Sobriquets en athlétisme : T-U-V-W-X-Y-Z

Earl THOMSON (Canada)

  • Surnom : Le Magicien des haies

Champion olympique du 110 mètres haies en 1920 à Anvers, Earl Thomson avait été le premier homme à réaliser moins de 15 secondes sur cette épreuve (14 s 4/5). Surtout, il fut le premier vrai technicien de cette discipline, notamment en raccourcissant son mouvement entre chaque haie, et en attaquant plus efficacement l’obstacle. Pour les historiens du sport, il devint Le Magicien des haies

Jim THORPE (États-Unis)

  • Surnoms : Wa Tho Huck (Sentier brillant), The Man of Bronze (Le Chevalier du stade)

Jim Thorpe, champion olympique du pentathlon et du décathlon des Jeux de Stockholm en 1912, qui sera disqualifié pour professionnalisme, était un sang-mêlé, descendant des Indiens Algonquins. C’est pourquoi il fut nommé Wa Tho Huck (Sentier brillant) dans sa tribu. Par la suite, il connut l’honneur de voir sa vie retracée dans un film de Michael Curtiz, The Man of Bronze (Le Chevalier du stade), où Burt Lancaster interprétait son personnage alors que lui-même jouait le rôle de son grand-père, Aigle noir.

Bob TISDALL (Irlande)

  • Surnom : Le Météore olympique

Quand Bob Tisdall débarqua à Los Angeles pour les Jeux de 1932, il n’avait disputé que trois fois un 400 mètres haies dans sa carrière. Cela ne l’empêcha pas de devenir champion olympique dans cette discipline. Comme il disparut des pistes d’athlétisme aussitôt après, il devint Le Météore olympique.

Eddie TOLAN (États-Unis)

  • Surnoms : Twinkle Toes (Orteils scintillants), The Midnight Express

Lors des Jeux Olympiques de Los Angeles (1932), Eddie Tolan remporta les 100 et 200 mètres. Sur la première distance, il devança son compatriote Ralph Metcalfe de très peu (les deux hommes furent chronométrés en 10,38 s), d’un orteil. Le journaliste américain Maxwell Stiles le surnomma ainsi Twinkle Toes (Orteils scintillants). Lorsqu’il était étudiant à Detroit, il avait été surnommé The Midnight Express par ses camarades.

Jack TORRANCE (États-Unis)

  • Surnoms : Baby Jack, New Baby Elephant

Jack Torrance, qui fut le premier homme à lancer le poids à plus de 17 mètres (17,40 m, 1934), était surnommé Baby Jack ou New Baby Elephant pour son poids (140 kg) et en référence à un de ses glorieux prédécesseurs, Ralph Rose, surnommé Elephant Baby.

Juha VAATAINEN (Finlande)

  • Surnoms : L’Archiduc méditatif, Juha le Cruel

Juha Vaatainen, champion d’Europe des 5000 et 10000 mètres à Helsinki en 1971, fut surnommé L’Archiduc méditatif par Antoine Blondin dans l’une de ses chroniques relatant ses exploits. Blondin avait sans nul doute été inspiré par les imposants favoris du Finlandais, évoquant les portraits de la noblesse d’antan. Juha Vaatainen fut également surnommé Juha le Cruel pour sa résistance et sa faculté à porter l’estocade à ses rivaux dans les derniers mètres de la course.

