Paul GÜNTHER (1882-1945)

Plongeur allemand

Paul Günther fut la vedette de l’équipe d’Allemagne qui domina les compétitions de plongeon aux Jeux Olympiques de Stockholm, en 1912. La supériorité des plongeurs allemands était notamment due à leur solide formation de base à la gymnastique. Il a remporté la médaille d’or au tremplin, devant ses compatriotes Hans Luber, Kurt Behrens et Albert Zürner (vainqueur en 1908 à Londres). Qualifié pour la finale de l’épreuve de haut-vol, il fut contraint de déclarer forfait en raison d’une blessure.

©Pierre LAGRUE



Hjalmar JOHANSSON (1874-1957)

Plongeur suédois

Sportif éclectique, Hjalmar Johansson brillait tout aussi bien en natation, en plongeon et dans les sauts sans élan. Mais c’est en tant que plongeur qu’il va se construire un palmarès. Ainsi, il remporta la compétition de haut-vol aux Jeux Olympiques de Londres, en 1908, à 34 ans (il reste le plus âgé des champions olympiques de plongeon). En 1912, aux Jeux de Stockholm, à 38 ans, chez lui, devant le roi, il obtint la médaille d’argent au tremplin de 3 mètres et se classa quatrième de la compétition de haut-vol. Par ailleurs, Hjalmar Johansson remporta 14 titres de champion de Suède de plongeon, entre 1897 et 1912, et 5 Championnats de Grande-Bretagne de plongeon, entre 1907 et 1913. En outre, Hjalmar Johansson fut un pionnier, car il inventa de nouveaux styles de plongeons.

Par ailleurs, en 1908, Hjalmar Johansson fut un des membres fondateurs de la Fédération internationale de natation. À cette occasion, il rédigea le code olympique des épreuves de plongeon, qui servira de base aux règlements des compétitions modernes.

©Pierre LAGRUE



Klaus DIBIASI (1947- )

Plongeur italien

DIBIASI (2)Klaus Dibiasi domina l’épreuve de haut-vol (10 mètres) de la fin des années 1960 au milieu des années 1970, remportant trois titres olympiques durant cette période. Il fut par ailleurs le premier Italien à décrocher une médaille d’or aux Jeux en natation ou en plongeon.

Né dans le Tyrol autrichien, Klaus Dibiasi s’entraîne auprès de son père, Carlo Dibiasi, champion d’Italie au tremplin de 1933 à 1936. Il suit un programme intensif, effectuant plusieurs dizaines de plongeons par semaine.

À dix-sept ans, il est sélectionné pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 1964 : il brille déjà et obtient la médaille d’argent en haut-vol. Quatre ans plus tard, aux Jeux de Mexico, Klaus Dibiasi est la star des épreuves de plongeon : il obtient la médaille d’or en haut-vol, loin devant le Mexicain Álvaro Gaxiola, et la médaille d’argent au tremplin de 3 mètres. Il est de nouveau médaillé d’or en haut-vol aux Jeux de Munich en 1972, puis aux Jeux de Montréal en 1976 (devant l’espoir américain de la discipline, Greg Louganis). Il devient à cette occasion le premier plongeur à remporter consécutivement trois médailles d’or olympiques.

©Pierre LAGRUE



George SHELDON (1874-1907)

Plongeur américain

George Sheldon, ophtalmologiste à Saint Louis, remporta la médaille d’or dans la compétition à la plate-forme aux Jeux de… Saint Louis en 1904, à l’issue d’une controverse. En effet, il fut déclaré vainqueur, mais les Allemands, qui proposaient des figures beaucoup plus spectaculaires, déposèrent une protestation officielle. Celle-ci fut examinée. Une semaine après la compétition, elle fut finalement rejetée par James E. Sullivan, président du Comité d’organisation des Jeux. Il estima que la pénétration dans l’eau de George Sheldon était plus fluide que celle de ses rivaux allemands, considérés par le jury comme des « cascadeurs » ! Sheldon savait qu’il souffrait d’une insuffisance cardiaque, mais il pensait que celle-ci était bégnine et il ne voulut pas renoncer à sa carrière sportive. Or, en 1906, alors qu’il se préparait à New York pour défendre son titre aux « Jeux intercalaires » d’Athènes, il fut victime d’un malaise sérieux. Cette maladie cardiaque allait l’emporter un an plus tard, à 33 ans.

