Nadia Comaneci et le Conducator

La petite communiste qui ne souriait jamais

COMANECI4 (3)À son retour des Jeux de Montréal, Nadia Comaneci fut triomphalement accueillie à Bucarest. Elle reçut la médaille de « héros du travail socialiste » devant les dirigeants du Parti communiste roumain. Mais le Nicolae Ceausescu, le Conducator qui voulait faire de la jeune gymnaste triomphante son « jouet », va vite être embarrassé par la popularité de Nadia, qui pourrait lui faire de l’ombre. La vie de Nadia, qui a mis fin à sa carrière de gymnaste en 1981, va devenir un enfer : Nadia se refuse à Nicu Ceausescu, le détestable fils cadet du Conducator ; la Securitate la surveille en permanence. On lui accorde certes un visa pour accompagner la délégation roumaine à Los Angeles lors des Jeux de 1984, mais la police secrète roumaine la suit pas à pas en Californie. Nadia, qui a goûté à la liberté et au mode de vie occidental au cours de sa carrière, étouffe dans la Roumanie des Ceausescu : alors qu’elle aspire à la liberté, tout déplacement à l’étranger lui est interdit. L’évasion devient une obsession. Celle-ci ressemble à un mauvais roman d’espionnage. Le 26 novembre 1989, aidée par un personnage trouble, Constantin Panait, qui lui extorque 5 000 dollars, elle gagne clandestinement la frontière hongroise, erre dans la nuit, alors que les hommes de la Securitate sont à ses trousses, puis rejoint Vienne. De là, elle part pour les États-Unis, où elle est accueillie triomphalement, alors que le régime du dictateur Ceausescu va s’écrouler.

©Pierre LAGRUE

 



Franco MENICHELLI (1941- )

Gymnaste italien

menichelli-2-tenderFranco Menichelli remporta cinq médailles aux Jeux Olympiques : deux médailles de bronze aux Jeux de Rome en 1960 (sol et compétition par équipes) ; une médaille d’or (sol), une médaille d’argent (anneaux), une médaille de bronze (barres parallèles) aux Jeux de Tokyo en 1964. La performance mérite d’être soulignée car, à l’époque, il était un des rares gymnastes capables de rivaliser avec les Japonais et les Soviétiques, qui trustaient les places sur les podiums. Mais si Franco Menichelli mérite mention au titre de l’olympisme inattendu, c’est parce qu’il fut le premier gymnaste à porter des pantalons courts pour avoir une plus grande liberté de mouvement. Par ailleurs, Franco Menichelli remporta trois médailles de bronze aux Championnats du monde et quatorze médailles (dont 6 en or) aux Championnats d’Europe.

©Pierre LAGRUE



Shun FUJIMOTO (1950- )

Gymnaste japonais

fujimoto-2-sepiaShun Fujimoto fit preuve d’un rare courage durant concours général par équipes de gymnastique aux Jeux Olympiques de Montréal, en 1976. Il se brisa le genou pendant l’épreuve au sol, mais il décida de ne pas révéler sa blessure, car il voulait poursuivre la compétition afin de ne pas pénaliser son équipe. Or, à l’issue de son passage aux anneaux, il s’effondra, la rotule brisée et déboîtée, les ligaments de la jambe droite déchirés. Il fallut que l’équipe médicale lui ordonne d’abandonner, car il risquait une infirmité permanente, pour qu’il s’exécute. Au final, le Japon remporta la médaille d’or, devant l’U.R.S.S., battue de 0,4 point. Sans l’obstination de Shun Fujimoto, les Soviétiques se seraient imposés. Quant à Shun Fujimoto, il parvint à se hisser sans aide sur le podium, afin de recevoir sa médaille d’or et les applaudissements du public canadien admiratif.

©Pierre LAGRUE



Karin JANZ (1952- )

Gymnaste est-allemande

1972-JANZ (2)Karin Janz se distingua sur la scène sportive et dans le domaine de la recherche médicale, ce qui lui vaut une belle mention au titre de l’olympisme inattendu. En 1968, année de l’arrivée de la R.D.A. aux Jeux, Karin Janz obtint deux médailles (argent aux barres asymétriques, bronze au concours général par équipes). Quatre ans plus tard, aux Jeux de Munich, elle s’adjugea cinq médailles, dont deux en or (barres asymétriques, saut de cheval) : alors que la rivalité sportive entre R.D.A. et R.F.A était vive, elle fut l’Allemande de l’Est la plus médaillée durant ces Jeux de 1972. Karin Janz, qui a également obtenu trois médailles aux Championnats du monde et sept médailles aux Championnats d’Europe, mit alors un terme à sa carrière sportive, afin de se consacrer pleinement à ses études de médecine. Diplômée, elle travailla notamment sur le développement d’un disque intervertébral artificiel, pour lequel elle déposa un brevet avec son collègue Kurt Schellnack. En 1984 fut réalisée la première opération avec ce disque intervertébral artificiel. En 1987, elle fut faite membre honoraire de la société américaine d’orthopédie pour la médecine sportive.

