Dionysios KASDAGLIS (1872-1931)

Tennisman grec

Dionysios Kasdaglis est un olympien mystérieux. On sait qu’il fut vice-champion olympique, en simple comme en double (associé à Dimitrios Petrokokkinos), en 1896 à Athènes. Mais on n’est pas certain qu’il fût réellement grec. En effet, il est issu d’une famille russe et il est né dans le Lancashire, en Angleterre. Pour le simple, le C.I.O. le considère comme grec. Pour le double, il est considéré comme représentant d’une « équipe mixte », car, pour le C.I.O., Dimitrios Petrokokkinos n’a pas de « nationalité connue ». L’état civil de Dionysios Kasdaglis est lui aussi discuté : selon certaines sources récentes, son identité serait Dimitrios E. Kasdaglis (parfois transcrit Casdagli). Le doute plane, d’autant que son frère cadet, Xenophon Kasdaglis, bien enregistré comme britannique, avait remporté le tournoi de double du Championnat de France en 1895. Toujours est-il que Dionysios Kasdaglis a été battu en finale par John Pius Boland, un nationaliste irlandais qui représentait… la Grande-Bretagne !

©Pierre LAGRUE



Hugh Lawrence DOHERTY (1875-1919)

Tennisman britannique

Hugh Lawrence Doherty, surnommé « Little Do », remporta le tournoi de Wimbledon cinq fois en simple et huit fois en double, avec son frère aîné, Reginald Doherty. Aux Jeux Olympiques de Paris, en 1900, il s’imposa en simple à l’issue d’un scénario peu banal : en demi-finale, les frères Doherty devaient s’affronter ; or l’aîné préféra déclarer forfait afin de ne pas disputer ce duel fraternel. En finale, Hugh Lawrence Doherty défendit l’honneur familial et s’imposa face à l’Irlandais Harold Mahony. Durant ces Jeux, les frères Doherty remportèrent le double, et « Little Do » obtint aussi une médaille de bronze, avec Marion Jones, en double mixte. En 1903, il fut le premier joueur à remporter deux tournois du Grand Chelem différents la même année, s’imposant à Wimbledon et à l’U.S. Open. En 1906, il abandonna le tennis pour se consacrer au golf, et il et se distingua également dans ce sport.

©Pierre LAGRUE



George HILLYARD (1864-1943)

Tennisman britannique

Officier dans la Royal Navy, George Hillyard est connu pour ses fonctions officielles dans l’univers du tennis : de 1907 à 1925, il fut secrétaire du All England Lawn Tennis Club et directeur du tournoi de Wimbledon. Mais George Hillyard fut aussi un joueur de bon niveau, surtout en double. Il obtint son titre de gloire aux Jeux Olympiques de Londres, en 1908, où, associé au célèbre Reginald Doherty, il s’adjugea la médaille d’or en double. Notons qu’il épousa Blanche Bingley, qui remporta six fois le tournoi de Wimbledon en simple.

©Pierre LAGRUE



Josiah RITCHIE (1870-1955)

Tennisman britannique

Josiah Ritchie ne fut pas le meilleur tennisman de son temps. Ainsi, il ne remporta jamais le tournoi de Wimbledon en simple (il se hissa en finale, en 1909, mais s’effondra après avoir remporté les deux premiers sets face à Arthur Gore). Néanmoins, Josiah Ritchie s’est construit un beau palmarès grâce aux Jeux Olympiques : en 1908, à Londres, il s’imposa en simple, face à l’Allemand Otto Froitzheim, et obtint la médaille d’argent en double, associé à James Celil Parkes (durant ces Jeux, il s’adjugea aussi une médaille de bronze dans l’épreuve de tennis en salle).

©Pierre LAGRUE



Reginald DOHERTY (1872-1910)

Tennisman britannique

Étudiant au Trinity Hall à Cambridge, représentant le All England Lawn Tennis and Croquet Club, Reginald Doherty fut considéré comme un des meilleurs tennismen de la fin du XIXe siècle et du début du XXe. Ainsi, il remporta quatre fois consécutivement le tournoi de Wimbledon en simple (1897-1900), et huit fois en double, associé à son frère cadet, Hugh Lawrence Doherty. Les deux frères dominaient le tennis mondial mais, à chaque fois que c’était possible, ils évitaient de s’affronter. Ainsi, aux Jeux Olympiques de Paris, en 1900, une des demi-finales du tournoi de simple devait les mettre aux prises. Reginald Doherty décida de déclarer forfait, pour laisser la voie libre à Hugh Lawrence, qui remportera le titre ! Reginald se consola, en remportant le double avec son frère et le double mixte avec Charlotte Cooper. Reginald Doherty participa de nouveau aux Jeux Olympiques, en 1908 Londres, où, cette fois associé à George Hillyard, il s’imposa de nouveau en double. De santé fragile, il disputa ses derniers matchs en 1909, un an avant son décès, à 38 ans.