Robert VAN OSDEL (États-Unis)

  • Surnom : L’Excellent Ami

Bob Van Osdel et Duncan McNaughton étaient de bons amis, étudiant tous deux à la University of Southern California à Los Angeles et pratiquant tous deux le saut en hauteur. Mais, aux Jeux Olympiques de 1932, qui avaient lieu à Los Angeles, Van Osdel représentait les États-Unis et McNaughton le Canada. Dans la finale du saut en hauteur, les deux amis s’affrontèrent pour l’or. Lorsque la barre fut placée à 1,97 m, Bob Van Osdel s’approcha de Duncan McNaughton et lui donna quelques conseils: «Concentre-toi sur ton coup de pied et tu passeras.» Ces conseils et ces encouragements furent apparemment efficaces, car McNaughton franchit la barre et remporta l’or, Van Osdel devant se contenter de l’argent. En 1933, Duncan McNaughton se fit voler sa médaille d’or dans sa voiture. Bob Van Osdel, qui était alors dentiste, réalisa, à partir d’un moule de sa propre médaille, une copie en or qu’il envoya à son ami. Pour les historiens du sport, il devint L’Excellent Ami, un surnom des plus adaptés.

Lase VIREN (Finlande)

  • Surnom : Le Chasseur de titres

Spécialiste du demi-fond, Lase Viren fut surnommé Le Chasseur de titres car on ne le voyait que lors des années olympiques. Il fut ainsi champion olympique des 5000 et 10000 mètres en 1972 puis en 1976, un exploit unique.

Jeremy WARINER (États-Unis)

  • Surnoms : Le Michael Johnson blanc, L’Eminem de la piste

Jeremy Wariner, champion olympique du 400 mètres en 2004, fut surnommé Le Michael Johnson blanc en référence au maître de la spécialité, Michael Johnson, pour une double raison. Tout d’abord, il s’entraînait avec le même coach que son aîné et modèle, Clyde Hart. Ensuite, on n’imaginait plus qu’un athlète blanc puisse remporter le 400 mètres aux Jeux. Par ailleurs, pour son look (petit bouc, diamants aux oreilles), il fut également surnommé l’Eminem de la piste, en référence au célèbre rappeur blanc, avec lequel il a une certaine ressemblance.

Cornelius WARMERDAM (États-Unis)

  • Surnom : Dutch (Le Hollandais)

Cornelius Warmerdam, qui fit passer le record du monde du saut à la perche de 4,54 m à 4,77 m en un an (1941-1942), était surnommé Dutch en raison de ses origines néerlandaises.

Allan WELLS (Grande-Bretagne)

  • Surnom : L’Écossais volant

Mac WILKINS (États-Unis)

  • Surnom : Multiple Mac

Déjà, Mac, le prénom de Wilkins, champion olympique du lancer du disque (1976), est un premier «surnom». Son vrai prénom est en effet Maurice, mais il se fit toujours appeler Mac. Il fut surnommé Multiple Mac durant ses années de collège, car il excellait dans les quatre épreuves de lancer.

Arthur WINT (Jamaïque)

  • Surnom : The Gentle Giant (Le Doux Géant)

Arthur Wint, champion olympique du 400 mètres en 1948, fut surnommé The Gentle Giant par la presse américaine pour sa grande taille et sa gentillesse.

Bud WINTER (États-Unis)

  • Surnoms : Le Sorcier du sprint, Le Michel-Ange du sprint, Speed City, Uncle Bud

Coach de la San Jose State University, Bud Winter fut surnommé Le Sorcier du sprint pour sa faculté à découvrir les meilleurs sprinters en devenir et à les amener au plus haut niveau. Il eut ainsi sous sa houlette, entre autres, Ray Norton, Harold Davis, Lee Evans, Tommie Smith… Le surnom Michel-Ange du sprint est lié à ceux de ses élèves: Harold Davis (surnommé David triomphant), Ray Norton (surnommé La Pieta crucifiée).

Rick WOHLHUTER (États-Unis)

  • Surnom : La Gazelle

Sydney WOODERSON (Grande-Bretagne)

  • Surnom : The Little Solicitor (Le Petit Notaire)

Sydney Wooderson, recordman du monde du 800 mètres en 1938, était tout simplement notaire. Un sobriquet facile.

John WOODRUFF (États-Unis)

  • Surnoms : Long John, Goliath

Les deux surnoms de John Woodruff, champion olympique du 800 mètres en 1936 à Berlin, sont liés à son gabarit (1,90 m).

