Sobriquets en natation

Shirley BABASHOFF (États-Unis)

  • Surnom : Surly Shirley (Shirley la Revêche)

Malgré un beau palmarès (8 médailles olympiques), Shirley Babashoff aurait pu prétendre dominer la natation mondiale dans les années 1970, s’il n’y avait eu les Allemandes de l’Est. Souvent, elle a fustigé les méthodes d’entraînement de celles-ci, affirmant publiquement qu’elle les soupçonnait de prendre des stéroïdes. Elle fut surnommée pour cela Surly Shirley (Shirley la Revêche). La chute du Mur de Berlin en 1989, avec la révélation du dopage d’État en R.D.A., prouva que Shirley Babashoff était dans le vrai.

Istvan BARANY (Hongrie)

  • Surnom : Le Weissmuller hongrois

Istvan Barany, premier Européen à nager le 100 mètres en moins d’1 minute, fut surnommé Le Weissmuller hongrois en référence à son illustre prédécesseur américain.

David BERKOFF (États-Unis)

  • Surnom : Berkoff Blastoff (littéralement : Berkoff le décolleur)

David Berkoff fut surnommé Berkoff Blastoff lors des Jeux de Séoul (1988) par son compatriote John Naber, car il nageait 35 mètres sous l’eau. Cette technique provoqua un changement de la réglementation: il fut interdit de nager plus de 15 mètres sous l’eau après le départ.

Matt BIONDI (États-Unis)

  • Surnom : La Torpille californienne

Matt Biondi, Le premier homme à nager le 100 mètres en moins de 49 secondes (1985), fut surnommé La Torpille californienne à cette occasion.

Ethelda BLEIBTREY (États-Unis)

  • Surnom : Nude Swimming (La Nageuse nue)

En 1919, sur la plage de Manhattan, Ethelda Bleibtrey viole la loi en ôtant ses bas. La publicité donnée à son geste fera modifier la loi: les femmes seront bientôt autorisées à fréquenter plages et piscines en maillot de bain. Ce geste lui valut le surnom de Nude Swimming. Neuf ans plus tard, militant pour l’ouverture d’une piscine à New York, elle fut emprisonnée pour avoir nagé dans l’étang de Central Park. La triple médaillée d’or en brasse des Jeux Olympiques de 1920 avait du caractère.

Phil BOGGS (États-Unis)

  • Surnom : Flip

Phil Boggs, champion olympique de plongeon en 1976, fut surnommé Flip pour sa facilité à réussir cette figure.

Arne BORG (Suède)

  • Surnom : The Big Bad Man (Le Grand Méchant)

Arne Borg, champion olympique du 1500 mètres aux Jeux de 1928 à Amsterdam, reçut le surnom de The Big Bad Man en raison de ses méthodes d’entraînement et de nager inhabituelles. Il était notamment un adepte de la nage sous l’eau, une technique à la limite de la régularité, ce qui le rendit assez impopulaire.

Frédérick BOUSQUET (France)

  • Surnom : Freddie Biscuit

Gilbert BOZON (France)

  • Surnom : Le Gosse-miracle

Quand Gilbert Bozon devint vice-champion olympique du 100 mètres dos, en 1952, Paris-Match lui consacre un article sous ce titre: Le Gosse-miracle.

David BROWNING (États-Unis)

  • Surnom : Skippy No Splash

Champion olympique de plongeon en 1952, David Browning fut surnommé Skippy No Splash pour sa technique parfaite d’entrée dans l’eau.

Mike BURTON (États-Unis)

  • Surnoms : Mr. Machine (La Machine), Perpetual Motion (Mouvement perpétuel)

Champion olympique des 400 et 1500 mètres en 1968, du 1500 mètres en 1972, Mike Burton fut surnommé Mr. Machine et Perpetual Motion car il était un bourreau d’entraînement. Il avait acquis cette habitude du travail à l’âge de treize ans: renversé par un camion, il se lança dans la natation comme rééducation.

Christine CARON (France)

  • Surnom : Kiki

Christine Caron, détentrice du record du monde du 100 mètres dos (1964), vice-championne olympique la même année à Tokyo, reçut le diminutif Kiki de la part de ses compatriotes, tombés sous son charme.

