Un rescapé du naufrage du Titanic fut champion olympique

Miraculé…

Ltitanic (2)e tennisman américain Richard Williams, associé à Hazel Hotchkiss, remporta le double mixte aux Jeux Olympiques de Paris en 1924. Or qu’il pût participer aux Jeux releva du miracle. En effet, le 12 avril 1912, il figurait parmi les 953 passagers qui embarquèrent à Southampton pour le voyage inaugural du Titanic. Le 15 avril, lors du naufrage du paquebot, il parvint à rejoindre à la nage un canot de sauvetage. Les jambes plongées plusieurs heures dans les eaux glacées de l’Atlantique, il survécut jusqu’à l’arrivée du RMS Carpathia. Plus tard, un médecin recommanda l’amputation. Ne voulant pas abandonner sa carrière de tennis à peine entamée, Williams Richard refusa et parvint à les sauver. Il reprit sa carrière de tennisman, remporta les Internationaux des États-Unis en 1914 et en 1916, puis, donc une médaille d’or olympique.

©Pierre LAGRUE



Charlotte COOPER (1870-1966)

Tenniswoman britannique

COOPER2 (2)Nous nous devions de mettre à l’honneur la première championne olympique de l’histoire. En effet, le 11 juillet 1900 est une date historique pour l’olympisme et le sport féminin. Ce jour-là, sur l’île de Puteaux, Charlotte Cooper, une élégante Britannique de 30 ans, devenait la première championne olympique de l’histoire des Jeux en battant en finale la Française Hélène Prévost (6-1, 6-4). Notons que, le 6 juillet, durant ces Jeux de Paris, Charlotte Cooper avait également remporté le double mixte, associée à Reginald Doherty : cette paire s’imposa face à la paire franco-britannique composée de Harold Mahony et Hélène Prévost. Charlotte Cooper, cinq fois lauréate du tournoi de Wimbledon (1895, 1896, 1898, 1901, 1908), fut sans nul doute une des premières joueuses de tennis de classe mondiale : elle remporta son dernier titre à Wimbledon à 37 ans ; elle demeure la joueuse la plus âgée victorieuse de ce tournoi. Ses duels avec sa compatriote Blanche Bingley marquèrent le tennis féminin à la fin du XIXe siècle.

©Pierre LAGRUE



Andre AGASSI (1970- )

Tennisman américain

1996AGASSI (2)Vainqueur de la Coupe Davis en 1990 et 1992, longtemps présenté comme la future étoile du tennis après son succès à Wimbledon en 1992, Andre Agassi tarda à confirmer son talent, malgré une victoire Flushing Meadows en 1994. En 1996, il entra réellement dans le cœur des Américains en devenant champion olympique à Atlanta. En recul, il retrouvera le haut de l’affiche en 1999 : il réussit enfin l’exploit de s’imposer à Roland-Garros, s’imposa à Flushing Meadows et termina l’année numéro un mondial. Vainqueur des Internationaux d’Australie en 2000 et 2001, il atteindra une nouvelle fois la finale des Internationaux des États-Unis en 2005, subissant la loi du Suisse Roger Federer. Il mit un terme à sa carrière en 2006, à l’issue des Internationaux des États-Unis, lors desquels il a été éliminé au troisième tour : le public américain lui rendit à cette occasion un hommage vibrant et émouvant. Il aura gagné soixante tournois sur le circuit A.T.P., dont huit tournois du Grand Chelem.

À la fin de 2009, Agassi publia son autobiographie, Open, dans laquelle il révéla que sa personnalité est moins lisse qu’on ne le pensait. Il indiqua notamment qu’il fut, durant un court moment, en 1997, un consommateur de méthamphétamine (une drogue psychostimulante).

©Pierre LAGRUE



John Pius BOLAND (1870-1958)

Homme politique et tennisman britannique

1896-BOLANDNé à Dublin, John Pius Boland est connu comme une figure du nationalisme irlandais. Il a notamment participé à la fondation de l’Université nationale d’Irlande. Il fut aussi membre du Parlement britannique, représentant l’Irish Parliamentary Party à la Chambre des communes de 1900 à 1918. Mais John Pius Boland fut aussi champion olympique. Lire la suite

Quand un sportif compose une ode en grec ancien…

À défaut de médaille…

1896-RobertsonAthlète et tennisman, George Stuart Robertson se classa quatrième du concours de lancer du disque aux Jeux Olympiques d’Athènes, en 1896, et, associé à l’Australien Edwin Flack, il fut battu en demi-finale de la compétition de tennis en double, par la paire grecque constituée de Dionysios Kasdaglis et Dimitrios Petrokokkinos. Mais, pour se faire remarquer, George Stuart Robertson avait une autre corde à son arc : lors de la cérémonie de clôture officielle de ces Jeux, on joua l’hymne national grec, puis on donna une ode composée en grec ancien par George Stuart Robertson lui-même. Les paroles du sportif touchèrent le roi le roi Georges Ier de Grèce qui le récompensa immédiatement d’une couronne de laurier. À défaut de médaille, George Stuart Robertson reçut une couronne.

©Pierre LAGRUE



Jaroslav DROBNY (1921-2001)

Tennisman tchécoslovaque

drobnyJaroslav Drobny est connu pour ses deux victoires dans le tournoi de Wimbledon en 1949 et en 1952. Mais Jaroslav Drobny était un sportif éclectique et un homme multifacettes. En effet, il eut plusieurs nationalités (tchécoslovaque de 1921 à 1939; allemande de 1939 à 1945 en raison de l’annexion de son pays par les nazis; suisse en 1949 au nom du droit d’asile; égyptienne de 1949 à 1954; britannique enfin). Et il ne se distingua pas uniquement sur les courts. Jaroslav Drobny obtint la médaille d’argent dans le tournoi de hockey sur glace aux Jeux Olympiques d’hiver de Saint-Moritz avec l’équipe de Tchécoslovaquie.

©Pierre LAGRUE