La saga des Pettersson

Quatre frères, comme les Dalton

1968PETTERSSONLes exploits familiaux ne sont pas rares aux Jeux Olympiques. Mais la performance de l’équipe de Suède dans la course cycliste par équipes de 100 kilomètres contre la montre aux Jeux de Mexico, en 1968, mérite une mention particulière. Si les Pays-Bas s’imposèrent, la Suède prit la deuxième place. Or le quatuor suédois était constitué par les quatre frères Pettersson: Gösta, Sture, Erik et Tomas. Les Pettersson ne se distinguèrent pas uniquement aux Jeux, car les quatre frères furent également champions du monde du contre-la-montre par équipes en 1967, 1968 et 1969. La saga s’arrêta cette année-là, car les frères Pettersson abandonnèrent leur statut «amateur» pour rejoindre le peloton professionnel.

©Pierre LAGRUE



Sagan imperator

futuriste-groupe2

Un champion tout terrain…

Le 16 octobre 2016, le Slovaque Peter Sagan a remporté le Championnat du monde sur route pour la seconde fois consécutivement, en devançant tous les meilleurs sprinters, alors que l’an passé il s’était imposé en puncheur. Peter Sagan participa aux Jeux Olympiques de Rio, en 2016, mais il ne disputa pas la course sur route, mais l’épreuve de V.T.T. Alors que personne ne croyait à ses chances de victoire, il anima le début de la course. Mais, victime d’une crevaison, il ne put se mesurer aux meilleurs. On ne saura jamais si Sagan aurait pu tenir son pari. Quoi qu’il en soit, Peter Sagan est la grande star du cyclisme aujourd’hui.

©Pierre LAGRUE



Bouhanni et Démare sélectionnés pour le Championnat du monde cycliste

bouhani

Une cohabitation difficile pour une épreuve atypique

Le 26 septembre, le sélectionneur Bernard Bourreau a retenu Nacer Bouhanni et Arnaud Démare pour disputer le Championnat du monde cycliste qui a lieu le 16 octobre 2016 au Qatar. Sur un parcours sans difficulté, le maillot arc-en-ciel semble promis à un sprinter. Les deux hommes, entourés chacun de sa garde rapprochée, devront tenter de cohabiter sous le maillot de l’équipe de France, ce qui ne semble pas aller de soi, leurs rapports étant tendus.

Le Championnat du monde est en effet une course atypique dans le calendrier international. Pour la seule fois de l’année, des champions qui sont d’habitude rivaux (chacun porte les couleurs de son sponsor au sein d’une équipe de marque) sont réunis sous le maillot national et deviennent en théorie équipiers. L’histoire de l’épreuve prouve que cette alliance obligée pose souvent problème. Quelques exemples. En 1963, le Belge Benoni Beheyt, qui devait emmener le sprint pour son leader Rik Van Looy, ne respecta pas la consigne et remporta l’épreuve devant Van Looy, qui lui en garda rancune. En 1966, Jacques Anquetil et Raymond Poulidor, englués dans leur rivalité, laissèrent échapper un titre qui semblait promis à l’un ou l’autre, ce qui fit le bonheur de l’Allemand Rudi Altig. En 1968, le Belge Eddy Merckx favorisa le succès de l’Italien Vittorio Adorni, son habituel équipier au sein de la formation Faema. En 2013, les Espagnols Joaquim Rodríguez et Alejandro Valverde, faute d’entente, furent privés de la victoire par le Portugais Rui Costa.

©Pierre LAGRUE

 



Christa ROTHENBURGER (1959- )

Sportive est-allemande

1988LUDINGChrista Rothenburger mérite plus que tout autre sportif de figurer ici au titre de l’olympisme inattendu, car elle réalisa un exploit unique et qui le restera. En effet, il est peu fréquent qu’un champion se distingue à la fois aux Jeux d’été et aux Jeux d’hiver. Mais il est encore plus rare qu’il le fasse durant la même olympiade. Lire la suite

Shane KELLY (1972- )

Coureur cycliste australien

1996KELLYLes Jeux Olympiques n’ont guère souri à Shane Kelly, spécialiste du kilomètre, qui fut pourtant trois fois champion du monde de la spécialité (1996, 1997, 1998), et il figure ici pour cette raison au titre de l’olympisme inattendu. Lire la suite

Georgios PARASKEVOPOULOS

Cycliste grec

On ne sait pas grand-chose concernant le cycliste grec Georgios Paraskevopoulos, sinon qu’il termina troisième de la course de fond des 12 heures organisée au vélodrome dans le cadre des Jeux Olympiques d’Athènes en 1896. Mais il vaut bien une mention au titre de l’olympisme inattendu, ne serait-ce que parce qu’il prit le temps d’aller déjeuner au Pirée !

©Pierre LAGRUE