©Pierre LAGRUE



Vane PENNELL (1876-1838)

Sportif britannique

Vane Pennell était un adepte de sports soit typiquement anglais, soit désuets : les racquets et le jeu de paume. Il est donc un champion olympique inattendu. En effet, en 1908 aux Jeux de Londres, la discipline des racquets fut pour la première et unique fois inscrite au programme. Vane Pennell, associé à John Jacob Astor V, remporta la médaille d’or en double. À Londres, Vane Pennell prit également part à la compétition de jeu de paume, mais il ne se classa que cinquième. Vane Pennell, considéré comme un des meilleurs joueurs de racquets et de paume de son temps, participa rarement aux Championnats de Grande-Bretagne. Il fut néanmoins champion de Grande-Bretagne en double, en 1901 et en 1908, à chaque fois associé à Frances Dames Longworth, qui fut tout comme lui élève à Charterhouse. On note que Vane Pennell pratiquait aussi le hockey sur glace au niveau international. Par ailleurs, il publia un des premiers ouvrages consacrés au bridge. Durant la Première Guerre mondiale, il servit au sein du Royal Army Service Corps.

©Pierre LAGRUE



Dorothea DOUGLASS CHAMBERS (1878-1960)

Tenniswoman britannique

Dorothea Douglass Chambers fut la première grande championne de tennis de l’histoire. Elle a notamment remporté 7 fois le tournoi de Wimbledon, entre 1903 et 1914. Elle s’imposa contre les meilleures tenniswomen de son temps : Ethel Thomson Larcombe, Charlotte Cooper Sterry, Dora Boothby, Winifred Slocock McNair. Elle ne baissa pavillon à Wimbledon qu’en 1919, défaite à l’issue d’une finale mémorable par la Française Suzanne Lenglen. Dorothea avait 40 ans, Suzanne, 20 ans. Dorothea Douglass Chambers ne mit fin à sa carrière qu’à l’âge de 46 ans. Mais Dorothea Douglass Chambers fut aussi championne olympique : en 1908, aux Jeux de Londres, elle obtint la médaille d’or en battant en finale sa compatriote Dora Boothby.

©Pierre LAGRUE



Jay GOULD II (1888-1945)

Joueur de paume américain

Le jeu de paume, discipline typiquement anglaise, ne fut présent qu’une seule fois aux Jeux Olympiques, en 1908 à Londres, évidemment. Et la déception des Anglais fut à la hauteur de leurs espérances : en effet, l’Américain Jay Gould II s’imposa devant 10 Britanniques. En outre, durant le tournoi, Jay Gould II remporta toutes ses parties sans perdre le moindre set. Il faut dire que Jay Gould II pouvait bénéficier des meilleures conditions d’entraînement, dégagé de tout souci financier : il était en effet le petit-fils du multimillionnaire Jay Gould, magnat des chemins de fer et spéculateur en Bourse. Ainsi, en 1900, un cour privé fut construit dans la propriété familiale de Lakewood (New Jersey). Par ailleurs, il bénéficia des conseils des plus grands professeurs, tels que Frank Forester. Ainsi, Jay Gould II remporta son premier titre de champion des États-Unis à 17 ans, et il le conserva chaque année jusqu’à sa retraite sportive, en 1926. Par la suite, il n’eut jamais besoin de travailler. Il géra la fortune familiale et ses intérêts immobiliers depuis ses bureaux de New York… dans lesquels il avait fait construire un court de tennis et de paume.

©Pierre LAGRUE



Evan NOEL (1879-1928)

Sportif britannique

Evan Noel est l’unique champion olympique de racquets, une discipline très anglaise présente au programme olympique aux seuls Jeux de Londres en 1908. En outre, il s’imposa en finale sans combattre : son adversaire, Henry Leaf, qui avait battu John Jacob Astor en demi-finale mais s’était blessé à la main, fut contraint de déclarer forfait. On note que Evan Noel, ambidextre, fut le capitaine de l’équipe de cricket du Trinity College de Cambridge durant ses études. Plus tard, il devint rédacteur en chef du Times, mais, sur les conseils de son médecin, qui pensait que le travail de nuit nuirait à sa santé fragile (un comble pour un champion olympique), il démissionna.

©Pierre LAGRUE



Un rescapé du naufrage du Titanic fut champion olympique

Miraculé…

Ltitanic (2)e tennisman américain Richard Williams, associé à Hazel Hotchkiss, remporta le double mixte aux Jeux Olympiques de Paris en 1924. Or qu’il pût participer aux Jeux releva du miracle. En effet, le 12 avril 1912, il figurait parmi les 953 passagers qui embarquèrent à Southampton pour le voyage inaugural du Titanic. Le 15 avril, lors du naufrage du paquebot, il parvint à rejoindre à la nage un canot de sauvetage. Les jambes plongées plusieurs heures dans les eaux glacées de l’Atlantique, il survécut jusqu’à l’arrivée du RMS Carpathia. Plus tard, un médecin recommanda l’amputation. Ne voulant pas abandonner sa carrière de tennis à peine entamée, Williams Richard refusa et parvint à les sauver. Il reprit sa carrière de tennisman, remporta les Internationaux des États-Unis en 1914 et en 1916, puis, donc une médaille d’or olympique.

©Pierre LAGRUE