Andrew CHARLTON (Australie)

  • Surnoms : The Manly Flying Fish (Le Poisson volant de Manly), Boy

Andrew Charlton, champion olympique du 1500 mètres en 1924, fut surnommé par ses compatriotes The Manly Flying Fish, du nom de Manly, la ville où il était né. Le surnom Boy lui a été donné par Johnny Weissmuller. Quand il rencontrait son rival olympique, il ne manquait jamais de l’apostropher: « Me Tarzan, you Boy. » (Moi Tazan, toi Boy), référence au cinéma.

Clarence CRABBE (États-Unis)

  • Surnom : Buster, Le Nouveau Tarzan

Clarence Crabbe, champion olympique du 400 mètres en 1932, était surnommé Buster par sa famille (tout comme son père, Edward, était surnommé Buddy). C’est avec ce prénom-surnom qu’il fut connu durant sa carrière sportive. Après sa carrière de nageur, il devint acteur et joua dans 170 films. Bien sûr, comme Johnny Weissmuller, il fut l’un des nombreux Tarzan de Hollywood.

Tamas DARNYI (Hongrie)

  • Surnom : Le Borgne des 4 nages

Quadruple champion olympique (200 et 400 mètres 4 nages, 1988 et 1992), Tamas Darnyi fut surnommé Le Borgne des 4 nages car il avait perdu un œil à l’âge de quinze ans.

Victor DAVIS (Canada)

  • Surnom : The Ultimate Animal (littéralement : L’Animal ultime)

Victor Davis, champion olympique du 200 mètres brasse en 1984, était surnommé The Ultimate Animal par son rival américain. Steve Lundquist. Quant à Victor Davis, il surnommait Steve Lundquist The Ultimate Animal. Un surnom pour deux champions rivaux…

Inge DE BRUIJN (Pays-Bas)

  • Surnoms : La Crevette, Inky

Donna DE VARONA (États-Unis)

  • Surnoms : The Queen of Swimming (La Reine de la natation), Bambina

Donna De Varona, double médaillée d’or aux Jeux de Tokyo, qui établit 15 records du monde dans les années 1960, fut surnommée The Queen of Swimming par la presse américaine. La presse italienne (elle est d’origine italienne), de son côté, la surnomma Bambina.

Pete DESJARDINS (États-Unis)

  • Surnom : The Little Bronze Statue from the Land of Real Estate, Grapefruit, and Alligatore (littéralement : La Petite Statue de bronze de l’État des pamplemousses et des alligators)

Champion olympique de plongeon en 1928, Pete Desjardins reçut un des plus curieux surnoms. Celui-ci était lié au fait qu’il arborait en permanence un bronzage parfait et vivait en Floride (l’État des pamplemousses et des alligators).

Klaus DIBIASI (Italie)

  • Surnom : Le Meneur de jeu

Triple champion olympique de haut vol (1968 à 1976), Klaus Dibiasi devint ensuite l’entraîneur de l’équipe d’Italie de plongeon, et gagna ce surnom, Le Meneur de jeu.

Krisztina EGERSZEGI (Hongrie)

  • Surnom : La Souris

Le style pur et fluide de Krisztina Egerszegi impressionnait dans les bassins olympiques tout autant que sa plastique longiligne, si différente des Allemandes de l’Est à qui elle rendait souvent près de 15 kilos. Elle fut surnommée pour cela La Souris (en hongrois, eger signifie souris).

Franck ESPOSITO (France)

  • Surnoms : Espo, Titou

Durant plus de dix années passées au plus haut niveau, les camarades de Franck Esposito, pour qui il devint une sorte de «grand frère», le surnommèrent affectueusement Espo. Titou est le surnom que lui donnait sa mère.

Janet EVANS (États-Unis)

  • Surnom : Miss Perpetual Motion (Miss Mouvement perpétuel)

Quadruple championne olympique sur les longues distances, Janet Evans fut surnommée Miss Perpetual Motion car elle s’entraînait sans relâche, mais également pour sa façon de nager peu orthodoxe: son mouvement de bras faisait penser à un moulin à vent.