©Pierre LAGRUE



Erik ADLERZ (1892-1975)

Plongeur suédois

Erik Adlerz fut, en 1912 à Stockholm, le premier plongeur à remporter deux médailles d’or (plongeon haut simple et haut-vol) aux Jeux Olympiques. Erik Adlerz participa pour la première fois aux Jeux en 1908, à Londres, à 16 ans, sans réussir à se qualifier pour la finale. En 1912, il était devenu un plongeur confirmé, et faisait partie des grands favoris des épreuves de plongeon. Dans l’épreuve de plongeon haut simple, largement dominée par les Suédois, Erik Adlerz réalisa une prestation quasi parfaite, et remporta la médaille d’or, devant ses compatriotes Hjalmar Johansson et John Jansson. Adlerz évoluait « une classe à part », lit-on dans le rapport officiel. Il récidiva en haut-vol, et s’imposa devant l’Allemand Albert Zurner et un autre Suédois, Gustaf Blomgren : « Adlerz a plongé avec une vitesse et une puissance extraordinaires, ainsi qu’une grande confiance », indique le rapport officiel. Curieusement, ses médailles de 1912 ont disparu, et il n’en recevra de nouvelles qu’en 1967, pour son 75e anniversaire.

Erik Adlerz fut de nouveau présent aux Jeux Olympiques en 1920, à Anvers, où il obtint la médaille d’argent en haut-vol, puis en 1924 à Paris. Après les Jeux de Paris, il devint professionnel et se retira fort de 22 titres de champion de Suède de plongeon. Comme entraîneur, il dirigea notamment l’équipe de Suède de 1932 à 1957.

©Pierre LAGRUE



Irina LASHKO (1973- )

Plongeuse russe puis australienne

LASHKO (2)Irina Lashko a obtenu trois médailles aux Jeux Olympiques, où elle aura représenté quatre « pays » différents. Irina Lashko participe pour la première fois aux Jeux en 1988, à Séoul, sous les couleurs de l’Union soviétique, sans obtenir de médaille. En 1992, à Barcelone, elle est médaillée d’argent au tremplin, en tant que membre de l’équipe unifiée de la C.E.I. Nouvelle médaille d’argent au tremplin en 1996 à Atlanta : cette fois, elle représente la Russie. En 2004, à Athènes elle obtient la médaille de bronze dans l’épreuve de plongeon synchronisé, associée à Chantelle Newbery, sous les couleurs de son nouveau pays, l’Australie !

©Pierre LAGRUE



Bill DICKEY (1874-1944)

Plongeur américain

Nageur et plongeur, Bill Dickey remporta une médaille d’or aux Jeux de Saint Louis, en 1904, dans une discipline qui paraît aujourd’hui étrange mais qui était fort prisée par le public à l’époque : le « plongeon en longueur » (l’épreuve consistait, après un saut de l’ange, à rester longtemps sans mouvement sous l’eau ; après une minute, la distance était mesurée). Bill Dickey s’imposa (19,05 m), devant ses compatriotes Edgar Adams (17,52 m) et Leo Goodwin (17,37 m). Malgré la popularité du « plongeon en longueur », celui-ci, inscrit pour la première fois au programme en 1904, en disparut aussitôt. Bill Dickey demeure donc l’unique champion olympique de « plongeon en longueur ». Ingénieur, Bill Dickey servit dans la marine américaine durant la Première Guerre mondiale. À ce titre, il repose au cimetière national d’Arlington.

