Nina ROMASHKOVA (1929-2016)

Athlète soviétique

1952-ROMACHKOVAL’U.R.S.S. s’enferma dans l’isolationnisme olympique jusqu’en 1952. Cette année-là, Staline décida de lancer, aux Jeux Olympiques d’été d’Helsinki, l’U.R.S.S. dans la courses aux médailles avec les États-Unis, marquant le début d’une «guerre froide» olympique. Et les sportifs soviétiques ne décevront pas Staline: en obtenant 22 médailles d’or (71 médailles au total) à Helsinki, l’U.R.S.S. prenait déjà la deuxième place de l’officieux bilan des nations, juste derrière les États-Unis. En 9 participations aux Jeux d’été, de 1952 à 1988, l’U.R.S.S. affichera un bilan impressionnant: 395 médailles d’or, 319 médailles d’argent, 296 médailles de bronze. Et, le 20 juillet 1952, le concours de de lancer du disque féminin des Jeux d’Helsinki marqua le début de la récolte: grâce à un jet de 51,42 mètres, Nina Romashkova offrit à l’U.R.S.S. la première de ces 395 médailles d’or, devançant ses compatriotes Yelisaveta Bagryantseva et Nina Dumbadze. Nina Romashkova participera encore deux fois au concours de lancer du disque aux Jeux Olympiques, s’adjugeant la médaille de bronze en 1956 à Melbourne et une nouvelle médaille d’or à Rome en 1960. Elle fut également championne d’Europe de la discipline en 1954. Nina Romashkova sera décorée de l’Ordre du Drapeau rouge, une des plus hautes distinctions soviétiques. Il est vrai que, si Staline était surnommé le «Père des peuples», Nina Romashkova aurait pu se voir qualifiée de «Mère du sport olympique soviétique»…

©Pierre LAGRUE