Dawn FRASER (Australie)

  • Surnoms : Water Baby (Bébé nageur), The Female Fastest Human (La Femme la plus rapide du monde), Old Ma

Dawn Fraser, triple médaillée d’or olympique sur 100 mètres (1956 à 1964), fut surnommée Water Baby (Bébé nageur) à ses débuts, en référence à un groupe de jeunes nageurs australiens qui préparaient assidûment les Jeux de Melbourne et étaient surnommés The Water Babes. Elle devint The Female Fastest Human quand elle fut la première femme à nager le 100 mètres en moins d’1 minute (1962). À Tokyo, en 1964, âgée de vingt-sept ans, elle était surnommée Old Ma par ses concurrentes, dont l’Américaine Sharon Stouder, ce qui ne l’empêcha pas de remporter le titre.

FU MINGXIA (Chine)

  • Surnom : The Queen of Diving (La Reine du plongeon)

Ambrose GAINES (États-Unis)

  • Surnom : Rowdy

Ambrose Gaines fut surnommé Rowdy en référence à un personnage d’un show télévisé de Clint Eastwood.

Shane GOULD (Australie)

  • Surnom : La Petite Princesse australienne

À quinze ans, aux Jeux de Munich (1972), Shane Gould remporta cinq médailles, dont trois en or. Elle devint pour les journalistes La Petite Princesse australienne.

Michael GROSS (Allemagne)

  • Surnom : L’Albatros

Pour le poète, l’albatros ne peut pas marcher à cause de ses ailes de géant. Pour Michael Gross elles ne l’empêchent pas de nager. L’Albatros est le surnom de ce nageur allemand qui, grâce à ses longs bras (2,11 m d’envergure), progressait très rapidement sur l’eau, dans une discipline, le papillon, où ce détail anatomique est important. Lui-même déclarait, ironiquement, que ce surnom lui plaisait, «car il y a beaucoup d’autres surnoms plus ridicules dans le monde».

Dezso GYAMARTI (Hongrie)

  • Surnom : Le Joueur de water-polo le plus véloce du monde

Dezso Gyamarti, qui demeure considéré comme le plus grand joueur de water-polo de l’histoire, fut surnommé ainsi car, du temps de sa splendeur, il nageait le 100 mètres en 58,5 s, un temps remarquable pour l’époque.

Grant HACKETT (Australie)

  • Surnom : La Machine à nager

Brendan HANSEN (États-Unis)

  • Surnom : Ape (Le Singe), B

B peut sembler un curieux surnom pour le double médaillé en brasse des Jeux d’Athènes (2004). Brendan Hansen en explique lui-même l’origine: né en Pennsylvanie, il gagna le Texas pour s’entraîner; dans le Sud, tout le monde l’appelait Brandon au lieu de Brendan; il préféra donc se faire appeler B.

John HENKEN (États-Unis)

  • Surnom : The Rocket (La Fusée)

Steve HOLLAND (Australie)

  • Surnom : Toothpick (Le Cure-dent)

Steve Holland, champion du monde du 1500 mètres en 1973 à l’âge de quinze ans, fut surnommé Toothpick (Le Cure-dent) tant il paraissait frêle par rapport à ses concurrents, John Kinsella, Rick DeMont et Brad Cooper.

Ragnhild HVEGER (Danemark)

  • Surnom : Miss Weissmuller

Détentrice de 19 records du monde dans les années 1930-1940, Ragnhild Hveger fut surnommée Miss Weissmuller par les journalistes européens, en référence au célèbre Américain.

John JARVIS (Grande-Bretagne)

  • Surnom : Amateur Swimming Champion of The World (Champion du monde de natation amateur)

Double médaillé d’or aux Jeux Olympiques de 1900, vainqueur de plus de 100 championnats dans sa carrière, il se surnomma lui-même, en toute modestie, Amateur Swimming Champion of The World (Champion du monde de natation amateur) !

Liesel JONES (Australie)

  • Surnoms : Liesel the Weasel (Liesel la Belette), Lethal Liesel (Liesel la Fatale)

Paoa KAHANAMOKU (États-Unis)

  • Surnoms : Duke, The Duke, L’Homme-poisson, The Big Kahuna

Paoa Kahanamoku, premier champion à nager le 100 yards en moins d’1 minute, d’origine hawaiienne, participait aux épreuves avec Duke comme prénom. L’histoire de ce prénom est amusante. Son père est né le 21 juillet 1869, jour de la visite à Honolulu duc prince Alfred, duc d’Édimbourg. La princesse Bernice Pauahi Paki Bishop suggéra à ses parents d’appeler le nouveau-né Duke, en l’honneur de leur hôte. Vingt ans plus tard, Duke Halapu Kahanamoku et sa jeune épouse Julia Paoa transmirent à leur enfant ce curieux prénom. Ses performances aux Jeux de Stockholm (1912) et d’Anvers (1920) lui valurent le surnom d’Homme-poisson. Pionnier du surf, il devint pour les adeptes de ce nouveau sport tout simplement The Duke ou The Big Kahuna.