©Pierre LAGRUE



Vera CÁSLAVSKÁ (1942-2016)

Gymnaste tchécoslovaque

1968Vera-blackwhiteVera Cáslavská demeure considérée comme une des meilleures gymnastes de tous les temps. Surtout, elle restera comme une femme de courage, capable de mettre en péril sa carrière et sa vie pour défendre la liberté. Au long d’un parcours sportif qui dura de la fin des années 1950 à la fin des années 1960, elle obtint 35 médailles, dont 22 en or, lors des Jeux Olympiques, des Championnats du monde et des Championnats d’Europe. Elle fut une des dernières gymnastes à privilégier la grâce et l’élégance aux acrobaties toujours plus osées, lesquelles deviendront la norme avec l’émergence des poupées-gymnastes. Lire la suite

Fritz HOFMANN (1871-1927)

Sportif allemand

1896-HofmannFritz Hofmann, deuxième du 100 mètres, derrière l’Américain Thomas Burke, aux Jeux Olympiques d’Athènes en 1896, était un sportif éclectique. Durant ces Jeux, il se classa quatrième du 400 mètres, cinquième du saut en hauteur, cinquième du lancer du poids et sixième au triple saut. En gymnastique par équipes, il gagna les compétitions aux barres parallèles et à la barre fixe. Hofmann sera encore présent trois fois aux Jeux Olympiques : en 1900 comme gymnaste, en 1904 comme capitaine d’équipe, en 1906 comme athlète (cette dernière édition sera rayée des palmarès par le C.I.O.).

©Pierre LAGRUE



Alfred FLATOW (1869-1942)

Gymnaste allemand

1896-FlatowAlfred Flatow se démultiplia lors des Jeux Olympiques d’Athènes, en 1896, participant à toutes les épreuves de gymnastique. Il remporta la compétition aux barres parallèles, à titre individuel et par équipes, la compétition à la barre fixe par équipes (il se classa deuxième à titre individuel). Alfred Flatow fut l’un des champions les plus médaillés de ces premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne. Pourtant, la patrie ne lui fut guère reconnaissante: la Deutsche Turnerschaft, organe dirigeant de la gymnastique allemande, avait décidé de boycotter ces Jeux; aussi, Alfred Flatow fut suspendu. En 1903, Alfred Flatow participa à la fondation de la Judische Turnerschaft, l’organisation sportive juive historique et pionnière en Europe. En 1933, avec l’arrivée des nazis au pouvoir, Alfred Flatow, professeur de gymnastique depuis 1890, fut contraint de démissionner, et il fut, comme tous les Juifs, exclu de son club. Pourtant, en 1936, à l’occasion des Jeux de Berlin, il fut convié à une cérémonie lors de laquelle tous les médaillés olympiques allemands furent honorés. En 1938, conscient du danger, Alfred Flatow se refugia aux Pays-Bas. Mais, quand l’Allemagne nazie envahit les Pays-Bas, il fut arrêté et déporté au camp de concentration de Theresienstadt, où il décéda.

©Pierre LAGRUE



Rowland WOLFE (1914-2010)

Gymnaste américain

1932WOLFFEL’olympisme inattendu se devait de mettre à l’honneur Rowland Wolfe, qui fut l’unique champion olympique de tumbling (le tumbling est une discipline de gymnastique acrobatique qui voit les gymnastes effectuer des bonds à grande vitesse sur une piste élastique). Cette discipline figura au programme des Jeux Olympiques de Los Angeles, en 1932. Le bondissant Rowland Wolfe s’imposa devant deux autres Américains, Edwin Gross et William Herrmann. Rowland Wolfe n’eut donc ni prédécesseur ni successeur au palmarès olympique. Ajoutons qu’il faudra attendre 1964 pour que soient organisés les premiers Championnats du monde de tumbling.

©Pierre LAGRUE



Raymond BASS (1910-1997)

Gymnaste américain

1932BASSImpossible pour l’olympisme inattendu de ne pas mettre à l’honneur Raymond Bass, qui devint champion olympique en 1932 à Los Angeles, en remportant une curieuse épreuve de gymnastique: le grimper à la corde. Le grimper à la corde, standard des cours scolaires de gymnastique qui fit souffrir des milliers d’écoliers, figura quatre fois au programme olympique (1896, 1904, 1924 et 1932). Lire la suite

Julius LENHART (1875-1962)

Gymnaste autrichien

1904-LENHARTLe décompte des médailles olympiques réserve parfois quelques surprises. Ainsi, Julius Lenhart remporta deux médailles d’or (concours général individuel et par équipes) et une médaille d’argent (combiné 3 épreuves) aux Jeux Olympiques de Saint Louis en 1904, ce qui devrait faire de lui l’Autrichien le plus médaillé aux Jeux d’été. Devrait, car son aventure est singulière. Lire la suite