Dave WOTTLE (États-Unis)

  • Surnoms : The Head Waiter (Le Maître d’hôtel), L’Homme à la casquette

Les deux surnoms de Dave Wottle, champion olympique du 800 mètres en 1972 à Munich, viennent du fait qu’il courait toujours coiffé d’une casquette. Sur le podium des Jeux, il oublia de l’ôter, ce qui provoqua une certaine polémique au sein de la délégation américaine.

Vladimir YACHENKO (U.R.S.S.)

  • Surnom : Merveilleux Volodia

Vladimir Yachenko, dernier sauteur en hauteur à battre le record du monde en employant la technique du rouleau ventral (2,35 m, 1978), fut surnommé Merveilleux Volodia par l’historien du sport Robert Parienté quand il dut mettre un terme à sa carrière très jeune, à l’âge de 20 ans. Il s’agit bien sûr d’une référence au héros de Tchekhov.

Olga YEGOROVA (Russie)

  • Surnom : EPOrova

Contrôlée positive à l’EPO en 2001, Olga Yegorova échappa à une suspension pour dopage en raison d’un vice de forme dans la procédure. Elle participa donc aux Championnats du monde d’Edmonton la même année, où elle remporta le 5000 mètres sous les sifflets du public. Pour le monde de l’athlétisme, elle était devenue EPOrova.

Miruts YIFTER (Éthiopie)

  • Surnoms : L’Énigmatique Capitaine, Yifter The Shifter (littéralement : Yifter le Changeur)

Miruts Yifter fut surnommé L’Énigmatique Capitaine parce qu’il était militaire et parce que sa date de naissance reste mystérieuse. Une partie du mystère entourant Miruts Yifter avait donc trait à son âge, qui oscillait, en 1980, année de ses titres olympiques sur 5000 et 10000 mètres, d’après les dires, entre 33 et 42 ans. Miruts Yifter n’éclaircit jamais cette énigme, déclarant aux journalistes: «On peut me voler mes poules, on peut me voler mes moutons. Mais personne ne peut me voler mon âge.» Il fut aussi surnommé Yifter The Shifter (Le Changeur) pour avoir révolutionné les épreuves de fond en changeant brusquement de rythme à 300 mètres de la ligne d’arrivée . Yifter The Shifter permet de faire un jeu consonantique en anglais.

Kevin YOUNG (États-Unis)

  • Surnoms : Spiderman, Le Poète

Kevin Young, champion olympique du 400 mètres haies à Barcelone (1992), avait été surnommé Spiderman par ses camarades de collège, en référence au super-héros de bande dessinée. Son second surnom, Le Poète, vient d’une déclaration de son coach, John Smith: «Kevin court au-dessus des haies si harmonieusement qu’on dirait de la poésie en action.»

Emil ZATOPEK (Tchécoslovaquie)

  • Surnoms : La Locomotive tchèque, La Locomotive humaine

Emil Zatopek, avaleur de kilomètres, s’entraînant perpétuellement, semblait ne jamais devoir s’arrêter, telle une locomotive. La Locomotive tchèque (ou humaine) possède un des plus beaux palmarès du demi-fond.

ZHU JIANHUA (Chine)

  • Surnom : La Grande Sauterelle

Zhu Jianhua, recordman du monde du saut en hauteur (2,37 m, 1983), fut surnommé La Grande Sauterelle en raison de sa maigreur (1,94 m, 69 kg).

Benoît ZWIERZCHIEWSKI (France)

  • Surnom : Benoît Z

Ce marathonien fut rapidement connu comme Benoît Z. On peut bien sûr attribuer ce surnom à son patronyme imprononçable. Mais on peut aussi y voir un signe de la vogue des courses sur route, où les «stars» doivent être facilement identifiées par les fans.

©Pierre LAGRUE

Laisser un commentaire