Lars HALL (1927-1991)

Pentathlonien suédois

Hall (2)Le pentathlon moderne, épreuve imaginée par Pierre de Coubertin et intégrée au programme olympique en 1912, couronna toujours, jusqu’en 1956, un Suédois. Lars Hall appartient à cette lignée de champions olympiques, mais il présente deux singularités : il fut le premier à remporter deux titres individuels (1952, 1956) ; charpentier à Göteborg, il fut le premier « civil » à s’imposer aux Jeux, tous ses prédécesseurs étant des militaires.

Champion du monde de pentathlon moderne en 1950 et en 1951, Lars Hall se présente en favori aux Jeux Olympiques d’Helsinki en 1952. Ce n’est pourtant pas sans une certaine dose de chance qu’il décroche la médaille d’or. Ainsi, la monture qu’il a reçue par tirage au sort se met à boiter avant le début de l’épreuve d’équitation, et la nouvelle jument qui lui est attribuée se révèle être la meilleure de la compétition. Ensuite, Hall se présente en retard à l’épreuve de tir, mais il évite la disqualification car une manifestation organisée par l’équipe soviétique oblige les organisateurs à décaler légèrement le début de l’épreuve. Ses performances exceptionnelles en natation et dans la course de cross-country lui assurent finalement la médaille d’or.

En 1956, aux Jeux de Melbourne, il connaît une défaillance dans l’épreuve de tir (il n’est que vingt-quatrième), mais il réussit une exceptionnelle performance en natation (dans le 300 m nage libre, il bat son record personnel de plus de 11 s), puis gère son avance dans la course de cross de 4 000 mètres, ce qui lui permet de remporter un second titre olympique consécutif.

©Pierre LAGRUE



András BALCZÓ (1938- )

Pentathlète hongrois

balczo-2-concentrateCinq fois champion du monde, champion olympique par équipes en 1960 et en 1968, András Balczó dut pourtant attendre 1972 et les Jeux de Munich pour obtenir enfin la médaille d’or olympique à titre individuel. András Balczó participe pour la première fois aux Jeux Olympiques en 1960 à Rome, dans une édition qui voit la fin de la mainmise de la Suède sur le pentathlon moderne (depuis 1912, année de l’inscription de cette discipline au programme, les Suédois ont remporté tous les titres) et l’émergence de l’école hongroise : alors que ses compatriotes Ferenc Nemeth et Imre Nagy s’adjugent les médailles d’or et d’argent, il échoue au pied du podium en raison d’une contre-performance dans l’épreuve de tir. Pourtant champion du monde en 1963, il n’est pas retenu pour les Jeux de Tokyo en 1964. Grand favori pour les Jeux de Mexico, en 1968, il est devancé pour l’or par le Suédois Björn Ferm, qui lui a résisté dans l’épreuve de cross-country. En 1972, aux Jeux de Munich, à 34 ans, il va enfin devenir champion olympique à titre individuel, alors que, en fin de carrière, il n’est plus le favori. Avant la dernière épreuve, le cross-country, les Soviétiques Boris Onischenko et Pavel Lednev le précèdent nettement au classement ; mais Balczó déploie des efforts considérables, boucle les 4 kilomètres en 12 min 42,6 s, et il s’impose devant les deux Soviétiques. András Balczó peut mettre un terme à sa carrière à l’issue de ce triomphe.

©Pierre LAGRUE



Gotthard HANDRICK (1908-1978)

Pentathlète allemand

1936HANDRICKGotthard Handrick réalisa en quelque sorte une première. En effet, en 1936, aux Jeux Olympiques de Berlin, il remporta la compétition de pentathlon moderne, une discipline présente aux Jeux depuis 1912 et qui avait toujours vu la victoire d’un Suédois. Il brilla notamment en équitation, en escrime et en tir, des épreuves au caractère militaire. Lire la suite

Gösta LILLIEHÖÖK (1884-1974)

Pentathlète suédois

1912PENTATHLONGösta Lilliehöök fut, en 1912 à Stockholm, le premier champion olympique de pentathlon moderne, une épreuve imaginée par Pierre de Coubertin. Il devançait quatre compatriotes et inaugurait une tradition suédoise, puisque les Suédois remporteront tous les titres olympiques (sauf en 1936) jusqu’à l’avènement de l’école hongroise en 1960.

©Pierre LAGRUE



Hans-Gunnar LILJENWALL (1941- )

Champion suédois de pentathlon moderne

1968DOPAGEHans-Gunnar Liljenwall figure ici au titre de l’olympisme inattendu pour une raison pourtant et malheureusement trop commune, mais il réalisa une première à sa manière. En effet, Hans-Gunnar Liljenwall fut le premier sportif disqualifié pour dopage aux Jeux Olympiques. Lire la suite

L’épée truquée de Boris Onischenko en 1976

Tricheur numéro un…

1976ONISHEn toute chose, notamment en matière de sport, il faut paraît-il un classement. Et le magazine The Observer a établi le classement des plus grands tricheurs de l’histoire du sport. À la première place figure le champion soviétique de pentathlon moderne Boris Onischenko. Il a obtenu cette distinction pour son comportement aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976: il avait truqué le système électrique de son épée. Boris Onischenko avait installé un système équivalant à un interrupteur, placé sous le grip de la poignée, qui lui permettait de faire allumer la table de marque sans exercer de pression sur la pointe de l’arme, et donc sans toucher l’adversaire. La supercherie fut découverte, et Boris Onischenko fut exclu de la famille olympique. Boris Onischenko sera exclu de l’Armée rouge par Leonid Brejnev lui-même.

©Pierre LAGRUE



Élodie Clouvel et Pierre de Coubertin

clouvel

Un pied-de-nez au baron…

Élodie Clouvel a remporté la médaille d’argent dans la compétition de pentathlon moderne des Jeux Olympiques de Rio en 2016. On peut voir dans cet exploit un malicieux clin d’œil à l’olympisme de Pierre de Coubertin. On le sait, Pierre de Coubertin était opposé à la participation des femmes aux Jeux Olympiques. Lire la suite

Boris ONISCHENKO (1937- )

Pentathlète soviétique

pour onishenko1Boris Onischenko était un brillant champion de pentathlon moderne. Aux Jeux Olympiques, il fut médaillé d’argent par équipes en 1968, médaillé d’or par équipes et médaillé d’argent à titre individuel en 1972. Mais Boris Onischenko s’est en fait réellement rendu célèbre en 1976, aux Jeux de Montréal, de la plus curieuse des manières. Lire la suite

Patton participa aux Jeux Olympiques de 1912

Les premières armes d’un général…

soldat (2)George Patton, le général qui s’illustra lors de la Seconde Guerre mondiale, notamment à la tête de la 3e armée des États-Unis, participa aux Jeux Olympiques. En 1912, à Stockholm, il prit la cinquième place du pentathlon moderne. La performance mérite d’être soulignée, car Patton fut le seul «étranger» à s’intercaler entre six Suédois. Le plus cocasse, c’est que George Patton aurait pu prétendre à une médaille, mais qu’il échoua en raison d’une contre-performance dans l’épreuve de tir, ce qui ne manque pas de sel pour un militaire : il rata en effet la cible lors d’un de ses tirs, et ne prit que la vingtième place dans la compétition de tir. Patton protesta, affirmant que la balle était passée par un trou fait par un autre de ses projectiles.

©Pierre LAGRUE