©Pierre LAGRUE



Dépossédé de sa médaille d’or à la descente du podium

Cruel…

SIMAIKA (3)L’Égyptien Farid Simaika remporta la compétition de plongeon au tremplin de 3 mètres lors des Jeux Olympiques d’Amsterdam, en 1928. Il devenait le premier Égyptien couronné champion olympique, ce qui constituait un grande fierté pour ce jeune homme qui vivait aux États-Unis. Il monta sur le podium, en compagnie de ses dauphins ; le drapeau égyptien fut hissé au plus haut des mâts, et l’hymne égyptien fut joué en son honneur. Mais son triomphe fut de courte durée : juste après cette cérémonie, les juges décidèrent, par 5 voix contre 4, que l’Américain Pete Desjardins aurait dû être déclaré vainqueur à la « moyenne générale des 8 sauts » : Farid Simaika dut rendre sa médaille d’or, et reçut une médaille d’argent. Néanmoins, il devint un héros national en Égypte – il sera invité au mariage du roi Farouk en 1938. En outre, Farid Simaika ne fut pas en mesure de prendre sa revanche aux Jeux Olympiques, en 1932, à Los Angeles : il avait donné des exhibitions de plongeon en Égypte et, de ce fait, fut considéré comme un professionnel, ce qui lui interdisait de participer aux Jeux.

©Pierre LAGRUE



Aileen RIGGIN (1906-2002)

Plongeuse américaine

RIGGIN2-2-antiqueAileen Riggin remporta deux médailles dans la compétition de plongeon aux Jeux Olympiques (or en 1920, argent en 1924), ainsi qu’une une médaille de bronze en natation. Âgée de quatorze ans, Aileen Riggin se qualifia dans l’équipe américaine pour disputer les Jeux Olympiques d’Anvers en 1920. Mais sa participation n’allait pas de soi : en ce temps, certains estimaient qu’une activité physique intense pouvait nuire à la santé des adolescentes et même contrarier leur fertilité. Elle fut finalement autorisée à participer aux Jeux, mais on lui rappela qu’elle n’était encore qu’une enfant : ainsi, elle reçut pour tenue des jupes courtes (jugées appropriées pour des jeunes filles) inélégantes plutôt que les longues jupes à la mode que portaient les femmes de l’équipe américaine. À Anvers, la frêle Aileen Riggin (1,40 m, 30 kg) remporta l’épreuve féminine au tremplin (3 mètres), devenant la plus jeune championne olympique américaine. Quatre ans plus tard, aux Jeux Olympiques de Paris, Aileen Riggin s’adjugea la médaille d’argent au tremplin, devancée par sa compatriote Elizabeth Becker, et elle obtint la médaille de bronze dans le 100 mètres dos. Par la suite, Aileen Riggin fit diverses apparitions dans des films éducatifs et des longs-métrages, devint rédactrice sportive, mais elle ne délaissa jamais la natation, pour entretenir sa forme : dans les années 1990, Aileen Riggin établit cinq records du monde dans la catégorie d’âge des plus de quatre-vingt-dix ans. Aileen Riggin aura été la plus jeune championne olympique américaine et une des plus âgées des recordwomen du monde !

©Pierre LAGRUE



Ilmari NIEMELÄINEN (1910-1951)

 Plongeur et architecte finlandais

1948NiemelainenIlmari Niemeläinen mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, car il participa d’abord aux Jeux en tant que sportif (à Berlin, en 1936, il prit part aux épreuves de plongeon, se classant treizième au tremplin et quatorzième en haut-vol), puis comme architecte. En effet, en 1948 à Londres, il obtint une médaille de bronze, dans le cadre des «concours d’art et littérature» chers à Pierre de Coubertin, dans la catégorie «urbanisme», une sous-catégorie de la catégorie «architecture», pour Centre athlétique de Kemi, Finlande. Cette année-là, dans la catégorie «urbanisme», la médaille d’or revint au Finlandais Yrjö Lindegren, pour Olympiastadion, et la médaille d’argent aux Suisses Werner Schindler et Edy Knupfer, pour pour Projekt ETS Magglingen, Eidgenössische Turn- und Sportschule.

Notons que ces Jeux de 1948 marquèrent la dernière édition de ces «concours d’art et littérature», créés en 1912, car, en 1949, le Comité international olympique (C.I.O.) décida de les supprimer.

©Pierre LAGRUE