Ethelda BLEIBTREY (1902-1978)

Nageuse américaine

BLEIBTREY (2)Ethelda Bleibtrey s’est distinguée de plusieurs manières sur la scène olympique et dans la sphère sociale. Tout d’abord, il lui fallut surmonter la poliomyélite : pour ce faire, elle s’initia à la natation pour contrecarrer les effets de sa maladie. Puis, en 1919, elle osa se baigner sans collants, ce qui lui valut une citation à comparaître pour avoir nagé « nue », mais aussi un large soutien ; son action conduira à l’abandon des bas dans la tenue réglementaire des nageuses. Enfin, elle brilla aux Jeux Olympiques d’Anvers, en 1920. Alors que les compétitions se déroulèrent dans un cadre peu propice aux grandes performances (une piscine olympique de 100 mètres de longueur fut aménagée dans les douves des anciennes fortifications de la ville), Ethelda Bleibtrey remporta les trois courses au programme (100 mètres, 300 mètres, relais 4 fois 100 mètres), en battant à chaque fois le record du monde. Ethelda Bleibtrey refit parler d’elle en 1928 : elle fut arrêtée pour avoir nagé dans le bassin de Central Park lors d’une manifestation organisée pour revendiquer l’augmentation du nombre de piscines publiques dans la ville de New York. Par la suite, elle consacra une grande partie de sa vie à enseigner la natation à des enfants handicapés.

©Pierre LAGRUE



Wilhelmina WYLIE (1891-1984)

Nageuse australienne

Wylie (2)Aux Jeux Olympiques, les épreuves de natation ne furent ouvertes aux femmes qu’en 1912, à Stockholm, et ce malgré l’opposition de Pierre de Coubertin. Deux épreuves étaient au programme (100 mètres, relais 4 fois 100 mètres). Vingt-sept femmes y participèrent. Parmi celles-ci figuraient deux Australiennes, qui représentaient l’Australasie : Fanny Durack et Wilhelmina Wylie. Néanmoins leur présence en Suède n’allait pas de soi. En effet, la pratique féminine de la natation était très restrictive en Australie : dans un premier temps, l’Association de natation de Nouvelle-Galles du Sud interdit à Wilhelmina Wylie de participer à ces Jeux de Stockholm. On invoqua les raisons les plus absurdes : ainsi, on disait craindre que ces deux jeunes filles succombent aux plaisirs de la chair dans la vieille Europe. Fanny Durack et Wilhelmina Wylie insistèrent. Finalement, on les autorisa à partir pour l’Europe, à une condition : qu’elles fussent accompagnées par des chaperons ! Wilhelmina Wylie fut donc chaperonnée par son père. Ce dernier ne regretta sans doute pas le voyage, car Wilhelmina Wylie se classa deuxième du 100 mètres, derrière Fanny Durack. Par la suite, Fanny Durack et Wilhelmina Wylie feront beaucoup pour promouvoir la natation féminine. En 1919, les deux femmes effectuèrent ainsi une tournée aux États-Unis dans ce but. Wilhelmina Wylie continuera de nager en compétition jusqu’en 1934.

©Pierre LAGRUE



Katalin SZOKE (1935-2017)

Nageuse hongroise

SZOKEKatalin Szoke remporta deux médailles d’or aux Jeux Olympiques d’Helsinki, en 1952, auxquels elle ne put participer qu’en masquant sa véritable identité. En effet, elle était la fille de Márton Homonnai, célèbre joueur de water-polo, champion olympique en 1932 et en 1936, mais surtout membre du Parti des Croix fléchées, un mouvement d’extrême droite inféodé aux nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Afin de pouvoir intégrer l’équipe de natation de la Hongrie communiste, elle choisit donc de prendre le nom de sa mère. En 1952, elle remporta le 100 mètres nage libre et le relais 4 fois 100 mètres aux Jeux Olympiques d’Helsinki. Deux ans plus tard, elle s’adjugea la médaille d’or dans les deux mêmes épreuves aux Championnats d’Europe de natation de Turin. En 1956, elle participa de nouveau aux Jeux Olympiques, à Melbourne. Mais la Hongrie était à feu et à sang à la suite de la répression de l’insurrection populaire par l’Armée rouge soviétique. Katalin Szoke, inquiète, ne réalisa aucune bonne performance. Comme nombre de sportifs hongrois présents aux Jeux de Melbourne, elle se réfugia à l’Ouest, en l’occurrence aux Etats-Unis.

©Pierre LAGRUE



Mike WENDEN (1949- )

Nageur australien

1968-WENDEN-2-vintageMike Wenden fut, en 1968 à Mexico, un champion olympique surprise. En outre, sans un accident, il ne serait sans doute jamais devenu nageur. Enfin, il se soumit à une préparation hors norme à l’époque. Tout cela lui vaut une belle mention au titre de l’olympisme inattendu. Enfant, Mike Wenden se cassa la jambe. Les médecins lui préconisèrent la natation en guise de rééducation. Séduit par ce sport, il décida de s’y consacrer sérieusement. Lire la suite

Debbie MEYER (1952- )

Nageuse américaine

1968-MEYER-concentrateL’Américaine Debbie Meyer fut, en 1968 à Mexico, la première nageuse à remporter trois médailles d’or olympiques à titre individuel lors d’une même édition des Jeux, ce qui mérite une petite mention. En outre, sous la houlette de l’entraîneur Sherman Chavoor, elle fut la première jeune fille à se soumettre à une préparation fondée sur l’accumulation des kilomètres. Debbie Meyer battit ses premiers records du monde en 1967. En 1968, elle se présenta en favorite aux Jeux Olympiques de Mexico. Néanmoins, elle souffrait d’une infection gastrique que seuls des médicaments considérés comme « produits dopants » pouvaient soigner efficacement et rapidement. Elle refusa donc de prendre ce traitement. Finalement, le mal s’estompera peu à peu. Debbie Meyer, pourtant encore légèrement souffrante, remporta successivement le 400 mètres, le 200 mètres et le 800 mètres. Debbie Meyer mit un terme à sa carrière dès 1970, à dix-huit ans. En trois ans, elle a battu quinze records du monde.