Michael KLIM (Australie)

  • Surnom : Lumpy (Le Grumeau)

Lenny KREYZELBURG (États-Unis)

  • Surnom : The Comeback Kid

Triple champion olympique en 2000, Lenny Kreyzelburg reprit la compétition pour tenter de se qualifier pour les Jeux d’Athènes en 2004, ce qui lui valut ce surnom.

Federick LANE (Australie)

  • Surnom : Rugged Freddy (Freddy le Rugueux)

Greg LOUGANIS (États-Unis)

  • Surnoms : Nigger (Le Nègre), Retarded (L’Attardé)

Celui qui est considéré comme le plus grand plongeur de tous les temps reçut ces deux surnoms peu flatteurs dans son enfance. Ses camarades de classe le baptisèrent Nigger (Le Nègre) pour son teint mat et Retarder (L’Attardé) car il souffrait de dyslexie.

Steve LUNDQUIST (États-Unis)

  • Surnoms : Lunk, The Intimidator (L’Intimidateur), The Ultimate Animal (littéralement : L’Animal ultime)

Steve Lundquist, champion olympique du 100 mètres brasse en 1984, était surnommé Lunk par tous les nageurs. Son rival canadien Victor Davis le surnommait The Intimidator ou The Ultimate Animal. Quant à Steve Lundquist, il surnommait Victor Davis The Ultimate Animal. Un surnom pour deux champions rivaux…

Helene MADISON (États-Unis)

  • Surnom : Queen of Waters (La Reine des eaux)

Helene Madison, triple médaillée d’or aux Jeux Olympiques de Los Angeles (1932), fut surnommée Queen of Waters par les journalistes sportifs américains autant pour ses résultats que pour son côté glamour.

Tom MALCHOW (États-Unis)

  • Surnom : Puppy Chow (Le Chiot)

Tom Malchow fut surnommé Puppy Chow lors des Jeux Olympiques de 1996, car il était le plus jeune représentant masculin de la délégation américaine de natation.

Laure MANAUDOU (France)

  • Surnoms : L’Or Manaudou, Laure olympique

Deux jeux de mots avec son prénom. À l’issue des Championnats d’Europe 2004, où elle remporta plusieurs courses, les observateurs français la surnommèrent L’Or Manaudou. Aux Jeux d’Athènes, elle remporta le 400 mètres et devint, pour L’Équipe, Laure olympique.

Mary T. MEAGHER (États-Unis)

  • Surnom : Madame Butterfly (Madame Papillon)

Seule nageuse à pouvoir rivaliser avec les Allemandes de l’Est dans les années 1980, quasi invincible en papillon (son record du monde du 100 m papillon tiendra de 1980 à 1999), Mary T. Meagher fut surnommée pour ces raisons Madame Butterfly (Madame Papillon). Il s’agit bien sûr de faire référence explicite à l’opéra de Puccini. Ainsi, aux États-Unis, elle était bien surnommée Madame Butterfly, et non pas Miss Butterfly comme l’aurait voulu la langue anglaise.

Malia METELLA (France)

  • Surnom : La Sirène guyanaise

Malia Metella, médaillée d’argent sur 50 mètres aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004, charma les observateurs par son sourire. Comme elle est originaire de Guyane, les journalistes la surnommèrent La Sirène guyanaise.

Pablo MORALES (États-Unis)

  • Surnom : Comeback Kid

Pablo Morales reçut le surnom de Comeback Kid en 1991 quand, après avoir disparu des bassins pendant trois ans, il reprit la compétition. Son allure juvénile, alors qu’il avait 27 ans, surprit les observateurs. L’année suivante, il remportait deux médailles d’or aux Jeux de Barcelone.

