Histoire des Jeux Olympiques. Notons qu’Ernst Weiss concourait sous les couleurs de l’Allemagne, car il vivait à Berlin. Une incongruité quand on connaît son destin. Lire la suite

Lauro DE BOSIS (1901-1931)

Écrivain italien

DE_BOSIS-OKLauro De Bosis mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il est l’unique médaillé d’une discipline très particulière: la «littérature dramatique». En effet, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, on créa en 1928 aux Jeux d’Amsterdam trois sous-catégories pour la littérature. Or, en «littérature dramatique», Lauro De Bosis reçut une médaille d’argent pour Icaro (Icare), qui était en fait une allégorie antifasciste masquée sous la mythologie grecque. Lire la suite

Johannes WELTZER (1900-1951)

Écrivain danois

WELTZER-hermajestyJohannes Weltzer mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «textes lyriques», une sous-catégorie de la catégorie «littérature» créée cette année-là, pour Symphonia Heroica (Symphonie héroïque). Cette année-là, dans cette sous-catégorie, la médaille d’or revint au Polonais Kazimierz Wierzynski, pour Lauriers olympiques, et la médaille d’argent à l’Allemand Rudolf G. Binding, pour Reitvorschrift für eine Geliebte.

©Pierre LAGRUE



Rudolf G. BINDING (1867-1938)

Écrivain allemand

Binding-OK-vintageRudolf G. Binding mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «textes lyriques», une sous-catégorie de la catégorie «littérature» créée cette année-là, pour Reitvorschrift für eine Geliebte. Cette année-là, dans cette sous-catégorie, la médaille d’or revint au Polonais Kazimierz Wierzynski pour Lauriers olympiques. Rudolf G. Binding, connu comme une figure de la Konservative Revolution (révolution conservatrice) de l’entre-deux-guerres, ne cachait pas ses accointances avec le régime nazi, même s’il ne fut jamais membre du parti nazi. Lire la suite

Oliver St John GOGARTY (1878-1957)

Politicien, médecin et écrivain irlandais

Gogarty-OKOliver St. John Gogarty est avant tout une figure politique célèbre de l’Irlande et un chirurgien de l’oreille renommé. Mais, s’il mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, c’est pour sa performance aux Jeux Olympiques de Paris en 1924, une performance non sportive qui plus est. En effet, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, il obtint une médaille de bronze dans la catégorie «littérature» pour Ode to the Tailteann Games (Ode pour les Jeux de Tailteann). Oliver St. John Gogarty publia de nombreuses œuvres célèbres, parmi lesquelles Blight: The Tragedy of Dublin (1917) ou As I Was Going Down Sackville Street (1937). Il est aussi passé à la postérité pour avoir inspiré à James Joyce le personnage de Buck Mulligan dans son roman Ulysses (1922).

©Pierre LAGRUE



Dorothy Margaret STUART (1889-1963)

Poétesse britannique

Dorothy Margaret Stuart mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car elle obtint, en 1924 aux Jeux de Paris, une médaille d’argent, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature» pour Sword Songs. Le jury la classa ex aequo avec le Danois Josef Petersen. Cette année-là, la médaille d’or revint au Français Géo-Charles. En dehors de la poésie, Dorothy Margaret Stuart publia notamment des biographies littéraires et historiques et des livres pour enfants. Elle fut membre de l’English Association, créée en 1906, laquelle promeut la langue et la littérature anglaises dans les écoles et les universités.

©Pierre LAGRUE



Charles-Anthoine GONNET (1897-1985)

Poète et rugbyman français

GONNET-OKCharles-Anthoine Gonnet mérite mention au titre de l’olympisme inattendu à double titre. En effet, aux Jeux Olympiques de Paris en 1924, il obtint une médaille d’argent en tant que rugbyman et une médaille de bronze en tant que poète. Pour ce qui est du rugby, Charles-Anthoine Gonnet, sélectionné à seize reprises au sein du XV de France au poste de talonneur, ne se dépensa guère pour obtenir sa médaille d’argent: il ne participa à aucun des deux matchs joués par la France durant ces Jeux de Paris. Par ailleurs, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, il obtint une médaille de bronze dans la catégorie «littérature» pour Vers le Dieu d’Olympie. Cette année-là, la médaille d’or revint au célèbre Géo-Charles. Lire la suite

Maurice BLADEL (1886-1968)

Écrivain belge

BLADEL-OK-antiqueMaurice Bladel mérite mention au titre de l’olympisme inattendu car il obtint, en 1920 aux Jeux d’Anvers, une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «littérature» pour Louange des dieux. Cette année-là, la médaille d’or revint à un écrivain mineur italien, Raniero Nicolai, la médaille d’argent à un auteur britannique beaucoup plus connu, Theodore Andrea Cook. Maurice Bladel n’a guère connu la gloire, et son œuvre la plus célèbre demeure L’Œuvre de Georges Eekhoud (1922).

©Pierre LAGRUE