©Pierre LAGRUE



Otto HERSCHMANN (1877-1942)

Nageur, escrimeur et dirigeant sportif autrichien

1896-HerschmannOtto Herschmann se distingua lors des Jeux Olympiques d’Athènes, en 1896: il se classa deuxième du 100 mètres, la première course de natation des Jeux Olympiques modernes, derrière le Hongrois Alfred Hajós, une épreuve qui se déroulait dans l’eau fraîche (13 0C) et troublée de la baie de Zéa, au Pirée. Mais Otto Herschmann était aussi escrimeur: en 1906, aux «Jeux intercalaires» d’Athènes, il participa à la compétition de sabre, sans obtenir de médaille. Devenu président du Comité olympique autrichien, Otto Herschmann s’adjugea la médaille d’argent dans l’épreuve de sabre par équipes aux Jeux de Stockholm, en 1912. Otto Herschmann est un des rares sportifs à avoir obtenu une médaille olympique dans deux disciplines différentes, et le seul président d’un Comité olympique national en exercice à s’être adjugé une médaille aux Jeux. Otto Herschmann, dirigeant sportif reconnu en Europe, se rendit aux États-Unis dès 1913, afin d’étudier le système de préparation américain, le plus efficace à l’époque. Président de la Fédération autrichienne de natation de 1914 à 1932, Otto Herschmann, juif, fut déporté au camp de concentration de Sobibor en janvier 1942, et il y décéda en novembre de la même année.

©Pierre LAGRUE



Alberto ZORRILLA (1906-1986)

Nageur argentin

1928-ZorrillaÊtre le premier champion olympique à titre individuel de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Alberto (ou Victoriano) Zorrilla, qui fut, en 1928 aux Jeux d’Amsterdam, le premier Argentin couronné champion olympique à titre individuel (l’équipe argentine de polo avait été médaillée d’or en 1924 à Paris). En effet, Alberto Zorrilla remporta le 400 mètres nage libre dont il était loin d’être le favori: couvrant la distance en 5 min 1,6 s, il s’imposa devant trois vedettes de la natation mondiale du moment, l’Australien «Boy» Charlton, le Suédois Arne Borg et l’Américain «Buster» Crabbe. Alberto Zorilla connut ensuite l’honneur d’être le porte-drapeau de la délégation argentine à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques de Los Angeles, en 1932. Hélas, malade, il ne fut pas en mesure de défendre son titre. Alberto Zorrilla ne brilla pas qu’en natation: sportif complet, il s’essaya à la boxe, au golf et à l’athlétisme; plus original, il remporta des concours de danse de salon dans les années 1930.

©Pierre LAGRUE



Paul NEUMANN (1875-1932)

Nageur autrichien

1896-NeumannÊtre le premier champion olympique de son pays mérite bien une mention particulière. Rendons donc hommage à Paul Neumann, qui fut, en 1896 aux Jeux d’Athènes, le premier Autrichien couronné champion olympique. En effet, le 11 avril 1896, il remporta le 500 mètres, en 8 min 12 s, loin devant le Grec Antonios Pepanos (9 min 57 s). Il est vrai que le succès de Paul Neumann fut grandement facilité par le forfait du favori, le Hongrois Alfred Hajós, qui venait de gagner le 100 mètres, et qui participera ensuite au 1200 mètres, qu’il remportera également. En effet, durant ces Jeux de 1896, toutes les épreuves de natation avaient lieu le même jour, dans l’eau froide et troublée de la baie de Zéa, au Pirée. Juste après son succès dans le 500 mètres, Paul Neumann s’aligna au départ du 1200 mètres, mais, épuisé, il abandonna. On note que, par une curiosité de la géopolitique olympique, les concurrents autrichiens représentaient l’Autriche, les sportifs hongrois la Hongrie, alors que tous appartenaient à l’Empire austro-hongrois. L’Autriche n’engagea que 3 concurrents aux Jeux d’Athènes, mais 2 furent champions olympiques (Adolf Schmal gagnera la course cycliste sur piste des 12 heures deux jours après le succès de Neumann). Un impressionnant bilan. Dès 1897, Paul Neumann émigrera aux États-Unis, où il remportera de nombreuses épreuves de natation sous les couleurs de la Chicago Athletic Association. Surtout, il deviendra médecin et docteur en philosophie.

©Pierre LAGRUE



Felipe MUÑOZ (1951- )

Nageur mexicain

1968MUNOZOn dit parfois qu’une piscine «s’enflamme». Ce fut le cas aux Jeux Olympiques de Mexico, en 1968, à l’occasion du 200 mètres brasse: longtemps quatrième, Felipe Muñoz produisit un formidable effort, remonta ses adversaires et décrocha une inattendue médaille d’or (2 min 28,7 s), devant le recordman du monde soviétique Vladimir Kosinsky (2 min 29,2 s), dépité. Lire la suite