Eric MOUSSAMBANI (Guinée équatoriale)

  • Surnom : Eric The Eel (Eric l’Anguille)

Eric Moussambani fut une des stars médiatiques des Jeux de Sydney en 2000. Engagé sur 100 mètres, il eut les plus grandes peines à finir sa série en près de 2 minutes. L’image de ce jeune garçon semblant se noyer fit le tour du monde. Pour les journalistes, il devint ironiquement Eric The Eel (Eric l’Anguille).

Felipe MUÑOZ (Mexique)

  • Surnom : Tibio (Le Tiède)

Felipe Muñoz, surprenant champion olympique du 200 mètres brasse à Mexico (1968), fut surnommé Tibio en référence aux origines de ses parents. Son père était né à Aguacalientes (Eaux chaudes en espagnol), sa mère à Rio Frio (Rivière froide en espagnol). Il devint tout naturellement Tibio (Le Tiède).

Alfred NAKACHE (France)

  • Surnom : Le Nageur d’Auschwitz

Vainqueur de six des huit épreuves des Championnats de France en 1942, Alfred Nakache était un grand espoir de la natation française. Mais il était aussi juif. Dénoncé en 1944, il sera déporté à Auschwitz. Il reviendra du camp de la mort, reprendra la compétition et nagera de nouveau pour l’équipe de France. Il devint pour l’éternité Le Nageur d’Auschwitz.

Anthony NESTY (Suriname)

  • Surnom : Golden Boy

Premier sportif surinamien et premier nageur de couleur sacré champion olympique (1988), Anthony Nesty fut tout naturellement surnommé Golden Boy.

Kristin OTTO (R.D.A.)

  • Surnom : La Reine de Séoul

Kristin Otto reçut ce surnom à l’issue des Jeux de Séoul (1988), où elle remporta toutes les épreuves auxquelles elle participa (6).

Susan PEDERSEN (États-Unis)

  • Surnom : Baby Sue

Âgé de quinze ans seulement, Susan Pedersen remporta quatre médailles, dont deux en or, aux Jeux de Mexico en 1968. Benjamine de l’équipe américaine, elle fut surnommée Baby Sue.

Federica PELLEGRINI (Italie)

  • Surnom : La Lionne de Vérone

Keren PERKINS (Australie)

  • Surnom : Superfish (Super-Poisson)

Michael PHELPS (États-Unis)

  • Surnoms : Baltimore Bullet (Le Projectile de Baltimore), L’Homme-dauphin

Alexander POPOV (Russie)

  • Surnoms : Le Tsar, Sacha, Alexandre le Grand, Big Dog (Gros Chien), The Russian Rocket (La Fusée russe)

Alexander Popov, premier homme depuis Johnny Weissmuller à conserver son titre olympique sur 100 mètres (1992, 1996), fut surnommé, comme nombre de champions russes, Le Tsar et, comme nombre d’Alexandre, Sacha. Installé en Australie, il fut surnommé Big Dog et The Russian Rocket par les journalistes de ce pays.

Aileen RIGGIN (États-Unis)

  • Surnom : Tiny (La Minuscule)

Aileen Riggin, première championne à obtenir une médaille aux Jeux à la fois en natation et en plongeon, était toute petite, d’où son surnom.

Murray ROSE (Australie)

  • Surnoms : Golden Boy, The Seaweed Kid (L’Enfant aux algues)

Deux surnoms pour Murray Rose, triple champion olympique en 1956 à Melbourne. Le premier, Golden Boy, est de facture classique. Il est lié à ses cheveux blonds, à son physique d’Apollon et à ses médailles d’or. Le second, The Seaweed Kid, l’est beaucoup moins. Il est lié au fait que Murray Rose était un végétarien strict, incluant les algues dans son alimentation.

Norman ROSS (États-Unis)

  • Surnom : Uncle Normy

Norman Ross, triple médaillé d’or aux Jeux de 1920, anima, sous le nom d’Uncle Normy, une station de radio de Chicago en tant que disc-jockey.

Vladimir SALNIKOV (U.R.S.S.)

  • Surnoms : Le Tsar, Le Monstre de la vague, Volodia

Comme beaucoup de grands sportifs soviétiques, Vladimir Salnikov, champion olympique du 1500 mètres en 1980 et 1988, invaincu sur la distance de 1977 à 1986, était surnommé Le Tsar. Bourreau d’entraînement, il fut aussi surnommé Le Monstre de la vague. Sa famille l’appelait Volodia.

Kaitlin SANDENO (États-Unis)

  • Surnom : The Energizer (La Pile électrique)

Don SCHOLLANDER (États-Unis)

  • Surnoms : L’Ange blond, Le Dieu blond

Don Schollander, quadruple médaillé d’or aux Jeux de Tokyo (1964), se distinguait par ses cheveux blonds, un physique d’Apollon et un visage poupin. Il fut surnommé L’Ange blond ou Le Dieu blond pour ces raisons.

John Alexander SKINNER (Afrique du Sud)

  • Surnom : Jonty

Mark SPITZ (États-Unis)

  • Surnom : Goldfinger

Ses sept médailles d’or aux Jeux de Munich (1972) valurent à Mark Spitz le surnom de Goldfinger, en référence à James Bond.

Elaine TANNER (Canada)

  • Surnom : Mighty Mouse (La Puissante Souris)

Elaine Tanner, double médaillée d’argent aux Jeux de Mexico en 1968, était surnommée Mighty Mouse pour sa petite taille.

Henri TAYLOR (Grande Bretagne)

  • Surnom : Merveille aquatique

Aux Jeux Olympiques de Londres en 1908, Henri Taylor remporta trois médailles d’or (400, 1500 m, relais 4 fois 200 m). Il sera de nouveau médaillé de bronze à Stockholm en 1912 puis à Anvers en 1920. Ces performances valurent à Taylor le surnom de Merveille aquatique outre-manche.

Jenny THOMPSON (États-Unis)

  • Surnoms : Wonder Woman, L’Incroyable Hulk

Avec de multiples médailles aux Championnats du monde comme aux Jeux, Jenny Thompson fut surnommée Wonder Woman par ses compatriotes en référence à l’héroïne de série télévisée. Lorsqu’elle était écolière, ses camarades l’avaient surnommée L’Incroyable Hulk, pour son gabarit impressionnant, autre référence à une série télévisée.

Ian THORPE (Australie)

  • Surnom : Australian Thorpedo (La Torpille australienne)

Quand Ian Thorpe devint, en 1998, le plus jeune recordman du monde de natation, vêtu d’une combinaison noire, le jeu de mots avec son nom s’imposait… C’est la presse australienne qui trouva le surnom Australian Thorpedo, en hommage à ses prouesses aquatiques.

Georges VALLEREY (France)

  • Surnom : Yoyo

Peter VAN DEN HOOGENBAND (Pays-Bas)

  • Surnoms : VDH, Le Hollandais volant, Hoogie

Inutile de préciser que les commentateurs des Jeux de Sydney en 2000 ont vite adopté ses initiales pour désigner ce nageur néerlandais au nom difficile à prononcer… Comme nombre de ses compatriotes, il devint  volant», et ce pour une technique de glisse, une classe naturelle exceptionnelles, selon les mots de Stephan Caron.

Jesse VASSALLO (États-Unis)

  • Surnom : Gold Fish (Poisson d’or)

Johnny WEISSMULLER (États-Unis)

  • Surnoms : L’Apollon de Chicago, Tarzan

Lors des Jeux Olympiques de Paris en 1924, la plastique de Johnny Weissmuller fut très appréciée par les Parisiennes, qui le baptisèrent L’Apollon de Chicago (né en Pennsylvanie, il était membre du Club Athletic of Chicago). Après sa carrière de nageur, il deviendra le plus célèbre Tarzan de Hollywood.

Mike WENDEN (Australie)

  • Surnom : La Machine à nager

Champion olympique des 100 et 200 mètres en 1968, Mike Wenden était un bourreau d’entraînement (il nageait 12 km par séance), ce qui lui valut le surnom de Machine à nager.

David WILKIE (Grande-Bretagne)

  • Surnom : The Flying Scotts (L’Écossais volant)

Cynthia WOODHEAD (États-Unis)

  • Surnom : Sippy

Cynthia Woodhead, triple médaillée d’or aux Championnats du monde de 1978, était surnommée Sippy tout simplement parce que sa jeune sœur n’arrivait pas à prononcer «Cynthia».

©Pierre LAGRUE

Laisser un commentaire